Même si l’industrie allemande va mieux que notre industrie, même si les salaires sont un peu plus élevés que chez, même si les voitures allemandes se vendent bien sur toute la planète mais les allemands à l’image de ce qui se passe dans le reste de l’Europe ne sont pas satisfaits de leurs conditions sociales, de leurs perspectives de vie et comme partout ils ne supportent plus que les riches soient encore plus riches et que les responsables de la crise ne soient sanctionnés ( comme partout d’ailleurs ! ) mais il vient d’y avoir des élection et le gouvernement Merkel en a fait les frais en perdant quelques Landers dont celui du Bade Wurtemberg qui est désormais aux mains des verts.

Aussi dans leur programme, les verts allemands avaient dit qu’ils mettraient en place des limitations des vitesse sur les tronçons d’autoroute non limités et c’est bien la première mesure que pourrait mettre en place  si Winfried Kretschmann devient le premier ministre du Land ( elle ne coûte pas cher, est facile à mettre en place et participe à une certaine démagogie verte autophobe qui est en vogue actuellement dans l’Union Européenne ). Ainsi, les autoroutes de cette riche région allemande où sont installés Porsche et Mercedes Benz pourraient être vite limitées à 120 km/h. Selon le probable premier ministre de la région, les émissions liées aux déplacements sur les routes et autoroutes du Bade Wurtemberg seraient responsables de 30% des émissions de CO2 de la région ( ce qui parait tout de même énorme ! ).

Du coté de Mercedes et de Porsche, on monte déjà aux créneaux pour dénoncer une telle mesure et faire savoir que cela porterait un rude coup à l’industrie automobile allemande notamment dans le secteur du haut de gamme et des voitures de sport où elle est le leader mondial. Le CEO de Daimler-Benz fait même savoir que cela serait mauvais pour le climat des affaires et que cela entrainerait une baisse du marché et donc de l’activité et donc… vous voyez où on arrive !  Il est sur que le très puissant lobby automobile allemand va se mettre en marche pour contrer cette proposition mais de telles décisions démago-politicienne ( il y a mieux à faire surtout quand on sait que ce ne sont que quelques tronçons mais qu’il y a un vrai symbole dérrière cette mini « liberté » autoroutière ). Ne perdons pas de vue que l’Allemagne reste en Europe, le dernier vrai grand marché automobile notamment pour le haut de gamme et de telles mesures plus politiciennes que réellement nécessaires pourraient avoir un effet psychologique mais aussi industriel non négligeable. Les grands marchés sont partis vers l’Asie et les Etats Unis… et il serait facile d’y relocaliser les usines. A suivre

Via AutomotiveNews.