BMW complète sa gamme compacte avec un nouveau cabriolet dérivé de la Série 2 Coupé. Dans son viseur, l’Audi A3 Cabriolet…

La gamme Série 2 souffle le chaud et le froid chez le constructeur Bavarois: la ligne du Coupé et sa vélocité en version M235i ravissent les fans, ses optiques mutinent rassurent ceux qui ont été surpris par le parti-pris des phares tombants de la Série 1 berline… Mais « Série 2  » est aussi le matricule auquel répond le monospace Active Tourer, et bien que son design soit réussi, sa fiche technique du personnage (traction, moteurs trois cylindres, future version 7 places) continue de surprendre. Pour cet automne, l’air va pulser encore davantage autour de la Série 2 avec une nouvelle déclinaison Cabriolet.

La proposition est classique : il s’agit d’un Coupé sur lequel l’acier du toit a été remplacé par une toile rétractable automatiquement en 20 secondes, à l’arrêt ou en roulant jusqu’à 50 km/h. Les proportions de la voiture sont donc identiques au coupé, avec 4,43 m de long et 1,77 m de large. Ce sont, comparées à l’ancienne génération appelée « Série 1 Cabriolet », des valeurs en hausse (+ 7 cm de long, + 3 cm de large). Cet allongement profite à l’allure de la voiture, davantage tricorps que naguère pour paraître plus équilibrée. Le coffre bénéficie au passage d’une augmentation de son volume, qui passe de 280 à 335 dm3 selon BMW. Contrairement à sa grande sœur Série 4, ce volume n’est pas grévé lorsque la capote est repliée. Cette dernière est proposée en trois teintes, à marier avec la robe de la carrosserie : un chocolat, un gris, ou un très classique noir.

A bord de la Série 2 Cabriolet, on retrouve le tableau de bord bien connu de la Série 1. L’info-divertissement progresse, à l’image du système ConnectedDrive embarqué qui propose une connexion 4G et la mise à jour (gratuite !) des cartes routières. L’ensemble se pilote au moyen de la molette iDrive dont la partie supérieur est dorénavant tactile pour se guider à travers les menus. La Série 2 est accueillante à l’avant, mais aussi aux places arrière qui semblent plus spacieuses, et capables d’accueillir convenablement 2 occupants. Pour les séparer, on trouve le tunnel de transmission, car cette Série 2 reste une propulsion.

Sous son capot, on retrouve la plupart des blocs du Coupé Série 2, à savoir le L3 1.5 l essence 218 i (136 chevaux), les L4 220i (184 ch) et 228i (245 ch), et le L6 de la M235i (326 ch). Côté diesel, il ne faudra compter que sur le seul L4 220d (190 ch) ; si le 218d est assuré de ne pas trouver séjour dans le Cabriolet, la 225d et ses 218 chevaux pourraient rejoindre la tarification dans quelques mois. Chacun de ces moteurs se goûte en boîte automatique 8 vitesse StepTronic, ou en boîte 6 manuelle. Qautre niveaux de finitions sont proposés : Lounge, Sport, Luxury, M Sport, tandis que la M235i est à part dans le tarif au regard de ses prestations techniques.

Lorsqu’elle sera disponible, au printemps 2015, le prix de départ, sans options, de la 218i, se situera déjà à 34 350 €, soit plus de 2500 € de plus que sa rivale l’Audi A3 Cabrio en 1.4 l 125 ch (31 370 €). Sans options, dis-je, mais pas nue, puisque clim et allumage des phares sont automatiques, ainsi que la manipulation de la capote, entre autres équipements « offerts ». Pour le filet anti-remous ou le GPS en revanche, il faudra mettre au bout. Pour ceux qui souhaiteront rouler en Série 1 cabriolet dès cet hiver, les entrées de gamme seront l’essence 220i (37 600 €) ou 220d (39 150 €). Tout en haut de la liste trône la M235i qui réclame 52 900 €.

Pour apprécier ce nouveau cabriolet bavarois sur la route, c’est par là en c’est en vidéo :

Ce bel oiseau arrive sur nos routes dès cet automne et se dévoilera aux visiteurs du prochain Salon de l’Auto. De quoi rafraîchir l’ambiance d’un stand BMW surchauffé par les derniers lancements (X4, X6, X3 LCI, 2 Active Tourer, i8…), ou au contraire, venir réchauffer le cœur de ceux qui, après le monospace et l’aventure « i », auraient pu penser que l’Hélice finissait par ne plus tourner rond.

Via BMW, Youtube.

F. Mortier