Après le Périph’ et sa vitesse, la circulation dans la capitale, le stationnement, c’est désormais au tour de la fourrière de voir ses conditions, essentiellement financières, évoluer. Et là encore, le décret semble quasiment pris par l’état uniquement pour la mairie de Paris puisque l’arrêté ministériel vise uniquement les villes de plus de 2 millions d’habitants dont la longueur de voirie publique est supérieure à 1.000 km et dont le nombre de places de stationnement, gratuites ou non, est supérieur à 100.000. Ainsi et en cherchant bien et même si le texte ne le stipule pas explicitement, seule la capitale est concernée par l’augmentation des tarifs de la fourrière même si les communes les plus importantes de France pourront, dans les prochaines semaines ou prochains mois, demander une modification (et donc un relèvement) de leurs prix de l’enlèvement et des fameuses journées de gardiennage.

??????????????????????????????????????????????????

Le ministère de l’Intérieur explique ces nouveaux tarifs par l’existence de problèmes de circulation et de stationnement dans ces fameuses villes de plus de 2 millions de personnes  avec au moins 1.000 de rues et 100.000 places de parking du fait des difficultés de mise en œuvre des opérations d’enlèvement des véhicules gênants, dangereux ou « ventouses ». Il semble qu’il faille désormais bien plus de temps pour extraire une auto que par le passé d’où une partie de la justification de l’augmentation des prix.

On apprend ainsi que le tarif d’enlèvement de la fourrière va passer de 126 à 150€ pour les autos et de 47.5 à 49€ pour les motos, mobylettes et autres scooters mal garés et ce dès le 1er janvier 2015. Mais ce n’est pas tout et là ça va faire mal et même très mal au porte monnaie des automobilistes négligeants, puisqu’en même temps nous découvrons que les frais de gardiennage journaliers pour les véhicules enlevés par la fourrière vont eux aussi augmenter au 1er janvier et pas qu’un peu ! Ainsi ils vont être quasiment multipliés par 3 et vont passer de 10 à 29€ par jour de garde d’un voiture et ils sont plus que triplés pour les deux roues puisqu’ils font un bond de 3€ à 10€/jour.

Par contre, vous serez contents d’apprendre que les autres tarifs liés à la mise en fourrière ne changent pas. Ainsi les frais de dossier restent fixés à 15,60€, les frais d’expertise en cas de litige sur l’état de l’auto sont toujours à 61€ et les frais d’immobilisation du véhicule avant la mise en fourrière sont eux aussi inchangés à 7.60€… Ouf !

Officiellement, on semble expliquer que l’augmentation substantielle de tous ces frais est mise en place afin de combler le déficit du système de fourrière de la préfecture de Paris qui a, rappelons le, enlevé plus de 250.000 véhicules divers et variés durant la saison 2013. Ce chiffre correspond, selon les données du Parisien, à un enlèvement de véhicule toutes les 2 minutes. Avec la modification des tarifs, la modernisation du matériel d’enlèvement, ces chiffres pourraient d’ailleurs évoluer à la hausse dans les prochaines années.
Sachez enfin que le service de mise en fourrière qui « sévit » à Paris perd encore et toujours de l’argent puisqu’on annonce un déficit de l’ordre de 8.5 millions d’euros pour l’an passé.

Via Ministère de l’Interieur, VDP, LeParisien.