Je n’avais pas encore de titre au moment où j’ai commencé le brouillon de cet article, puis je lis avec tristesse l’arrêt définitif de la production de la Fiat 124 Spider qui a à plusieurs reprises eu l’occasion de ravir les essayeurs de votre blog préféré, moi compris. Ventes en deçà des attentes ? Bloc 1.4 L dépassé pour les nouvelles normes d’homologation ? Si c’est cette dernière raison qui a eu raison du pétillant roadster, voilà un argument de plus pour se délecter une fois encore de celle avec qui tout a (re)commencé, l’Abarth 500, ici dans sa mouture 695, déclinée en édition limitée “70° Anniversario” et qui bénéficie de la même base mécanique.

Mes derniers contacts avec une Abarth 595 ou 695 remontaient à décembre 2017, lorsque je découvrais la très cossue 695 Rivale (dont l’essai est à relire ici). Il ne s’agissait pour l’occasion que de détails cosmétiques. Carbone, échappement akrapovic, cuir exclusif bleu, boiseries, aluminium, la recette a plu et l’hommage au manufacturier italien des bateaux les plus sexy de la planète fut une véritable réussite. 2019 marque pour Abarth les 70 ans d’existence de la firme au scorpion. 70 ans que la marque s’évertue à donner du peps aux petites italiennes, d’abord avec un simple échappement, puis bien plus par la suite. L’ensemble de la gamme 2019 a pour l’occasion reçu un badge exclusif pour marquer l’événement. 2019 a également vu le retour de la presque mythique “esse-esse”, devenue célèbre lors de la sortie de l’Abarth 500 en 2008 grâce aux fameuses caisses en bois qui contrevenaient le kit à monter en concession. Ô surprise, Abarth nous réserva une dernière surprise avec l’arrivée tardive d’une édition limitée dénommée “70° Anniversario” (la traduction sera bien inutile, même pour le moins polyglotte d’entre vous), limitée – ça ne s’invente pas – à 1949 exemplaires, identifiés via une plaque numérotée située derrière le frein à main entre les deux sièges. 

Tenue rétro

L’Abarth 695 70° Anniversario est sans aucun doute l’Abarth qui puise le plus dans le passé pour trouver ses inspirations stylistiques. Couleur extérieure “Vert Monza” surmonté d’un kit carrosserie large contrasté “Gris Campovolo”, LA couleur Abarth par excellence. Ligne d’échappement “Record Monza” (Internet doit transpirer du nombre de lignes élogieuses à son sujet), badges avant-arrière-latéraux spécifiques à la typographie délicieusement rétro, sticker scorpion sur le capot, bandes “Abarth” latérales et enfin, le clou du spectacle et la seule véritable nouveauté : un aileron mobile réglable en pas moins de 12 positions par tranche de 5° pour une position haute limite à 60°. Autant dire qu’à cet angle, l’appendice aérodynamique tient plus d’un aérofrein que d’un réel appui supplémentaire qu’Abarth promet à hauteur de 42 kg à 200 km/h. Nulle précision toutefois sur l’angle employé. L’intérieur reste sensiblement identique qu’une Competizione de série, qui est la base de cette série spéciale. Le carbone est de mise sur le volant et les sièges arborent une configuration bicolore noir/tabac particulièrement élégante finalisée par un drapeau italien brodé sur l’appuie-tête. 

Retour aux sources

Bien que dubitatif à la vue des premières photos du kit presse, la magie opère et je découvre avec enthousiasme notre Abarth 695 70° Anniversario lors de ce fameux week-end du Rallye du Var 2019 désormais également tristement célèbre pour ses crues exceptionnelles à la tournure tragique dans plusieurs communes du même département. Quoi de mieux que de découvrir cette nouvelle Abarth dans un environnement emprunt de compétition pour générer une sorte de retour aux sources me direz-vous. Pas grand chose je vous l’accorde. À cela près que les conditions climatiques furent tout simplement dantesques. 3 accidents en moins de 60 kms sur l’autoroute pour quitter l’aéroport de Nice (je ne vous parle même pas de l’atterrissage, à rayer de ma mémoire), des zones totalement inondées, des routes coupées, bref, une ambiance de fin du monde particulièrement lourde mais durant laquelle nous nous sommes attachés à vous procurer un essai de qualité, comme on essaye de le faire le plus souvent possible chez Blogautomobile.

Si l’Abarth 124 R-GT engagée a dû abandonner la compétition dès le samedi midi, suite à des conditions de roulage particulièrement périlleuses et à l’annulation des épreuves spéciales du samedi, notre 695 a continuellement démontré une hargne à la tâche, prête à défendre sa place dans le milieu des petites sportives abordables et résistant tant bien que mal aux affres de la pluie et du vent fouettant sans cesse sa frêle carrosserie. Et elle s’en est bien sortie cette petite puce. Le Torsen en action associé aux pneus 4 saisons a vite tiré son épingle du jeu sur les spéciales piégeuses laissées à l’abandon par les concurrents. Il ne nous aurait pas fallu une autre voiture que celle-ci. Maniable, agile, bruyante, drôle en toute situation et particulièrement adaptée aux routes escarpées grâce à son empattement court et à ses roues positionnées aux 4 coins. La boîte reste identique, imprécise, la position de conduite tout simplement horrible, l’amortissement cahoteux et la précision du système multimédia absente. Mais ce week-end précis, dans ces conditions spécifiques, je n’aurais pas pu prendre mon pied avec une autre voiture, et c’est encore une fois l’occasion pour nous d’envoyer le plus d’amour possible à cette bombinette aux hormones qui va tranquillement sur ses 12 bougies. Pas si mal le coup marketing finalement.

Comme si vous y étiez

Évidemment, comme j’essaye de le faire le plus souvent maintenant, je ne vous ai pas laissés sans vidéo, histoire d’imaginer la pluie battante tapant le pare-brise de toutes ses forces tandis que le Record Monza donne des vocalises comme si c’était son dernier round. 8 min de rodéo sur les routes désertiques du rallye du Var (sans rire, on a dû croiser 20 voitures en toute une après-midi).

Merci à Abarth pour l’invitation !

Crédits Photos : Maurice Cernay / Abarth