L’affaire Renault prend vraiment une drôle de tournure ce jour puisque selon les dernières informations, le fameux informateur-enquêteur chargé de l’affaire par les services de sécurité internes à Renault a désormais des exigences financières peu raisonnables pour donner quelques informations au sujet de son enquête sur la fameuse affaire d’espionnage.

Ce fameux informateur, déjà grâcement rémunéré par le constructeur automobile à hauteur de 250.000€ pour sa fumeuse enquête ( 200.000 autres euros promis doivent encore arriver sur le compte de cet informateur ), exige désormais un complément de rémunération pour un montant de 900.000€  pour délivrer quelques preuves écrites pour étayer ses « accusations ». Renault s’est refusé à tout commentaire au sujet des informations divulguées par Le Canard Enchainé et on attend la suite de l’enquête ainsi que les conclusions officielles de la DCRI qui ne sauraient tarder puisque c’est dans la semaine que l’on aura la confirmation officielle de la non existence des comptes bancaires en Suisse et au Liechenstein des trois cadres licenciés et accusés.

En outre, on appprend qu’un ancien militaire qui aurait servi d’intermédiaire et de « facturier » aurait lui aussi touché quelques 100.000€ de la part du constructeur automobile. Ces 100.000€ auraient soit disant servi à rémunérer des enquêteurs privés. D’ailleurs, il semble que les vrais enquêteurs de la DCRI ont retrouvé la trace de ces 100.000€ sur différents comptes bancaires du coté de Madrid….

Ca sent la barbouzerie et l’escroquerie mélangées à un peu de reglèment de compte interne et c’est tout de même déplorable pour une entreprise comme Renault de se trouver impliquée dans ce genre de  sale affaire !

Edit : Deux des enquêteurs engagés par Renault ( M. Tixador et D.Gevrey ) ont mis en cause,  sur Europe, 1 la direction de Renault qui ne leur aurait pas laissé le temps de mener à bien leur enquête pour trouver des preuves dites « opposables » en justice. Ils auraient demandé 3 mois de plus pour tenter de rassembler des preuves, ce qui leur aurait été refusé ! La direction de Renault préférant prendre les devants en accusant sans preuve 3 de ses collaborateurs. Du coté de la direction de Renault, on qualifie cette annonce de fantaisiste et sans fondement et on demande aux enquêteurs de livrer le nom du fameux informateurs… Il va sans dire que les deux enquêteurs employés par Renault n’ont à ce jour recueilli aucune preuve contre les trois salariés licienciés. Ca sent de plus en plus l’affaire presque « glauque » et la grosse erreur de communication et d’action de la direction du groupe automobile. Un informateur qui ne dit rien et veut de l’argent, des enquêteurs sans preuves, des anciens militaires reconvertis en agents secrets, des boss qui font tout dans le désordre, des chinois, des pseudos secrets volés pas volés… Voilà qui aurait fait pour Audiard, de la matière pour faire une suite aux Barbouzes !

Via AFP, LeCanardEnchainé, Europe1