Pour faire face à la pollution qui règne sur la capitale et l’Ile de France depuis quelques jours, pour tenter d’inverser la courbe des pics et probablement pour faire plaisir aux écologistes, l’état français par la voix de son gouvernement a décidé hier d’imposer à Paris et aux départements de la petite couronne la fameuse Circulation alternée.

Paris dans la pollution

Ainsi à partir de lundi 17 mars à 5h30 Paris mais également les départements de la Seine Saint Denis, des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne seront sous ce fameux régime de circulation qui veut que les jours impairs ce sont les véhicules avec un numéro impair qui peuvent circuler et les jours pairs ce sont les véhicules avec un numéro pair qui sont autoriser à le faire. Pour demain, ce sont donc les nombres impairs qui pourront traverser la capitale. 

Demain les policiers et représentant des forces de l’ordre seront donc mis à contribution pour verbaliser les contrevenants à raison d’une d’amende à 22€ ( sans retrait de point sur le permis de conduire). Ils seront donc 700 policiers répartis sur 60 sites qui contrôleront dès demain les numéros des plaques d’immatriculation des automobiles.
Cette mesure restrictive décidée à la va vite par le premier ministre semble satisfaire les écologistes et les membres d’EELV qui faisaient des pieds et des mains pour que l’état mette en application cette mesure de la loi sur l’air qui, je le rappelle, fut votée il y a 18 ans et qui n’a été mise en application qu’une seule fois depuis sa création, c’était en 1997. C’est dire l’efficacité de la mesure notamment quand on voit la très longue liste d’exceptions publiée par les services de la préfecture de Paris.

On ajoutera qu’à cette mesure « discriminatoire » et peu ou pas efficace, les transports en commun sont gratuits dans la région parisienne (mais aussi à Lyon, Bordeaux, Dijon, Grenoble, Tours, Le Mans, Reims, Caen, Rouen… dans certaines de ces villes les mesures sont plus politiques et coûteuses que nécessaires. A Paris on parle d’un manque à gagner quotidien de l’ordre de 300.00€ ) mais cela n’a semble t-il aucune influence sur la circulation. Selon l’entreprise V-Traffic, en région parisienne la circulation des véhicules sur le boulevard périphérique a même cru de plus 10% par rapport à la moyenne d’un vendredi « non pollué » et avec les transports en commun payants. La vitesse moyenne a chuté d’environ 10% et selon les premiers comptages, il y a eu bien plus de bouchons qu’à l’accoutumée. Tout faux donc…

Reste qu’au delà des affreux, sales et méchants automobilistes sur lesquels les politiques et les écologistes tapent sans vergogne, on notera que rien est décidé pour les industries situées dans ou à la périphérie des grandes villes et qu’on parle encore moins des fameuses et fumeuses chaufferies urbaines qui sont une catastrophe pour l’air que nous respirons.

Ci dessous les exceptions officielles à la règle de la circulation alternée.

Paris dans la pollution - les exceptions officielles

Le niveau de pollution sera évalué chaque jour et la mesure de circulation alternée reconduite du jour pour le lendemain si cela est nécessaire. Une affaire à suivre.

Via RTL, AFP, Préfecture de Paris, V-Traffic.
Crédit photo : RTL.