Margot Cagliero, représentante la FIM-CISL disait il y a quelques jours aux journalistes du journal Il sole 24 ore : « [..] Il n’y a même plus d’argent pour acheter une boite de clous[..]. C’est dire si la situation est critique depuis le début du mois d’octobre du côté d’une des dernières prestigieuses carrosseries italiennes.

Carrosserie Bertone

Mise en faillite il y a 5 ans, la carrosserie Bertone avait mis une bonne année pour se restructurer et se relancer et après 3  années correctes, c’est de nouveau la catastrophe et le risque de faillite est bien réel puisque les l’argent ne rentre pas, les salariés ne sont plus payés depuis le mois d’octobre et il n’y a plus de trésorerie pour acheter les matériaux destinés à la fabrication des autos actuellement en commande.

Ainsi l’entreprise Bertone a été placée sous administration judiciaire en milieu de semaine passée avec un délai de 4 mois pour trouver une solution, clarifier la situation de la carrosserie et celle des 190 salariés qui travaillent aussi bien pour le bureau de design que pour Bertone Workshop, la branche « voiture sur mesure » qui semble pourtant tourner correctement mais hélas pas suffisamment pour faire vivre la société italienne.
Actuellement la direction de Bertone dans quatre directions :

-Conserver l’intégralité des emplois
-Eviter la dispersion du porte feuille de clients et consolider les liens avec les clients et partenaires historiques
-Développer de nouveaux projets
-Rechercher un nouveau partenaire ou un acquéreur

A l’heure actuelle, seul un repreneur est apparu au grand jour, il s’agit d’une entreprise turque qui aurait déposer sur la table quelques 2 millions d’euros ce qui est bien peu au regard de ce qu’est l’entreprise turinoise. Il semble toutefois que 5 ou 6 autres repreneurs potentiels soient actuellement en cours de discussions et/ou de négociation. Et selon la presse italienne, il y aurait parmi ceux ci un ou plusieurs constructeurs. Une affaire à suivre d’ici au printemps 2014.

Via IlSole24Ore, LLN.