Bolloré Bluecar.1

On l’attendait depuis le Mondial de l’automobile fin septembre mais ce n’est qu’en cette fin de mois de février 2013 que la Bluecar se décide enfin à venir sur le marché des voitures électriques neuves.
Alors pour faire l’acquisition d’une Bolloré Bluecar neuve, il vous faudra débourser la somme de 19.000€ TTC auxquels il faudra déduire le bonus écologique de 7000 € ce qui met la Bluecar neuve à 12.000€ TTC mais sans les batteries car Bolloré a décidé de s’inspirer du système Renault en vendant la voiture mais en louant le pack de batteries 80€/mois et sans limitation de kilométrage (Bolloré annonce qu’au delà de 400.000 km, le pack de batteries sera changé intégralement et gratuitement par le constructeur).
A cela on pourra ajouter 700€ pour le câble de recharge (>8-9h00 sur une prise 220V/16A) ou une borne de recharge à domicile Bluebox pour 995€ (recharge en 8h00 sur du 16A et 4h00 sur du 32 A). Si vous avez accès à une borne Autolib’ (24h00 de stationnement au maximum), il faudra vous abonner moyennant 15€/mois.

Bolloré Bluecar.0

Si vous préférez louer votre Bolloré Bluecar, sachez que la formule de base vous coûte 300€/mois (contrat de 3 à 20 mois) mais cet abonnement est dépourvu d’assistance en cas de panne de batterie ou de court circuit ! Si vous voulez être tranquille il faudra préférer le très onéreux contrat avec loyer mensuel de 500€ /mois qui inclut l’assistance 24/24 en Ile-de-France, la recharge sur les bornes Autolib’ ou par câble et l’assurance Tout Risque de la voiture.

Au chapitre des nouveautés de la Bluecar 2013, on appréciera la nouvelle livrée Bleu Métallisé, une finition qui fait plus haut de gamme avec notamment une nouvelle sellerie de couleur, un système d’informations sur la voiture, son fonctionnement ou sur l’état des batteries via l’écran central de planche de bord, un système GPS (avec radio) est intégré dans la console centrale. on dispose aussi de deux fixations IsoFix à l’arrière, d’un bouton d’assistance 24/24 en cas de panne.

La Bluecar VP évolue du coté de la mécanique et des performances puisqu’elle annonce une Vmax de 130 km/h au lieu de 110 km/h pour la version Autolib’. Si le moteur électrique reste identique, sa puissance évolue et passe de 30 kWh/40 ch à 45 kWh/60 ch et en crête durant 30 secondes on passe de 35 kWh/46 ch à 50 kWh/67 ch. Bolloré met toutefois en garde les acheteurs en rappelant qu’en circulant à vitesse « élevée », l’autonomie de l’auto chute à 150 km alors qu’une utilisation purement urbaine urbaine garantit une autonomie variant de 200 à 250 kilomètres grâce aux batteries Lithium-Métal-Polymère de nouvelle génération. Pour exploiter au mieux les performance de la citadine électrique, Bolloré la dote d’un système de gestion avec trois modes de fonctionnement (pas prévu sur Autolib’) qui sont les suivants :

– Normal pour une conduite confortable
– Sport pour privilégier les reprises au détriment de l’autonomie
– Ice pour les conditions précaires et/ou hivernales d’adhérence

Pour rappel, la Bluecar c’est :

VP, 2 portes, places

L : 3.65 m / l : 1.70 m / h : 1.61 m

Coffre : 350 dm3
1120 kg

La voiture est d’ores et déjà en vente sur le site de Bolloré Bluecar par contre peu ou pas d’éléments pour ceux qui seraient intéressés par le VE et qui vivent en province. A suivre et a revoir dans un comparatif avec la Renault Zoé durant le printemps prochain.
(NDLA : vous pouvez retrouver l’essai de la Bluecar parmi les sujets du mois de décembre 2012).

Via Bolloré.