C’est l’affaire automobilo-française du jour suite aux propos du patron de Renault Carlos Tavarès qui semble avoir de bonnes idées pour la relance de la marque française, son positionnement par rapport à Dacia et la renaissance de la firme Dieppoise, je veux parler d’Alpine !

Près de 15 ans après l’abandon d’Alpine, le nouveau boss de Renault songe à faire renaitre la firme Dieppoise au logo tricolore. Bien sur Carlos Tavarès explique que pour le moment Renault est en phase d’analyse et d’exploration des différentes possibilités pour une possible renaissance d’Alpine mais il semble que le succès de la griffe Gordini ( auprès des amateurs de nom prestigieux et non des gordinistes ou des conducteurs de sportives ! ) et la réussite de Citroën avec la gamme DS donne des ailes à la nouvelle direction de Renault dans l’optique d’une relance de la marque sportive rachetée par Renault il y a quelques décennies mais totalement négligée depuis plus de 20-25 ans ( peut être la seule vraie erreur de Louis Schweitzer ! ). Le retour d’Alpine, une affaire désormais envisageable…

Du coté de Renault, on ne donne pour l’instant aucune piste ( versions spécifiques ou modèles Renault modifiés et rebadgés ). Objectivement, on souhaite tous des modèles spécifiques et cela semble plus réaliste car il faut déjà faire cohabiter les appellations Renault Sport et Gordini sur des voitures identiques qui ne se distinguent finalement que par des éléments de finition et des prix différents.

 

Rappelons nous pourtant que Renault est un peu l’initiateur des « griffes » avec les versions Alpine puis Baccara et Initiale mais la marque n’a pas senti venir la chose et au final les versions Initiale ne sont restées que la finition HDG des Renault et la constructeur est hors jeu dans les segments des grandes autos et Premium. C.Tavarès reconnait aussi que la présence de Renault dans les segments Premium et HDG n’a pas été concluante car de toutes les grandes Renault il ne reste plus rien ou presque, si ce n’est un Espace IV qui reste une valeur sure mais vieillissante sur le segment marginal des grands monospaces de Luxe. Le nouveau patron du constructeur français, fort de sa longue expérience chez Nissan de confirmer : « On va revenir. Nous allons recréer et renforcer notre stratégie sur ce créneau. D’un coté il devrait y avoir des vraies sportives françaises et de l’autre des voitures qui auront de l’élégance et de la prestance à la française ( surement après les Laguna et Latitude … ). Il faut donc améliorer l’image de Renault, tirer le prix de vente moyen vers le haut et il faut produire moins cher ou pas trop cher et vendre plus cher afin d’être moins soumis au effets de conjonctures précise Carlos Tavarès. L’homme, lucide dans ses propos, se réfère au groupe Volkswagen et il constate amèrement que le prix d’une Renault est significativement plus bas que celui d’une VW sans que la qualité réelle et objectif ou le contenu technologique ne le justifie, et sur ce coup c’est très vrai. Renault en fait les frais mais pas seulement, les marques du groupe Fiat aussi et d’autres marques allemandes et asiatiques aussi !

Le patron de Renault d’ajouter qu’il veut clarifier les positions de Renault et de Dacia car elles sont aujourd’hui confuses. il faut bien faire comprendre aux marchés et aux clients que Renault n’est pas une marque à bas coût mais que ce rôle est bien dévolu à Dacia. C.Tavarès de préciser aussi qu’hors d’Europe, Renault a un problème de prix de vente moyen trop bas ( en partie lié au mix des 2 marques et au mélange des logos -sans parler du récent cas Lada- ). A l’avenir Renault doit donc se positionner différemment de Dacia et alterner le lancement de petits modèles « dans le coup » et de modèles plus gros  qui seront nécessaire pour se positionner sur le marché du premium et du haut de gamme des généralistes comme le sont VW et Audi notamment…

Beau programme que celui suggéré par Carlos Tavarès qu’on ne peut qu’encourager à aller dans ces trois voies jusque là totalement négligées par les équipes dirigeantes du constructeur français.

Alpine, le retour de Renault vers le premium, une vraie différenciation entre Dacia et Renault, un joli tiercé que l’on souhaite gagnant dans les années à venir !

 

Via LaTribune, RTL.