Surprise en plein Paris vendredi dernier, la Citroën DS3 Cabrio est en plein roulage. Il s’agit de l’étape finale des tests de fiabilité que subit tout nouveau modèle, après que la confidentialité sur son apparence officielle a été levée, mais avant que la commercialisation n’ait été effectuée. Une semaine seulement après les premières clichés révélés par Citroën, il est temps de découvrir dans la rue cette nouvelle DS3 Cabrio.

De prime abord on ne la reconnaît vraiment que par sa teinte bicolore, avec l’inédit « Bleu Infini » du toit/capote. Ses feux bien-sûr sont l’autre détail qui distingue cette DS3 Cabrio de ses comparses à toit en dur : il s’agit bien des optiques dévoilées par les photos officielles, avec l’éclairage à diodes en 3 dimensions. Particulièrement réussi, cet éclairage ne se remarque néanmoins que lorsque le véhicule est allumé, car à l’arrêt ces feux éteints ne laissent rien présager sur leur dispositif lumineux. Le petit sigle « DS » sur les côtés participe au chic de la voiture, sur un fond rouge légèrement plus sombre que sur les feux habituels.

Le reste de la voiture est également conforme à ce que les photos officielles annonçaient : une barre chromée en dessous de la lunette de coffre pour protéger l’aileron de la capote une fois celle-ci totalement repliée, aucune dénomination particulière (ni DS3-C, ni mention « Cabrio »), un jeu de jantes que la DS3 étrenne depuis le concept « DS Inside » de février 2009… L’on peut donc dire que Citroën a pris le parti de la cohésion de gamme et celui de la discrétion, un choix surprenant venant d’une marque qui n’hésite d’ordinaire pas à pourvoir ses modèles DS de détails esthétiques distinctifs.

Avec une apparence aussi discrète, vous vous demanderez sûrement ce qui fait de cette DS3 Cabrio une voiture différente ? Tant qu’elle n’a pas été essayée, on ne peut rien présumer de ses qualités. En revanche, dans l’immédiat, ce qui fait de cette voiture une véritable exception, ce sont ses autocollants sous le pare-brise. Ils renseignent sur le nom de la mission de roulage de ce qui n’est pour l’instant encore que le véhicule nom de code A56 : Magritte. Après la teinte « Bleu Botticelli », la DS3 passerait-elle du classicisme au surréalisme ? Cela ne l’empêchera pas de devenir une réalité pour le commun des mortels au prochain Mondial de l’Automobile de Paris, fin septembre.

Crédit Photographique : François M.