En ces fêtes de Noël, faisons un détour par le Peugeot Avenue, installé au 136 Avenue des Champs-Élysées. La marque au Lion fait preuve d’ambivalence et mêle avec talent les contraires : tels le Yin et le Yang, Peugeot propose d’opposer Blanc et Noir, dans une exposition intitulée « Noël Blanc & Black Christmas ».

Black Christmas_Noël Blanc (62)

C’est par un sapin de Noël composé de peluches du Lion Peugeot que la marque montre sa vision du « Blanc ». Dans un climat bon enfant voire infantile, une estrade est installée pour permettre aux bambins -et uniquement ceux-ci !- d’approcher les félins de coton et de fibre de capoc. Si votre progéniture craque, il vous en coûtera 12 euros pour un petit modèle. La 208 à pédales est aussi à vendre : pesant 7 kg et accueillant des pilotes de 3 à 7 ans, le véhicule est affiché à 149 euros. Peluche et voiture à pédales ont été dessinées par le Peugeot Design Lab.

Mais l’âme pure du blanc, sa clarté et sa limpidité, n’est pas seule : l’âme noire lui fait miroir par une sensuelle et sombre élégance, pas si éloignée de toute âme d’enfant.

Black Christmas_Noël Blanc (26)

L’âme noire, c’est celle du coupé RCZ, mais aussi des concepts Onyx, réunis tels qu’ils l’étaient au dernier Mondial de l’Automobile. Il est étonnant que pour exposer le RCZ, Peugeot n’ait pas choisi la version restylée, tout juste commercialisée. Il n’en reste pas moins qu’avec ses optiques carnassières et son immense gueule, cette lionne aime manger du bitume ! Cela tombe bien, son châssis est idéal pour cela, tandis que ses motorisations ne déméritent absolument pas : le THP 200 chevaux emmène déjà la belle à 231 km/h, et de 0 à 100 km/h en 7,6 secondes. Néanmoins, une RCZ-R dotée du même 1,6 l THP poussé à 256 chevaux promet, comme sur sa cousine DS4-Racing, de sortir l’an prochain et d’atteindre les 250 km/h !

Black Christmas_Noël Blanc (19)

La présence de la RCZ aux côtés de l’Onyx laisse un goût étrange : en effet, la RCZ est fille du concept 308-RCz révélé au Salon de Francfort 2007, et a pu connaître la série notamment grâce au projet de lancer une gamme « Hors-Série » avec la RXH entre autres, à la façon des DS Citroën. Evidemment, le départ de C. Streiff et la survenue de la crise économique ont totalement révisé ces prétentions, mais il n’en reste pas moins que c’est un ex-concept qui est exposé au Peugeot Avenue : et si l’Onyx connaissait la même destinée ? A priori, non, mais cela n’empêche pas d’apprécier sa présence aux Champs-Élysées.

Black Christmas_Noël Blanc (49)

Le Concept Peugeot Onyx fut l’une des plus agréables découvertes du dernier Mondial de l’Automobile. D’abord parce que c’était l’une des seules supercars, et l’un des seuls concepts véritablement « libres », c’est-à-dire ne maquillant pas un futur véhicule de série. Ensuite parce que la situation financière de PSA ne prévoyait absolument pas une telle audace, bien que l’on ait appris depuis que ce concept était en germe depuis plus d’un an et devait à l’origine être exposé à côté de la 908 HDi d’Endurance. Enfin parce qu’elle évoque d’autres Peugeot de sport, la Quasar de 1984 et l’Oxia de 1988, créées en leur temps pour symboliser une nouvelle ère Peugeot. L’Onyx a le même but, transposé au XXIème siècle.

Black Christmas_Noël Blanc (16)

L’Onyx est une puissante sportive hybride intégrale. Le moteur thermique HDi est installé en position centrale et propulse la voiture, tandis que le groupe électrique meut le train avant. Il s’agit, pour la partie diesel, d’un V8 3,7 l de 600 chevaux, adapté au châssis de la 908 HDi Hybride, tandis que la récupération d’énergie au freinage permet de stocker suffisamment de watt dans des batteries lithium-ion pour  assurer un surcroît de puissance de 80 chevaux (59 kW). C’est l’adaptation de la technologie HYbrid4 des 3008 et 508 à la compétition, que les ingénieurs ont retravaillé pour une plus large palette d’utilisation que sur circuit. L’Onyx, de fait, est un concept qui roule, ce qui se fait de plus en plus rare !

A raison d’une masse de 1100 kg, l’Onyx affiche 1,62 kg/cheval, le tout mêlé à un Cx de 0,30, ce qui augure de performances impressionnantes. Malheureusement, aucune réalité commercialise n’est envisagée. La carrosserie n’est pas plus réaliste, puisqu’elle a recours à de matériaux expérimentaux, tels les vitrage et toits réalisés en PMMA (polyméthacrylate de méthyl), alliés à une coque centrale en fibre de carbone ; l’intérieur est fait de feutre et de Newspaper Wood, un nouveau matériau fabriqué à partir de papier recyclé. La vocation hybride et l’intention de respect de l’environnement sont clairement mises en avant.

L’Onyx possède une livrée bicolore cuivre et noir mat. C’est l’oeuvre d’un maître-artisan carrossier, qui réalisa les ailes et les portières à partir de feuilles de cuivre pur, polies façon miroir. Ce soin stylistique est repris pour faire une gamme qui transcende l’automobile et rejoint les autres coeurs de métier du groupe Peugeot : le scooter et le cycle. Ainsi, c’est toute une gamme Onyx qu’expose Peugeot, et qui partage le même souci de vertu écologique, d’exclusivité des matériaux, et de sportivité de la monture.

Black Christmas_Noël Blanc (6)

Le vélo, appelé Superbike Onyx, est une machine de contre-la-montre, avec guidon adapté. Les plateaux ovalisés rappellent que ce détail technique joua un grand rôle dans les succès de l’équipe Sky au dernier Tour de France ; le poids de l’ensemble n’est pas communiqué, mais avec un cadre et des roues en carbone, nul doute qu’il ne doit approcher les 5 kilos.

Le Scooter Onyx pour sa part est un trois-roues, façon Piaggio mp3, qui comme la supercar est hybride, précisément Plug-In Hybride (façon Chevrolet Volt), puisque son moteur de 400 cm3 est allié un groupe électrique entraînant la seule roue arrière. Ses batteries lui octroient une autonomie de 30 km à 50 km/h, tandis qu’en cycle mixte l’on peut parcourir 500 km, pour une consommation de 2l/100, et une vitesse de point de 150 km/h.

Cette belle exposition de Noël devrait être retirée au début de l’année prochaine : n’hésitez pas à y faire un tour, le Peugeot Avenue ferme à 23 heures tous les jours !

Crédit photographique : François M.