2020 dans le Rétro

2020 aura été une année globalement marquante et le monde automobile n’a pas échappé à la morosité et aux confinements. Ma retrospective de l’année en sera amputée d’autant. Sur blogautomobile, nous partageons différentes manières de vivre votre passion automobile. La mienne étant faite de présentations de voitures de rêve et de participations à des événements, cette année passée fut particulièrement légère : deux manifestations. Toutefois, la vie mécanique a continué tant bien que mal, voici que j’en retiendrai.

L’évènement de l’année

Parmi la myriade d’annulations ou de reports, 2 événements majeurs ont pu se dérouler : Rétromobile, pendant que le monde basculait et le Tour Auto, miraculeusement déplacé entre les 2 confinements. Exit les salons et Le Mans Classic.

Depuis déjà quelques années, les grandes messes subissaient une crise majeure : désertion de groupes automobiles, limitation des expositions des constructeurs de prestige qui attirent le public, concurrence exacerbée des manifestations alternatives comme les concours et les diffusions internet. 2020 sera probablement l’année de la mort officielle des salons. Tous ont été annulés. Celui ayant la plus forte personnalité, Genève, est en grande difficulté financière et rien ne permet de dire que l’édition 2022, la prochaine annoncée, aura bien lieu.

Faute de concurrence sérieuse, c’est encore une fois Rétromobile qui aura mes faveurs pour 2020. Mais il ne faut pas croire qu’il s’agit d’une victoire au rabais. Rétromobile a de nouveau confirmé cette année qu’il faisait partie du cercle très fermé des manifestations automobile d’envergure mondiale. D’aucuns regretteront encore la fin de l’ambiance familiale, écrasée par une forme de gigantisme. Impossible pour moi de faire le difficile, nettement plus attiré par les Ferrari produites à quelques exemplaires que par la 205 GTI, reine des Youngtimers.

La voiture de rêve de l’année

En 2020, je vais tourner mon regard vers une voiture de rêve qui n’est pas celle qui fera se retourner les enfants dans la rue : la Porsche 911 Turbo, dans sa toute dernière itération, type 992.

On va me dire qu’on est habitués, que les générations de 911 se succèdent en perdant un peu de saveur exotique et en gagnant du gras. Regardons toutefois les choses en face : la 911 Turbo toise de haut toute la production automobile contemporaine. Elle est à la fois légende et accessible. Elle offre un compromis surréaliste entre usage quotidien et capacité à sortir un chrono sur circuit. La 911 sait toujours tout faire et rien ne permet de penser que cela va s’arrêter. Faites l’effort la prochaine fois que vous en croisez une : regardez là et appréciez la prouesse que représente cette auto.

Le concept de l’année

Evidemment, sans salon, écrin traditionnel du travail conceptuel des constructeurs, l’offre 2020 a été moins riche. Ceux qui m’ont lu cette année seront surpris mais je vais choisir la Bugatti Bolide. Je n’ai pas eu le coup de coeur pour l’auto. Son dessin est trop typé course, la performance d’ingénierie demande encore a être prouvée. Mais la démarche demeure intéressante : dans un monde qui tend vers le tout électrique, la marque alsacienne propose ce qu’elle saurait faire de mieux dans une version ancien monde : 4 roues, un châssis et le fameux W16 poussé aussi loin que possible. J’espère que notre ami Stefan demandera à ses équipes de valider in vivo les simulations qui nous ont été livrées. Ce serait digne de la marque.

Le flop de l’année

SCC, vous connaissez ? Depuis cet automne, c’est très probable. Les américains ont voulu se mêler à la course au record de vitesse, après Koenigsegg et Bugatti. Après une séance, a été annoncé un chiffre ahurissant de 530km/h, battant à plates coutures la Chiron 300+. Les bravos fusent du monde entier jusqu’à ce que le très sérieux Tim Burton (aka Shmee150) démonte point par point la vitesse affichée par SCC. Malaise puis retrait pur et simple de l’allégation du record. SCC aurait depuis effectué une seconde tentative, sans succès.

Mon voeu après cet épisode malheureux : que la course au record se calme au profit de la production de voitures qui se vendent vraiment, que l’on soit plus attentif à ce qui est publié sur internet, même par des sources a priori fiables (là je rêve éveillé) et que l’on préfère se concentrer sur des données un peu plus subjectives lorsqu’il s’agit de juger les voitures. Très franchement, mieux vaut une supercar bien dessinée qu’une supercar qui franchira les 400km/h un demi-dixième avant sa concurrente.

Ma photo de l’année

Encore une McLaren F1… même moi, je me fatigue… Mais bon, comment passer à côté de ce cliché ? Pour la petite histoire, lorsque la voiture a été déchargée de son camion, il y avait du monde autour… Logique, parce que pour rappel, ce châssis n’a couru qu’une seule course mais l’a gagnée, du côté du Mans en juin 1995. Pour faire bref, la légende, c’est elle. Avec mes camarades photographes, ce fût un coup de tension : allions-nous pouvoir sortir une photo intéressante ? Une occasion comme cela ne se présente pas tous les ans. C’est alors que les dieux des photographes nous ont écouté puisqu’un mini bouchon s’est formé et que la foule s’est écartée. Les Dieux seuls savent pourquoi.

Et 2021 dans tout ça ? La plupart des salons sont encore annulés, Rétromobile aura lieu en juin juste avant le Mans Classic qui a pris la place dévolue à Art et Elégance. 2020 a été une année très calme, contraint et forcé. C’est moins vrai pour mes amis essayeurs même si leur agenda a aussi été bousculé. On se souhaite donc de reprendre la voiture pour aller ici ou là, appareil à l’épaule pour shooter les plus belles autos du monde. Le sevrage devrait rendre encore plus plaisant les futurs déplacements, 2020 aura eu au moins cet effet positif.

Crédit photos : SCC, Porsche, Pierre Clémence