Après un accueil en terres auvergnates et une première journée bien remplie, voici maintenant la dernière journée de ce Jubilé de la Porsche 911. Vous n’êtes pas au bout de vos surprises !

Samedi 27 septembre, rallyes et Charade

Samedi, (déjà) la dernière journée de cet anniversaire d’exception ! Je ne vous cacherai pas que la nuit a été très comblée en Porsche… La suite du programme annonce encore des sensations fortes. Lorsque l’on y repense, on se sent comme des enfants à l’intérieur d’un immense château rempli de jouets et de ballons où le seul objectif est de tout oublier pour prendre du plaisir, et uniquement du plaisir. Il n’y a qu’à regarder nos yeux qui pétillent d’émotions et de passion pour savoir que nous sommes dans un tout autre univers.

Jubilé 911 - balades/rallyes

Je décide en tout cas de démarrer cette ultime journée par un circuit emblématique : Charade. Dans le top des circuits avec une histoire fabuleuse, je pense que cette piste est dans le haut du classement ! En plein cœur des monts d’Auvergne, le circuit très vallonné enchaîne les virages très exigeants pour le pilote et sa monture. Le tout se déroule dans un décor vertigineux entre une vue plongeante sur le Puy de Dôme d’un côté et Clermont-Ferrand sur l’autre versant. Le circuit est d’ailleurs au sein d’une forêt où les murs très proches de la piste ne laissent pas le droit à l’erreur : le « Nordschleife français » comme certains l’appellent.
Le cadre est enchanteur, et parfaitement adapté à ce Jubilé ! Je dois reconnaître qu’il n’est pas toujours évident de rassembler tant de Porschistes sur une manifestation mais l’idée de faire de cet anniversaire un événement multi-sites permet aisément de diversifier les plaisirs !

Quel bonheur d’entendre les mécaniques se défouler sur un tel circuit ! Je n’arrive toujours pas à croire qu’un tel circuit est sans cesse menacé de fermeture chaque année… Les occasions sont rares de venir à Charade, mais autant vous dire qu’à chaque fois que je me rends sur ce circuit je fais tout pour en profiter un maximum ! On ne sait malheureusement pas ce que l’avenir nous réserve… Et si vous le ne connaissez pas, je vous invite sincèrement à venir y passer quelques temps dès que l’occasion se présente !

A noter, qu’une catégorie a été créée au dernier moment pour regrouper les Porschistes les moins expérimentés sur circuit. C’est une belle initiative pour que tout le monde profite au maximum, mais chacun à sa vitesse.

En fin de matinée, je décide de quitter le circuit pour rejoindre les Porschistes en balade sur leur parcours. Grâce à la précieuse aide de mes amis bénévoles qui ferment le convoi porschiste (vous vous reconnaîtrez, merci encore), je réalise en avance un repérage sur leur tracé et je m’apprête à les recevoir armé de l’appareil photos.
Encore une fois, je ne fais pas les choses à moitié puisque je ne les attends pas n’importe où. En effet, c’est sur le tracé de la fameuse course de côte du Mont Dore que je m’installe, précisément sur la montée du Col de la Croix Robert près du Mont-Dore. Chaque année c’est ici que se déroule une course de renom dans un décor fabuleux à travers un revêtement d’exception et des vues dantesques.
J’ai repéré plusieurs endroits, mais le temps se montre menaçant avec quelques gouttes de pluie et il faudra être réactif pour diversifier les prises de vue. Pourtant, entendre au loin les Flat6 me donne déjà l’envie de ramener de belles prises de vue. Voyez par vous-même.

La difficulté sera ensuite de les suivre mais l’objectif est de retrouver tout le convoi pour le déjeuner à la Bourboule. Après de nombreuses petites routes de montagne, je rejoins les Porschistes au Casino de la Bourboule où le déjeuner est prévu. On retrouve au programme, des mets de qualité en libre service proposé par l’excellent traiteur local. C’est l’occasion de tirer mon chapeau aux différents restaurateurs qui ont tout de même la lourde tâche de nourrir plus de 1000 personnes à chaque repas : l’organisation est de mise !

