Arnaud Deboeuf, responsable de la gamme Entry  au sein du groupe Renault, disait ce week end aux Echos : « On a fait une erreur, et on va voir comment la rattraper. »quel avenir pour le Lodgy
Effectivement le constructeur roumain songeraitr à faire de la place au sein de sa gamme et plus particulièrement parmi les véhicules dits familiaux que son la Logan MCV, le Dokker et le Lodgy. Il semble que les résultats commerciaux de ces autos ne correspondent pas aux attentes du constructeur et à celles de la direction de Renault. Si les Sandero, Logan et Duster sont des best sellers sous les logos Dacia et Renault, il n’en est pas de même pour les véhicules précédemment cités.

Arnaud Deboeuf de poursuivre : « Il y en a trois aujourd’hui, il pourrait y en avoir moins dans le futur. Nous sommes actuellement dans l’analyse, pas dans le temps de la décision. »
En fait il semble que ce soit l’éparpillement des ventes qui pose problème à Dacia car cette démarche de dispatching des clients ne semble pas être dans les choix fait pour la gestion de la firme roumaine. Si le break MCV semble préservé avec près de 29.000 livraisons depuis le début de l’année; si le ludospace Dokker est à la relance avec 30.000 unités mises à la route et une augmentation des ventes de l’ordre de 28.5% sur le premier semestre, il semble qu’il n’en soit pas de même pour le monospace Lodgy qui voit ses ventes s’effondrer de 42.2% depuis janvier dernier. Ce sont seulement 24.362 exemplaires qui ont été vendus sur le même période que les deux autres modèles et il pourrait faire, peut être, les frais d’une ,possible cure d’amaigrissement de la gamme Dacia.

On est toutefois un peu surpris d’une telle décision notamment quand sait que :

– le véhicule n’a que 30 mois
– il est le seul monospace 7 places accessibles sur le marché
– que ce n’est pas un mauvais véhicule

Reste que comme les autres monospaces, le Lodgy paye cash l’engouement actuel pour les SUV et autres crossovers qui fleurissent sur le marché. Certains ajoutent que son look « paisible » et sans grand sex appeal ne plaident pas en sa faveur. Certes mais y a t-il sur le marché un monospace « sexy ? Peut être le Ford S-Max mais nous ne sommes pas dans la même gamme ni les mêmes tarifs.

Toujours est il qu’en fin d’entretien Arnaud Deboeuf tente de se rattraper aux branches en ajoutant : « Si on additionne aujourd’hui les volumes des trois modèles, on est largement au-dessus des ventes que généraient avant le MCV d’avant, nous avons élargi notre clientèle. » Oui mais cela ne semble pas suffire au constructeur qui cherche essentiellement les volumes afin de rentabiliser au plus vite son appareil de production. On pourra aussi ajouter que si le Lodgy venait à disparaitre (ce qui est encore loin d’être acquis), Dacia n’aurait plus dans sa gamme de véhicule 7 places puis la Logan MCV de seconde génération n’est pas prévue pour disposer de places supplémentaires dans le coffre ! 

Peut être qu’un peu de com’, quelques teintes chatoyantes, deux trois équipements familiaux suffiraient à relancer ce Lodgy que l’on devrait pourtant découvrir en version Stepway (pour aider à la relance ?) au Mondial de l’automobile dans quelques semaines. A suivre.

Via Les Echos.