Notre avis sur le nouveau Suzuki S-Cross Allgrip

Nous avons conduit le nouveau Suzuki S-Cross et voici notre avis sur la conduite, l’habitabilité, la consommation, les tarifs,… Place à l’essai !
Essai Suzuki S-Cross 2022 Allgrip

Le Suzuki S-Cross a su trouver sa place au fil des ans au sein d’une clientèle à la recherche de caractéristiques bien précises, à un prix raisonnable. La recette continue avec cette seconde génération sur nos routes depuis quelques mois. Place à l’essai !

Cure de jouvence

On ne se retournera pas forcément au passage de ce nouveau Suzuki S-Cross, mais il fait indéniablement un bond en avant en termes de style. Plus statutaire, il expose désormais une large grille à l’avant, un capot horizontal et des feux effilés qui se prolongent sur les ailes. Si ses dimensions restent strictement inchangées (4,3 m de long pour 1,78 m de large) il renforce son positionnement tout chemin dans la gamme avec par exemple des passages de roues plus massifs et des formes plus anguleuses.

Belle habitabilité

En grimpant à bord on est très agréablement surpris par l’évolution, enfin, de l’écran. Plus grand (9 pouces), mieux intégré, au design plus moderne, ça change tout dans l’expérience utilisateur. Certes l’habitacle est toujours un peu rustique, mais ça a au moins l’avantage d’être ergonomique et de convenablement vieillir dans le temps. On pourrait cependant apprécier quelques rappels de couleurs et des assemblages plus rigoureux. En revanche, si il joue aujourd’hui plutôt dans la catégorie des SUV urbains (Capture, 2008, …), il propose une habitabilité presque digne de la catégorie supérieure avec un très bon accueil des passagers, à la tête comme aux jambes et 430 litres de coffre.

À emmener partout

Malgré une position de conduite un peu haute à mon goût, les premières impressions au volant de ce nouvel S-Cross sont plutôt encourageantes. Cette nouvelle mouture n’est actuellement disponible qu’avec le 4 cylindres 1.4 Boosterjet (la motorisation hybride 115 arrive à la rentrée). Quoique un peu pataud en courbe, avec des prises d’appuis trop écrasées, il se montre quand même dynamique en proposant de franches accélérations et des reprises honorables. Grâce à son poids contenu de 1285 kg, les 129 chevaux sont nettement suffisants. L’appui du petit moteur électrique, permettant au S-Cross d’être toujours alerte, donne donc une sensation de puissance idéale. La version Allgrip BVM6 que j’ai choisie à l’essai, est en plus un bon mélange. En effet, la boîte est globalement agréable en main, courte et correctement guidée, bien qu’elle accroche un peu. Cette dernière demanderait à être rendue plus fluide pour obtenir un 10 sur 10. Dommage cependant qu’il ne soit pas spécialement sobre en carburant avec une conso qui peut frôler les 8 litres aux 100 km en conditions difficiles. Il se stabilisera néanmoins entre 6 et 6,5 l/100 lors de trajets plus communs, mais on aurait apprécié descendre sous cette barre des 6 litres.  

D’autre part, on aime sa réelle polyvalence, notamment grâce à ses 4 vraies roues motrices, que l’on peut bloquer. Effectivement, le système Allgrip permet, avec ses divers modes de conduite, de verrouiller le différentiel central afin de parfaitement repartir le couple aux 4 coins. Le Suzuki S-Cross restera alors stable sur la neige, avec une bonne monte de pneus, ou sur chaussée humide. Quand certains concurrents pourront se retrouver en difficulté, voire bloqués. Sans oublier que sa garde au sol légèrement surélevée permet d’aller un peu plus loin que la route, plus sereinement. Pas de franchissement bien entendu, juste de quoi rejoindre un chemin forestier sans stresser pour sa carrosserie par exemple. De là, on se sent à l’aise sur tout type de route, et dans toutes les conditions. En plus, la direction qui m’a semblé trop assistée et pas très naturelle, laisse quoi qu’il en soit placer le SUV suffisamment précisément pour ne pas se sentir comme sur des œufs.

Au rayon des défauts, on regrette que les suspensions soient un peu cassantes. Le confort s’en voit un peu entaché dès lors que la route est détériorée, alors qu’il était un bon compagnon le reste du temps. Il n’a habituellement pas tendance à balloter ses passagers dans tous les sens. Puis enfin comme souvent, le 4 cylindres est malheureusement un peu trop sonore en pleine charge. On apprécierait la présence de quelques couches supplémentaires d’isolation ; car à part ça, l’hybridation légère fait le job et les bruits de roulement ou vent sont assez bien maîtrisés.

Prix canon

Même si cette nouvelle génération de Suzuki S-Cross a fortement augmenté ses tarifs (plus de 2000 euros en moyenne), il n’en reste pas moins une bonne affaire au vu de ses prestations rares sur le marché. S’il débute à 27 890 €, notre version du jour s’échange pour 31 090 € au minimum.  Vous bénéficierez alors d’une véritable transmission intégrale et de tout un attirail technologique de série. La finition de notre modèle d’essai, Style, ajoute la caméra 360°, le toit ouvrant ou encore un meilleur système audio pour 33 490 €. Sans oublier la peinture à 590 €. Total : 34 080 € et un malus 2022 de 170 € (133 g/km de CO²).

Bilan positif

Pas d’évolution majeure chez cette nouvelle génération du Suzuki S-Cross qui s’apparente plus à un gros restylage. Mais son coup de crayon plus affirmé et ses bonnes qualités routières permettent de le rendre de plus en plus séduisant.

Crédit photos : Thomas D. (Fast Auto)

Total
0
Shares
Previous Post
Aygo X

Essai : Toyota Aygo X. Fille de son époque

Next Post

Le Mans Classic 2022 : le retour du géant

Related Posts