La semaine passée nous abordions le sujet du retour officiel de la production de la Berline Rapide en Grande Bretagne sur le site de Gaydon, officiellement pour des raisons de plus grande capacité de production… mais cela était la belle version, la réalité est toute autre comme je vous le laissais entendre.

Pour rappel, il faut savoir qu’Aston Martin avait signé avec Magna un contrat de production pourtant 96 mois ou 8 années mais étrangement et presque dans la précipitation, on apprend qu’au bout de seulement deux ans de fabrication, le contrat entre les deux entreprises est dénoncé. Bizarre ! Etrange ! Pas tant que cela quand on sait qu’Aston Martin ne va pas très bien, que les 14 modèles de la marque ne se vendent pas comme des petits pains de chez Poilane et que la Rapide est très nettement en dessous de ses objectifs commerciaux.

 

Aston Martin estimait en septembre 2009 pouvoir vendre 2000 Rapide chaque année, il n’en est rien et après moins de 18 mois de commercialisation, la voiture est quasiment à la moitié de ses objectifs ( 51 exemplaires vendus en France en 2010 ). En revenant en Grande Bretagne au premier semestre 2012, la production de la Rapide va chuter à 1250 voitures/an soit 24 voitures par semaine alors qu’initialement il en était prévu près de 50.

On apprend par ailleurs que si les choses ne vont pas mieux, la production pourrait même descendre à 10 ou 15 autos par semaine ce qui serait une catastrophe pour le constructeur. Les anglais d’Autocar révèlent même qu’Aston Martin a demandé à Magna Steyr de stopper la production durant tout le mois de mai dernier de façon à pouvoir écouler un peu de stock.  Et en automobile, nous savons tous que la vie et l’image d’une voiture se fait durant les 12 ou 18 premiers mois de sa vie, on est pas loin de penser que pour cette élégante Rapide, c’est presque cuit. Ca va donc mal pour cette belle auto qui se fait laminer sur le marché par une certaine Porsche Panamera qui domine ce segment à l’échelle mondiale. Enfin, la plaisanterie risque de coûter fort cher à Aston puisque la rupture anticipée du contrat avec Magna devrait être facturée quelques 11.5 millions d’euros.

La preuve encore une fois que tout n’est pas rose et facile dans le monde merveilleux de l’automobile. Il y a deux ans environ, tout le monde voyait Aston Martin comme la référence, le must, la marque qui allait montrer aux autres ce qu’était le très haut de gamme sportif, deux ans plus tard, on est bien loin du compte et plus près du trou que jamais car les autres modèles sont eux aussi à la peine sauf la petite Cygnet qui semble assez bien démarrer sa vie sur le marché. Et elle est quand même la preuve qu’une auto pas belle, chère, peu utilisable en dehors des villes mais avec un logo estampé « Grand Luxe » ça fait un carton face à de belles autos, performantes, passionnantes, peut être un peu onéreuses. Cela justifie en tout cas la politique de Porsche qui vend désormais sans vergogne du SUV, du diesel et bientôt des petites autos… Triste monde automobile et du paraitre qui me fait aussi dire que ce week end comme c’est Portes Ouvertes chez les concessionnaires, pensez à aller faire un tour chez votre distributeur Aston, il doit être ouvert à la négociation et à la remise sur une Rapide… en stock !

 

Via Autocar.