Alpine - Le Mans50 ans après sa première participation au Mans, Alpine est revenue cette année. C’est également une année particulière puisque la marque dieppoise revient aussi 35 ans après sa dernière victoire avec Jean Pierre Jaussaud et Didier Pironi au volant de l’Alpine Renault A442.

Alpine - Le Mans

En 2013 la nouvelle Alpine, elle, a bien changé. Si le nom renaît, son moteur et son châssis sont pour le moment fabriqués bien loin du siège emblématique d’Alpine, sans pour autant freiner l’engouement du public autour de la voiture. Son nom, son passé et même son logo font chaud au cœur pour tous les passionnés et supporters de la marque. C’est une Alpine qui espère en tout cas renouer avec sa gloire passée. C’est dans ce cadre que Renault nous a invité à découvrir la team Alpine en course, aux 24H du Mans.

Alpine - Le Mans

A l’occasion d’une visite express du stand Alpine, notre « guide » nous informe que la voiture est propulsée par un moteur Nissan V8 de 550ch et avec une boite séquentielle de 6 vitesses, pour un poids de 950kg à vide. L’A-450 est pilotée par trois pilotes sortis de la filière Renault : Nelson Panciatici, Pierre Ragues et Tristan Gommendy.
Dans le détail, la voiture qui a participé aux 24H est montée sur un châssis Oreca, et court dans la catégorie LMP2 avec l’équipe Alpine-Signatech. Esthétiquement, le bleu caractéristique de la firme, un drapeau tricolore et quelques traits orangées la démarquent très nettement. Après avoir récemment rencontré le directeur du pôle compétition Michelin (à suivre plus amplement sur nos pages dans les prochains jours), j’ai également appris que les pneus sont changés tous les 4 relais (soit environ 48 tours).

Passage dans le bac à gravier, crevaison, soucis techniques, changements météorologiques… L’équipe subit de nombreux incidents dès le début de course malgré des essais qualificatifs convaincants (12ème au général, 5ème dans sa catégorie). Il est alors de plus en plus difficile de viser un podium et l’équipe souhaite avant tout finir la course. C’est chose faite avec une 15ème place au général et une 9ème position en LMP2 au passage du drapeau à damier.
Le 38ème prix ESCRA de la meilleure assistance technique au cours des 24 Heures du Mans a d’ailleurs été attribué à l’équipe Alpine-Signatech pour l’efficacité des mécaniciens (prix déjà remis à l’équipe Alpine victorieuse en 1978..) Les temps au tour et la belle remontée de l’Alpine ont en tout cas montré l’efficacité de la voiture. Le Team Berrichon de Philippe Sinault, est une structure sérieuse et très expérimentée qui va rapidement montrer ce qu’elle sait faire.

Ce bolide participe également au Championnat d’Europe d’Endurance. Après un premier podium à Imola, l’Alpine A450 a continué sa bonne série en terminant à la deuxième position des 3 Heures du Red Bull Ring. L’écurie Alpine-Signatech prouve alors ses bonnes performances et de grandes ambitions dans le Championnat d’Endurance European Le Mans Series se dessinent petit à petit… Après une quatrième place puis une deuxième position, l’Alpine A450 est de nouveau montée sur un podium. Elle se place maintenant deuxième au classement général derrière l’écurie Thiriet by TDS Racing.

Malgré des accès difficiles durant le week-end, il faut reconnaître que l’hospitality d’Alpine était particulièrement bien placée pour vivre la course ! J’en profite pour faire un clin d’oeil à notre speaker intemporel qui n’a cessé de nous commenter la course à un rythme effréné…

La Berlinette Alpine

Durant ce week-end en immersion chez Alpine, nous avons pu rencontrer Carlos Tavares, directeur général délégué aux opérations de Renault et porteur du projet de la berlinette qui fera revivre le mythe de celle des années 60. Cette prochaine sportive qui verra le jour en 2015 sera donc produite à Dieppe à hauteur de 5000 unités par an et sera commercialisée entre 35000 et 40000 euros.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A l’occasion d’une conférence de presse avec Carlos Tavares et Gérard Larrousse, directeur sportif de l’équipe Alpine en 1978, nous avons appris que plusieurs éléments sont d’ores et déjà validés :

  • Le moteur est choisi, l’architecture de la plateforme est validé, le choix de la transmission est gelé.
  • Au niveau du design, la partie extérieure est finalisée à 70% et la partie intérieure est également décidée mais Laurens Van den Acker doit encore commencer un travail de détail lorsque le design extérieur sera complètement définitif avec le choix des matériaux, les couleurs, et cette fameuse « touche » Alpine à procurer.

Cette future Alpine de naissance en partenariat avec Caterham est donc sur une bonne voie de développement. Elle commence à se faire apercevoir pour des tests, mais nous sommes déjà impatients de la découvrir.

Je tiens à remercier Renault pour cette invitation et Maya qui s’est démenée durant le week-end afin d’améliorer notre réception chez Alpine.

Crédit photos : Adrien Séné & Romuald Terranova for Blogautomobile.fr