Oubliez juin-juillet 2008 ! Il y a quelques années, nous disions tous en choeur  » « quand le litre d’essence sera à 10 francs, je ne roulerais plus !  » ( 1.5244€ pour les plus jeunes ! ), eh bien nous y sommes et sans difficulté puisque le SP95 a atteint 1.51€, le SP98 explose le fameux plafond avec un prix de 1.5417€ et les gazole, selon les endroit oscille entre 1.35 et 1.40€ avant de nouveaux records attendus dans les jours ou semaines à venir.

Reste tout de même quelques centimes pour le gazole avant qu’il n’atteigne lui aussi sont plus haut historique qui est à 1.4541€ fin mai 2008. Il représente 78% de la consommation de carburant en France. Conjoncture ( pourtant mauvaise pour la très grande majorité d’entre nous ), crise dans le Maghreb et au Moyen Orient, spéculation, hiver assez rigoureux, niveau de taxation élevé, profits, coût d’exploration et d’exploitation de plus en plus élevés si l’on en croit les dires des pétroliers.

 

Oui, nous roulons toujours mais de moins en moins si ce n’est pour des raisons bien précises ou professionnelles ! Adieu les balades du week end, les visites à la famille lointaine, désormais on regroupe, on rentabilise et surtout on compte son budget et on reste plus chez soi au point , pour certains de ne plus pouvoir utiliser leur auto pour autre chose que le travail ou les courses alimentaires. Triste et difficile période qui devrait avoir une vraie incidence sur les budgets de chacun, mais aussi sur le marché automobile puisque si l’on roule moins, on use moins sa voiture et les 10 ou 15% de « nantis » ne peuvent à eux seuls soutenir le marché automobile européen et la demande.

Mauvaise passe financière, immobilisme de l’état notamment via les taxes qui ne diminuent pas  ( quand on connait le déficit, on comprend qu’un centime soit un centime pour notre chère ministre des finances et de l’économie  ), mais aussi arbitrage dans les budgets, baisse de la consommation du fait de la hausse du pétrole et son son influence sur les prix, l’absence de reprise, absence de hausse du fameux pouvoir d’achat qui s’est transformé pour une partie de la société en simple maintien du pouvoir de vivre. Les signes d’une nouvelle crise liée au prix du pétrole sont bien là avec tout ce que cela implique dans nos vies de tous les jours. Les transporteurs via l’OTRE, font savoir que la situation devient critique pour bon nombre de petits et moyens transporteurs qui ont vu en quelques semaines leur poste « carburant » exploser. Les pêcheurs commencent eux aussi à grogner et à devoir limiter leurs sorties en mer… transporteurs + pêcheurs = cocktail explosif

Il est même d’ailleurs « surprenant » que certains pays et leurs ministres annoncent déjà un baril à 200$ pour la fin du printemps ( cf Alan Duncan, conseiller spécialiste du pétrole ( conseiller ou lobbyiste chez BP ??? ) auprès du premier ministre britannique D.Cameron )… Et pour votre information, le baril de brut à New York était ce matin à 105.29$ ( avec une tendance baissière comme on dit dans le milieu de la bourse ! ) et le baril de Brent ( le meilleur ! ) était à 116.73$ et pour les consommateurs, encore quelques centimes de plus à la pompe dès demain ou en fin de semaine !

 

Via AFP, LeMonde, Boursorama.

Merci à Wingz, Babouse  et P.Tastet pour leurs dessins !