Chrysler-versus-NHTSA . Victoire de la NHTSA et rappel de 2.7 millions de véhicules pour Jeep

« Les véhicules concernés ne sont pas défectueux et sont parmi les plus sûrs de leur catégorie. Toutefois, Chrysler reconnaît que la question a créé des vraies inquiétudes chez ses clients et veut prendre des mesures en coordination avec la NHTSA, pour améliorer la sécurité de ses véhicules ». Voilà les quelques lignes du communiqué publié par Chrysler au terme de plusieurs semaines de discussion, d’opposition, de tractations et de négociations entre les deux parties. Au bout du compte, c’est donc la position ferme et quasi intransigeante de l’organisme fédéral qui l’emporte et « condamne » Chrysler et sa filiale Jeep a rappeler quelques 2.7 millions de Jeep Liberty (Cherokee) et de Grand Cherokee. Reste que chez Chrysler on a sa fierté et on persiste à dire que ce rappel imposé est tout sauf un rappel.

La firme d’Auburn Hills perdure dans sa posture et fait clairement savoir que ce rappel n’en est pas un, qu’il est volontaire de la part du constructeur et que les 4×4 concernés par l’affaire passeront dans les ateliers des distributeurs Jeep dans le cadre d’une campagne volontaire et indépendante c’est à dire non soumise à la décision de la NHTSA, ce dont on peut clairement douter quand on connait la puissance de la National Highway Traffic Safety Administration.

On ne perdra pas de vue que cette affaire a quand même fait des morts en Amérique du nord et que le vrai problème vient d’incendies causés par des défauts de fabrication sur les réservoirs. Reste maintenant à Jeep à expliquer à ses clients le pourquoi du passage en atelier des deux véhicules concernés puisqu’il ne s’agit pas d’un rappel et surtout à estimer le coût financier d’une telle opération qui pourrait être important.

Via Detroit Free Press.