Oui les voitures break ont toujours eu leurs adeptes, leurs clients qu’ils soient ou non d’ailleurs, père de famille ou VRP ( comme on le disait du temps des 404 break ) mais la clientèle est toujours là. Aussi ce soir, j’ai fait le choix de vous proposer quelques raretés ( souvent issues du travail de carrossiers ) qui marient luxe et praticité.

Pour commencer, je vous dévoile une très rare Lancia Théma 8.32 SW de 1993 avec moins de 1.000 km au compteur. Une rareté car il y a du y en avoir une ou deux de construites au début des années 90 .

Pour rappel, cette Lancia principalement produite en berline, est motorisée par un moteur 3.0 L V8 Ferrari issu de la 308. Il est ici installé transversalement à l’avant et délivre quelques 215 chevaux dans un bruit enchanteur. cette Théma 8.32 était était lors de sa sortie une des plus puissante traction du marché. Cette 8.32 était annoncée pour une Vmax de l’ordre de 240 km/h et le 0 à 100 était abattu en 6.8 secondes. Cette Théma qui est une ph 2 doit être très probablement équipée du pot catalytique, ce qui lui faisait perdre 10 chevaux et quelques kilomètres/heure en Vmax.

Une très belle auto de 1993 pour laquelle il faudra néanmoins prévoir unvrai budget entretien car pour une bonne partie des interventions mécaniques il faut descendre le moteur Ferrari !

Place à une autre rareté, la Mercedes Classe S break et ici c’est une 560 SEL Combi que je vous propose de découvrir… Imaginez la même avec rappeurs et bimbos à l’intérieur, ça ferait désordre tant le design de cette mercedes de luxueuse mais break est classique, rigide pour ne pas dire austère.

Cette vraie rareté est le fait d’un artisan carrossier allemand qui a réalisé ce travail il y a seulement quelques temps et non à la livraison de l’auto en 1990. Cette 560 SEL Combi, puisque tel est son vrai nom, est motorisée par un V8 de 5.6 L qui délivre 272 chevaux et autorise une Vmax de 240 km/h.

 Place maintenant à une BMW et pas n’importe laquelle puisque vous  allez découvrir l’unique BMW 735i E23 …Touring de 1985. Une voiture luxueuse et sportive à l’époque qui était propulsé par un L6 3.5 L de 218 chevaux ( le même moteur que sur le coupé 635 CSi ). Ici vous aurez droit à une version bicolore avec jantes alu 17 pouces Alpina ( mais chromées ce qui n’est pas dans le cahier de charge de la aison de Buchloe  ) , chassis sport et volant Hartge. L’état de l’auto n’est pas mirobolant mais la voiture est très rare car réalisée par un carrossier munichois aujourd’hui disparu.

Et je finirais cette petite série de voitures rares et break par une Rolls Royce Silver Shadow 2 « Estate » d’une beau bleu quasi assorti aux manteaux de la reine et qui est encore dans un bel état. Cette voiture est propulsée par un moteur V8 6.75 L de 200 chevaux ( 6.2 L et 175 chevaux pour les phase 1 – de 1965 à 1971 ) environs associé à une antique BVA3 de chez GM . Pour faire bonne mesure et surtout bon confort, surtout  lorsque le coffre est chargé à ras bord pour aller en pique nique ou à la chasse avec une floppée de gorgis, cette Silver Shadow dispose d’une suspension hydraulique très fortement calquée sur ce qui se faisait chez Citroën à l’époque. Vu l’importante masse de l’auto cette Rolls dispose de 4 freins à diques avec double circuit nécessaire pour stopper les 2.400 kg de l’auto, ce qui finalement était beaucoup pour l’époque mais qui serait presque commun de nos jours …

Voilà un rapide coup d’oeil sur quelques breaks de luxe très rares mais on aurait aussi pu ajouter les Jaguar XJ carrossées par Lynx, les Aston Martin Shooting brake et quelques autres allemandes ou itlaiennes, mais n’ayez crainte nous y reviendront peut être bien un jour !

Et je finis avec une vraie vraie rareté très élégante, l’Alfa Roméo Giulia Sprint Shooting Brake.

Via Autoblog, Eddy Clio, Autoscout24, Pestalozzi.