Après un copieux déjeuner comme nous y sommes maintenant habitués, il est l’heure de reprendre la route en avance pour quelques photos avant de se rediriger vers les circuits. En photographiant ces nombreuses Porsche qui se reposent, cela m’amène tout de même à réfléchir à l’organisation de ces balades. Comme je vous l’avais déjà précisé, il y a des roulements très précis, des trajets détaillés et des horaires bien établis. Mais si l’on remonte en amont du Jubilé, saviez-vous qu’à la base les programmes des rallyes étaient conçus pour près de 4 fois moins de voitures ? L’idée a subi un tel engouement que la Fédération des Clubs Porsche de France a fini par demander au Club Porsche Auvergne d’organiser des balades pour plus de 200 véhicules par journée. Rien que pour cela, et au vu des sublimes coins visités, bravo à Michel Rix du Club Porsche Auvergne qui s’est particulièrement tiré les cheveux pour accueillir tant de voitures, obtenir les autorisations nécessaires et accompagner cela de toute la logistique parallèle nécessaire.

Après ce petit moment de repos, il est temps de retrouver l’ambiance des circuits. Je me dirige donc vers les pistes Ladoux : largement plus d’une heure de route est nécessaire. Voilà l’inconvénient d’être sur plusieurs sites, comme son avantage puisque l’on roule sur des routes exceptionnelles où le plaisir est à son summum. Arrivé à Michelin, on m’annonce que c’est trop tard, tout le monde est parti à Charade… Mais pourquoi Charade ? Puisque la grande parade arrive à grand pas ! Plus d’une demi-heure plus tard et après un plein d’essence, je reviens à Charade. Je ne vous cache pas que voir autant de Porsche sur les routes est plus que déroutant… mais quel bonheur ! Être au milieu d’embouteillages de Porsche prend une tout autre dimension que nos ralentissements quotidiens sur les grandes agglomérations.

Enfin arrivé sur place, le circuit grouille de Porsche de tous les côtés. C’est d’abord l’occasion de retrouver quelques amis Porschistes venus pour l’occasion puis est venu le temps de se préparer à la parade. C’est un grand moment d’effervescence qui commence. Imaginez 700 Porsche qui entrent sur le circuit… Pour le coup on ne sait vraiment plus où donner de la tête !
Je ne vous en ai d’ailleurs pas encore parlé, mais les voitures présentes sont clairement impressionnantes : 911 T, 911 Targa, 911 Turbo, 911 Turbo S (dont la 991 d’ailleurs), 993 GT2, 911 Club Coupé, bien sûr les 991 (hormis les dernières GT3 pas encore livrées à l’époque), 911 Speedster, 911 Sport Classic, 911 GT3 RS 4.0, 911 GT2 RS…. Que vous dire ? Tout y est, TOUT ! De la plus 911 des 911 Carrera aux modèles les plus exclusifs, en passant par les modèles les plus anciens dont les toutes premières générations. Le paradis de tout porschiste !

A la base, un défi était lancé pour cette parade : que les voitures de tête rejoignent la fin de la parade. Sur un circuit de 3,9 km, cela paraît un peu fou non ? Et bien croyez le ou non mais j’ai certainement été le plus étonné de cette très surprenante réussite ! C’est la première fois que je vois une telle parade ! Après des roulages sur le circuit et en voyant maintenant cette parade, on comprend nettement mieux pourquoi Sir Stirling Moss considère cette piste comme le plus beau circuit au monde.

Alors maintenant, vous vous dites « mais quelle galère cela a dû être pour sortir du circuit ensuite… » Et bien loin de là, puisque les voitures de parade se sont dispersées par trois sorties différentes et la circulation s’en est facilement améliorée. Voir ce spectacle qui s’offrait à nous était tout simplement exceptionnel. Longtemps je suis resté sans voix devant toutes ces Porsches. Mais le programme n’est pas encore terminé malgré le soleil qui s’est couché durant cette parade. En effet, le dernier clou du spectacle est réservé à une soirée sur le site de Vulcania.

– Dernière soirée de gala à Vulcania

Rentrer à Vulcania était pour le coup bien plus difficile avec une seule entrée. Ces embouteillages sont vraiment impressionnants, et les passionnés sont là pour admirer. Mais ces deux photos vous parleront très vite.

