La BMW i8 est une intéressante GT hybride, à peu près seule sur son segment. Au bout de trois ans, elle a bien mérité son petit restylage et surtout l’ajout d’une très élégante version roadster.

Les modifications esthétiques de la version coupé sont très légères. Tellement légères que vous ne les remarquerez absolument pas : quelques retouches sur les prises d’air et c’est tout. Mais était-ce vraiment la peine ? L’i8 est suffisamment atypique et peu fréquente dans nos rues pour ne pas encore avoir pris de coup de vieux. Un petit détail quand même : l’ajout d’un logo « Coupé » sur l’aile arrière, pour bien la distinguer de la version Roadster.

Car c’est elle la grande nouveauté. Basée sur le même châssis en plastique et carbone que la Coupé, elle perd ses deux places arrière pour pouvoir abriter le système de capote en toile souple, léger et compact, ainsi qu’un espace de stockage pour vos sacs de voyage. La capote est bien sûr commandée électriquement et demande 15 secondes pour passer d’une position à l’autre, jusqu’à la vitesse de 50 km/h.

Afin d’habiller la partie arrière, BMW a intégré deux bossages dans la continuité des sièges, donnant une apparence très dynamique à l’ensemble, un peu comme sur une Ferrari 488 Spider. L’aile arrière porte un badge « Roadster », au cas où vous n’auriez pas remarqué l’absence de toit. La vitre arrière placée entre les bossages est motorisée et peut agir comme protection anti-remous. L’augmentation de poids est assez restreinte : + 60 kg seulement, pour un total de 1 595 kg. Merci le carbone !

Dans l’habitacle, quelques changements de détails : nouvel écran multimédia et apparition de l’option affichage tête haute. De nouveaux coloris extérieurs (Donington Grey et E-Copper) et de nouveaux habillages intérieurs complètent les nouveautés esthétiques.

Quelques nouveautés sous le capot aussi. Si le 3 cylindres essence de 1,5 l reste inchangé avec 231 ch, la partie électrique gagne un nouveau jeu de batteries, passant d’une capacité de 7,1 à 11,6 kWh. Le moteur électrique peut à présent atteindre 143 ch, pour un total thermique+électrique combiné de 374 ch (contre 362 actuellement). Pas de modification des performances avec un 0 à 100 en 4,6 s pour le Roadster et 4,4 s pour le Coupé. L’autonomie électrique est par contre en nette amélioration avec 55 km en tout électrique (au lieu d’une trentaine).

La BMW i8 Roadste et le Coupé restylé seront en vente… bientôt… et contre une somme d’argent, probablement. A moins que BMW n’accepte le troc contre des coquillages, ou éventuellement les Bitcoins. Blague à part, ni prix ni date de commercialisation n’ont été communiquées pour ce joli duo. Pour une fois, je crois que je préfère même le Roadster au Coupé ! Et si le Coupé se retrouve face à la Honda NSX et la Lexus LC, le Roadster est réellement seul au monde en tant que découvrable hybride !

Crédits photos : BMW