Il y a quelques jours sur sa piste d’essai de Miramas dans le sud de la France, BMW profitait des Journées de l’Innovation pour dévoiler ses derniers projets en matière de nouvelles technologies visant à la réduction notable de la consommation de carburant tout en préservant des éléments de la culture BMW, la puissance et le plaisir au volant.

BMW Serie 5 GT Power eDrive.0

Bien sur les grincheux diront qu’avec le monospace compact, les SUV divers et variés, le plaisir au volant n’est plus dans les préoccupations du constructeur qui vise essentiellement à grossir et tend à devenir un généraliste parmi les généralistes. Mais il ne faut pas se tromper, les ingénieurs de la firme munichoise travaillent d’arrache pied au développement de la prochaine génération de véhicules Hybrid Plug-in qui doivent mêler performances, plaisir de la conduite, économie de carburant et faibles émissions de CO2.

Si actuellement les véhicules hybrides de la marque allemande sont capables dans le meilleur des cas de parcourir entre 30 et 40 km en mode tout électrique, la marque a aujourd’hui comme objectif de porter cette autonomie à 100 km et se donne les moyens d’y parvenir notamment au travers de cette Serie 5 GT Power eDrive qui était présentée cette semaine.

Avec la Serie 5 GT Power eDrive on constate que les prochains modèles hybrides rechargeables de BMW vont venir se positionner entres les actuelles voitures hybrides Plug-in et les voitures entièrement électriques. On découvre donc une grande berline qui annonce  une autonomie de plus de 100 km en tout mode électrique ce qui devrait permettre aux utilisateurs de faire la majorité de leurs trajets quotidiens comme s’ils étaient au volant d’un « vrai » VE.

Pour proposer de telles performances, BMW utilise de nouveaux moteurs dérivés de celui de la i3 mais dans une version plus puissante. Par ailleurs, la capacité des batteries sera doublée avec une puissance pouvant atteindre 20 kWh.

En fait, et pour faire simple, cette BMW Serie 5 GT Power eDrive dispose de trois moteurs (1 thermique et 2 électriques). Le premier moteur électrique développe 200 kW (272 ch) et il est situé au niveau de l’essieu arrière qu’il entraine. Le second moteur électrique est fort de 150 kW (204 ch) et il est positionné à l’avant. De par la disposition de ces moteurs électriques, la BMW Serie 5 GT Power eDrive est équipée d’une transmission intégrale. Ce moteur électrique de 150 kW est associé à un moteur thermique L4 2.0 L turbo fort de 228 ch. Le groupe propulseur hybride avant est associé à une classique BVA8. Au total, cette BMW Power eDrive revendique la puissance de 500 kW soit 680 ch et un couple supérieur à 1.000 Nm.
Le moteur thermique a deux fonctions :

1- Booster les performances lors d’une forte sollicitation
2- Prendre le relais des batteries si celles ci sont vides

Pour faire avancer son modèle, le constructeur munichois a prévu trois modes de fonctionnement de la chaîne de propulsion de l’auto. Ils fonctionnent d’ailleurs selon des principes classiques que nous connaissons tous et que voici :

1- Un mode tout électrique : Le moteur électrique situé à l’arrière entraîne uniquement l’essieu arrière. Il peut fonctionner soit sur un rapport fixe, soit avec plusieurs vitesses gérées électroniquement lorsqu’il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup de couple. Dans ce mode de fonctionnement, le moteur thermique sert essentiellement à recharger la batterie qui alimente le moteur.

2- Un mode thermique : Comme dit précédemment, ce mode de fonctionnement entre en service lorsque la batterie est entièrement vide. Ainsi automatiquement la voiture passe en mode traction et le L4 2.0 L turbo de 228 ch entre en action. On constate ainsi qu’il existe encore une liaison mécanique entre les roues et le moteur essence qui ne sert donc pas seulement de Range Extender.

3- Un mode hybride : Il gère automatiquement les groupes propulseurs et crée les interactions entre les deux moteurs électriques et le bloc à essence notamment lors des fortes sollicitations. Dans ce mode de fonctionnement, la BMW passe en mode transmission intégrale.

Selon le constructeur, cette technologie hybride permet de faire baisser fortement les consommations et les émissions ce qui devrait permettre à BMW dans les prochaines années d’avancer des niveaux de pollution plutôt faibles tout en assurant des performances de premier plan. Ce système de propulsion hybride est aussi la garantie pour le constructeur d’être en phase avec les futures normes Euro7 et 8 ainsi qu’avec le prochain système d’homologation WLTP que l’Union Européenne doit mettre en place dans moins de trois ans. BMW annonce une autonomie de plus de 600 km.

Sachez aussi que ce système hybride qui fonctionne ici avec un moteur thermique à 4 cylindres est aussi conçu pour fonctionner avec le nouveau L3 1.5 de la firme allemande. BMW laisse entendre que cette technologie est onéreuse et qu’au moins au début elle sera réservée aux modèles haut de gamme et/ou sportif des marques du groupe. On pourrait ainsi retrouver cet ensemble propulseur sur les Serie 7, Serie 6, les grands SUV mais aussi, peut être sur une Rolls Royce. Le constructeur ne donne aucune date de mise sur le marché mais laisse entendre qu’entre les délais de finalisation du projet et l’arrivée sur des futures voitures, il faudra encore patienter jusqu’au début de la prochaine décennie avant de profiter de cette technologie hybride qui s’annonce prometteuse.
A suivre.

Via BMW.