Dans sa vitrine « Peugeot Avenue », le félin constructeur faisait montre de son instinct animal. C’était il y a quelques semaines : gare aux coups de griffe !

Cette exposition d’automne du Peugeot Avenue, outre sa mise en scène en origami et concept-cars, avait un objectif : participer au lancement de carrière de la nouvelle 308. Ni plus, ce qui limite légèrement l’interprétation des décors et des idées convoqués pour cette présentation, ni moins car avec les EX1 et HX1 ainsi que le concept 308 R, il ne s’agit pas non plus d’une expo « au rabais ». Maintenant renouvelée, (re)découvrez à quoi « l’instinct animal » ressemblait.

EX1 & HX1

EX1, un nom un peu technique pour ne pas dire barbare qui cache un bolide électrique habillé par Olivier Gamiette. Conçu il y a déjà trois ans, il fut conduit sur circuit par l’explorateur Nicolas Vanier. Proche dans son architecture bi-place des concepts Asphalte (1996) et du duo 20Cup (2006), il est 100 % électrique, avec une puissance cumulée de ses deux moteurs montant à 340 chevaux (250 kW). Puissance de feu, mais bonne autonomie, avec 450 km annoncés, grâce aux batteries lithium-ion de 30 kWh. L’efficacité de l’EX1 a été démontrée sur circuit à Montlhéry, où sa transmission intégrale permit de contenir les 240 Nm de couple.

Long de 3,54 m et large de 1,77 m, il n’est haut que de 90 cm ! Son aspect sportif n’est pas usurpé: six records du monde sont battus par le concept EX1 en 2010, notamment le 1000 Départ arrêté (28,16 secondes, soit 127,8 km/h de moyenne). Le 0 à 100 km/h se fait en 2,24 secondes, et la vitesse maximale est atteinte en 5,1 secondes, temps au bout duquel l’EX1 se « stabilise » à 260 km/h. Sacrée bête, conçue en double, et dont les deux concepts-car sont de temps en temps exposés, accrochés à un mur, au Musée de l’Aventure Peugeot.

On a déjà vu le HX1 au Peugeot Avenue : c’était à l’été 2012 ! Et encore avant, c’est à Francfort en 2011 que ce crossover de 6 places avait fait son apparition. Hybride diesel plug-in, le concept HX1 est capable de parcourir 30 km en mode zéro-émission. Sa puissance combinée est de 299 chevaux (2,2 HDi 204 ch + 70 kW), avec une transmission de fait intégrale (puissance électrique sur le train arrière). Malgré une dimension très imposante (L/l/h : 4,93/1,99/1,37 m), son allure profilée aboutit à un Cx de 0.28, bien aidé par des ailerons rétractables à l’arrière et par des ailettes sur les jantes. Résultat : des performances promises pour s’établir à 3,2 l/100 km pour 83 g de CO2/km.

308 & 308 R

C’est pour le lancement de la nouvelle 308 que cette exposition a été pensée. Si bien que deux modèles étaient montrés, dont un ouvert au public dans un espace aux murs réfléchissants. Essayée de main de maître par Philippe et photographiée par l’objectif d’Adrien, la dernière Peugeot est, comme souvent lorsque le groupe PSA est en crise, un modèle crucial pour sa survie. Son design s’éloigne de beaucoup de la précédente 308, abandonnant l’allure monospaciante et les gimmicks félins, pour se doter d’une fine calandre et d’une longueur raccourcie de quelques centimètres.

A l’intérieur, en revanche, Peugeot reconduit son nouveau poste de conduite, l’i-cockpit, qui propose une expérience de conduite différente de la concurrence via un volant rapetissé et une lecture des compteurs par dessus la jante du-dit volant. La centralisation des commandes se fait sur un écran tactile. Si la très grande majorité des essais a pu rendre compte d’un châssis efficace (malgré l’adoption de la nouvelle plateforme EMP2) et de verdicts enthousiastes, le succès commercial ne pourra être confirmé ou contesté que l’an prochain, au regard des ventes de la nouvelle 308 pour sa première année pleine.

Nous l’avions découverte au Salon de Francfort, et plus récemment au Weekend du Design Peugeot au Musée de l’Aventure de Sochaux : la 308 R fut présentée au public parisien au cours de cette exposition. Maquillage stylistique par boucliers et pièces hypertrophiées, calandre « R » inédite au Lion intégré, teinte bicolore avec la coupe franche latérale reprise du concept Onyx, et sous le capot le tout dernier 1,6 THP « Prince » dans sa version boostée à 270 chevaux. Ce moteur, déjà disponible sur la RCZ-R, a été élaboré par les équipes de Peugeot Sport. Les dirigeants de la marque n’ont pas nié son passage en série, ce qui laisse imaginer deux prochaines déclinaisons de la dernière compacte sochalienne:

– une GT / GTi (l’une HDi, l’autre THP), autour des 200 chevaux
– une « R », de 270 chevaux.

Soit une arborescence de gamme qui ressemble à s’y méprendre avec la Golf de Volkswagen, cible désignée de la nouvelle 308.

Bonus & Conclusion

En marge de l’exposition « Animal Instinct », vous aurez remarqué les décors proposés, sous forme d’origamis en taille réelle d’un requin, d’un serpent, et d’un tigre. Ils figurent chacun les qualités dynamiques des Peugeot : rapidité, capacité à se faufiler, et sérénité, le Roi des animaux n’hésite pas à emprunter les attributs de ses subalternes ! On remarquera aussi la présence d’un vélo, plus exactement du RSR Di2 Ultegra, une bicyclette à cadre en carbone de 7,5 kg et équipée par Shimano. A priori, sur le papier, une redoutable machine de course.

Cette exposition a depuis été remplacée par la thématique de Noël, baptisée « Winter Collection » : nous en parlerons bientôt !

Crédit photographique : François Mortier pour BlogAutomobile.fr