Jubilé 911 - Vulcania

Jubilé 911 - Vulcania

Ici, on sent que la fin approche. Chacun conte ses exploits en Porsche autour d’un buffet, et les premiers « au revoir » sont donnés pour les participants les plus éloignés. Les derniers discours arrivent également et une remise de trophées est effectuée, pour les participants mais aussi pour les organisateurs qui le méritent grandement. Le Club Porsche Auvergne s’est d’ailleurs vu recevoir une ovation ainsi qu’une moisson de compliments et croyez moi qu’ils sont justifiés tant j’ai vu les membres donner la totalité de leur personne jusqu’au bout du week-end. Vous n’imaginez pas à quel point nous sommes fiers d’être Auvergnat dans ces moments ; d’autant plus qu’à ma grande surprise je n’ai reçu aucun avis négatif sur le week-end. Moi-même je dois reconnaître que je n’arrive pas à trouver de faille. Tout ceci s’est ressenti même jusqu’à la fin où les participants sont venus embrasser les bénévoles pour les remercier de ces moments vécus. J’ai rarement eu autant de frissons, rarement les émotions étaient si fortes et sincères.

La soirée s’est ensuite définitivement terminée après un discours d’exception, comme les photos vous le prouveront, ainsi qu’un feu d’artifice marquant définitivement la fin de l’événement.

Après ce final, j’ai perdu les mots. Les frissons sont revenus à nouveau et je ne peux dire qu’une seule chose : « WOW ! Merci ». Avec du recul, je me rends compte de la chance que nous avons eu d’entrer dans l’histoire de Porsche sur ce week-end. Cela a certainement été un de mes souvenirs les plus fous de l’année 2013.
Pour terminer, je vous propose une rapide vidéo résumant l’événement qui a été diffusée dès la soirée à Vulcania. Bravo à nos confères de Fondastudios pour le travail.

La liste des remerciements pour cette série d’articles serait vraiment longue et je ne pense pas pouvoir être exhaustif mais je tiens vraiment et tout particulièrement remercier Jacques, Marc, Françoise, Michel, Georges et tous les membres du Club Porsche Auvergne qui se reconnaîtront par leur gentillesse et leur passion qui me sont si chères. Ils ont non seulement permis la réalisation d’une bonne partie de cet événement mais ils m’ont également permis de le vivre au plus près avec un engagement en or ; Jean Delage du Centre Porsche Clermont-Ferrand ; mais aussi Michel Artéro de la Fédération des Clubs Porsche de France ; Marc Ouayoun, Colas Henkes, Raphaëlle Holderith, Franziska Behrendt et toute l’équipe de Porsche France ; les commissaires de courses à Charade et l’équipe de Michelin. Un grand bravo pour toutes ces personnes et toutes celles qui se sont tant impliquées pour l’événement, la perfection de l’accueil et de l’organisation. Je tiens enfin adresser un dernier clin d’œil à mes proches, aux participants sans qui l’anniversaire n’aurait pas permis ces émotions, mais encore une fois aussi à tous les bénévoles qui ont donné tout d’eux-mêmes avec une réussite d’envergure. Tout simplement, MERCI à tous pour votre aide et votre confiance !

J’espère de votre côté que ces quelques articles vous auront permis de vivre au mieux cet événement si exceptionnel. J’espère que les photos vous auront plu, et que vous avez pu fêter avec nous de plus près cet anniversaire grâce à ces articles que je vous ai préparés.

J’aimerais terminer par une ultime photo en hommage à tous les bénévoles. En effet, le mois dernier le Club Porsche Auvergne a invité au restaurant tous les bénévoles du Club au Jubilé pour les remercier. Ils ont donné de leur temps et ne l’ont pas compté, il ont bien souvent pris sur leurs journées de congés mais leur passion est restée intact, sans douter une seule fois de leur engagement si fort. Ne l’oublions pas, ils ont chacun accepté de ne vivre qu’une très maigre partie du Jubilé pour la réussite de l’événement. C’est ici une belle preuve de passion et de reconnaissance de la part du Club Porsche Auvergne qui a conclu l’année de la plus belle manière.

Bénvoles Jubilé 911

Crédit photos : Romuald Terranova for Blogautomobile.fr