C’est un peu la question que l’on peut se poser après l’annonce faite hier par le petit constructeur de Cerizay. Après avoir été sauvé de la faillite au printemps par le consortium Focus Asia qui possède 88% du capital aux côtés de la région Poitou-Charentes qui détient elle, 12% du capital, Mia Electric fait entrer un nouvel actionnaire dans son capital.

Mia Electric et la Corée

Il s’agit de société Mia Electric Asia créée de toutes pièces par des investisseurs asiatiques « secrets ». Cette société d’investissement a fait l’acquisition de 10% du capital de Mia pour un montant de 5.3 millions d’euros. Cette société venue d’Asie est dirigée par un certain Mark Rho. Son entreprise MEA a aussi négocié l’exclusivité de la distribution des véhicules Mia sur la zone Asie-Pacifique contre le versement d’un montant d’un million d’euros à Mia Electric.

Mia Electric Aisia prévoit d’ouvrir un premier show-room à Séoul en Corée du Sud dans les prochains mois puis suivront ensuite des points de vente en Australie et en Malaisie. Mark Rho affirme avoir déjà un porte feuille de 700 commandes fermes de Mia. Il dit aussi viser quelques 2500 ventes en 2014 et plus dans les années suivantes…

Par ailleurs, Michele Boos, la PDG de Mia Electric assure que d’ici à la fin de l’année 2014, l’entreprise aura mis sur le marché une Mia Electric à pile à combustible qui fera croitre les performances de la Mia et notamment son autonomie qui pourrait passer de 120 km à plus de 675 km. Belle annonce mais cela demande confirmation tout de même quand on sait que les gros constructeurs n’annoncent rien avant 2015-2017.
Enfin, M.Boos, assure que malgré la disparition d’Heuliez et cette ouverture vers les marchés d’Asie, les Mia continueront à être produites dans les  Deux Sèvres à Cerizay. A suivre.

Via Mia Electric, LesEchos.