Audi-A6-4

Trois ans après son arrivée sur le marché, l’Audi A6 se refait une beauté pour la rentrée 2014 avec un restylage qui concerne toutes les versions de la gamme : berline et break (Avant), Allroad, mais aussi les sportives S6 et RS6. Toujours un brin pompeux et arrogant, le communiqué de presse qui accompagne les premières images de cette nouvelle A6 nous promet une « élégance statutaire réaffirmée ». Tout un programme. Mais concrètement, quoi de neuf docteur ?

Une chose est sûre, les gros changements ne sont pas à chercher du côté esthétique. Sur ce point, nous avons affaire à un restylage typiquement Audi puisque, comme d’habitude chez le constructeur d’Ingolstadt, il faudra vous lever de bonne heure pour voir la différence (je vous laisse apprécier par vous-mêmes et jouer au jeu des 7 erreurs). Notons tout de même comme évolution esthétique la plus significative et comme sur l’A7 elle aussi récemment restylée, l’apparition d’une nouvelle signature lumineuse à l’avant comme à l’arrière, qui transforme quelque peu le regard de la voiture (et qui au passage rappelle étrangement la nouvelle identité visuelle Volvo). A l’intérieur c’est la même histoire et, hormis quelques nouveaux matériaux et le nouveau levier de vitesse des versions boites auto, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Suffisant cela dit, l’ensemble vieillissant plutôt bien.

En réalité, les véritables changements sont à trouver sous le capot de l’A6 restylée. La gamme de motorisations évolue, histoire de diminuer les émissions de CO2. En entrée de gamme essence, le 2 L TFSI 180 ch cède la place au 1,8 L TFSI Ultra de 190 ch (l’appellation « Ultra » identifie les versions les plus efficientes chez le constructeur). Cette nouvelle motorisation, plus légère, permet d’abaisser la consommation de 6,5 à 5,7 l/100 km et de réduire les émissions de CO2 de 151 à 133 g/km et ainsi de réduire le malus écologique à 150 € (barème 2014) contre 1600 € auparavant. Les autres motorisations gagnent quant à elles en puissance : le V6 2,8 L passe de 204 à 218 ch et le V6 3 L passe de 310 à 313 ch. A côté de ces 3 motorisations essence, nous retrouvons une offre diesel forte de 5 motorisations et qui, elles aussi, gagnent quelques poneys supplémentaires : le 2 L TDI Ultra en 150 ch (4,2 l/100 km, 109 g/km de CO2), et 190 ch, le V6 3 L TDI qui se décline en 218 ch et 272 ch et un V6 3.0 TDI clean diesel biturbo de 320 ch. Enfin, on retrouve naturellement au sommet de la gamme les versions sportives S6 (qui passe de 420 à 450 ch) et RS6 (560 ch), toutes deux équipées du même V8 4 L TFSI.

Une hausse des tarifs devrait malheureusement être elle aussi de la partie, suffisamment significative pour anéantir le bénéfice des émissions de CO2 en baisse. En clair ce que vous économiserez en malus écologique, Audi vous le reprendra lorsque vous passerez à la caisse… L’Audi A6 restylée sera présente au Mondial de l’automobile début octobre pour une commercialisation à l’automne.  

Via Audi