Vers un retour de la prime à la casse

Si l’on en croit France Inter mais aussi différentes sources proches des instances dirigeantes, la fameuse prime à la casse aurait retrouvé grâce aux yeux de nos gouvernants et de leurs conseillers jamais à court de « bonnes » idées.

La prime à la casse est née balladurette, se métamorphosa en jupette et vécut jusqu’en fin 2010 sous la forme de fillonnette. Durant ces trois vies, la prime concernait exclusivement le marché des voitures neuves et visait à apurer le parc automobile des voitures trop anciennes et trop polluantes tout en soutenant artificiellement le marché VN souvent mis à mal pour des raisons économiques.

Si cette prime devait revenir l’an prochain, elle serait dédiée au marché de la voiture d’occasion et serait réservée aux  acheteurs qui accepteront de se débarrasser de leur veille voiture pour faire l’acquisition d’un modèle moins polluant mais pas neuf.
Cette aide pourrait concerner aussi bien le marché de l’occasion des professionnels mais aussi des particuliers. Cette prime qui pourrait prendre le nom de prime à la reconversion et serait versée directement aux acheteurs sous la forme d’un chèque après présentation aux services de l’état compétents de la nouvelle carte grise et du certificat de mise en destruction de l’ancien véhicule. Cela pourrait être une base de travail mais les modalités d’application strictes et contrôlées restent à définir si ce projet voit le jour l’an prochain. Cette nouvelle mesure pourrait être présentée le 20 septembre prochain lors de la Conférence Environnementale et entrerait dans le cadre de la fiscalité verte (réclamée à corps et à cri par EELV).

Cette prime à la reconversion pourrait coûter très cher à l’état et n’aura du sens que si on la couple avec une hausse de la fiscalité sur le diesel. Lier cette aide gouvernementale à une augmentation des taxes sur le gazole permettrait d’en payer une partie car on se rappelle tous que les précédentes versions avaient plus coûté que rapporté à l’état. Hélas un tel dispositif ne semble pas prévu par le gouvernement si l’on en croit l’annonce faite hier au sujet de la taxation du diesel.

Aucune réaction ou presque de la part des constructeurs français puisque Renault n’a fait aucun commentaire, Peugeot a fait savoir par communiqué : « Nous ne pouvons pas commenter quelque chose qui n’est pas encore officialisé. Il ne s’agit pas d’une info mais juste de paroles lâchées par un ministre et non confirmées par le gouvernement donc aucun commentaire à ce sujet n’est possible. » Enfin, Frédéric Banzet, le patron de Citroën s’est dit opposé à une telle prime qui ne concernerait qu’en partie les constructeurs et leurs services V.O.

Pour en finir avec cette affaire et pour avoir quelques éléments de réflexion sachez qu’en France :

– Le marché des V.O s’élevait en 2012 à un peu plus de 5 millions de véhicules soit 2.8 fois le marché VN.
– Environ 1.9 million de véhicules sont retirés de la circulation chaque année
– L’âge moyen du retrait de circulation est de plus de 13 ans
– L’âge moyen du parc automobile français est de 8.5 ans (vs moins de 5.5 ans en 1995)
– Le marché de l’occasion s’essouffle depuis quelques mois
– Le parc automobile s’appauvrit d’année en année

Une affaire à suivre dans 8 jours.

Via LeFigaro, FranceInter, Anea (Alliance Nationale des Experts en Automobile)