Ce week-end, le monde de la Formule 1 s’est donné rendez-vous dans les rues de Bakou pour le Grand Prix d’Azerbaïdjan 2019. Il y a 15 jours, la Formule 1 soufflait son 1000e Grand Prix, lors du Grand Prix de Chine 2019 dans une course dominée facilement par Mercedes. Comme depuis le début du championnat en somme. Ferrari s’était pourtant montrée compétitive notamment à Bahreïn, mais n’a jamais converti le tir. Résultat, Mercedes domine les deux classements avec une avance comme elle n’en avait plus eu depuis quelques saisons.

Le Grand Prix d’Azerbaïdjan 2019 est l’occasion rêvée pour se relancer. Car les dernières éditions nous ont montré que le circuit a été le théâtre de rebondissements du début à la fin et que tout était possible !

BlogAutomobile vous propose donc de revenir en image, sur l’ensemble du week-end dernier au cours duquel s’est déroulé le Grand Prix d’Azerbaïdjan 2019.

Les Essais Libres : Ferrari est dans la place.

Pas de doute : nous sommes bien arrivés à Bakou. Les EL 1 débutent que les problèmes commencent déjà. En effet la session a du être coupée court suite à une succession de problème sur le circuit. La météo est pourtant clémente en Azerbaïdjan aujourd’hui, avec un grand soleil et une piste chaude. Grosjean est alors le premier à sortir des stands. Mais c’est Leclerc qui signe le premier tour chrono. Son coéquipier Vettel est le deuxième. 

Cependant peu de temps après le début de la séance, dans la seconde ligne droite de la piste, Russell percute une plaque d’égout, qui apparemment n’était pas correctement fixée et qui s’est donc soulevée. En conséquence le fond plat de la Williams a été énormément abîmé, laissant échapper des débris de toutes parts et déclenchant le drapeau rouge surtout le circuit. On se souvient que ce type d’incident s’était déjà produit pour Button à Monaco il y a quelques années de même que pour Grosjean en Malaisie.

La F.I.A. décide alors de vérifier la plaque en question, mais aussi toutes celles présentes sur le circuit. Finalement il est annoncé par les officiels que la séance ne reprendra pas afin de pousser les vérifications plus loin et faire d’éventuelles réparations et contrôles sur l’ensemble du tracé. 

Pour ne pas arranger les choses le rapatriement de la Williams de Russell ne s’est pas passé comme prévu. En effet le camion grue qui rapatriait la Williams a heurté une passerelle ce qui a cassé l’élément qui supportait la Williams. Cela a eu pour conséquence d’apporter un second camion grue pour dépanner la première. Pire, le premier camion camion grue a déversé de l’huile sur la Williams !

Leclerc termine premier d’une séance sans aucune valeur en signant un temps d’1:47.497 devant Vettel (+2.101)

Pour les EL 2, on retrouve les Mercedes les premières en piste. Cela s’explique aussi par le fait qu’elle n’aient pas participé à la première séance d’essai libre. D’ailleurs, Bottas part à la faute et prend l’échappatoire dans le premier virage. Si Hamilton signe le premier chrono de la séance, celui-ci est vite battu par des pilotes du milieu de peloton. Comme son coéquipier, Hamilton ira faire un tour dans l’échappatoire en tirant tout droit. 

Le drapeau rouge est vite brandi dans la séance. Stroll perd l’arrière de sa Racing Point et manque l’échappatoire. Le canadien accroche sa monoplace dans le TecPro. 

Nombreux sont les pilotes à passer dans les échappatoires ce vendredi. Comme Grosjean et Gasly qui l’ont visité au même moment, le premier alors en train d’enclencher la marche arrière. D’autres finissent sur la carreau comme Kvyat. Le russe est allé heurter le virage 7 et a déclenché le second drapeau rouge de la séance. 

En parlant de rouge, c’est d’ailleurs les rouges qui s’imposent dans ces EL 2 du Grand Prix d’Azerbaïdjan 2019. Leclerc a signé un 1:42.872, soit 0.324 seconde de mieux que Vettel et 0.669 seconde de mieux qu’Hamilton. 

Pour les EL 3 du samedi matin, le Grand Prix d’Azerbaïdjan 2019 a encore vu du rouge s’imposer.

Toujours à l’avantage de Leclerc qui signe un 1:41.604 devant Vettel (+0.198) et Verstappen (+1.248). Comme dans les séances précédentes, de nombreux pilotes sont allés faire un tour dans les échappatoires mais sans dégâts. Les Ferrari impressionnent avec leur rythme car elles ont tout simplement largué la concurrence dans cette séance.

Les Qualifications : le flop Ferrari qui profite (encore) a Mercedes

La Q1 débute que l’on connaît déjà la personne qui partira en dernier pour la course. En effet, Gasly a été pénalisé après les EL 2 et est sanctionné à partir depuis les stands. Le français a manqué la pesée obligatoire en cours d’EL 2. Autant dire que la qualification s’annonce pour lui comme une préparation de course. 

Les pilotes sortent rapidement en piste pour se mettre à l’abri d’un incident. Les pilotes se succèdent en haut du tableau avant que Leclerc ne prenne le dessus. Hamilton lui est un peu à la traîne. Puis vient Gasly qui bénéficie d’une belle aspiration dans la ligne droite pour prendre la tête de la Q1, un moindre lot de consolation.  

La Q1 se termine sur drapeau rouge. Kubica, à l’entrée de la vieille ville, dans le virage le plus étroit de la saison, a encastré sa Williams dans les TecPro. Le polonais avait tapé à l’avant gauche et cassé sa suspension en entrant dans le virage et a donc fini tout droit dans les choux. 

Les éliminés de Q1 : Stroll, Grosjean, Hulkenberg, Russell et Kubica. 

La Q2 met de très longues minutes à repartir avec la réparation du TecPro. Une fois lancée, l’ensemble des pilotes partent en pneus tendres. A l’exception de Ferrari, qui est en médiums. En effet, vu les chronos, les rouges sont en danger. Lors d’un second tour lancé, Leclerc commet une erreur dans l’entrée de la vieille ville, au même endroit que Kubica à peine plus tôt. Cette fois, le monégasque est arrivé avec trop de vitesse, a bloqué une roue et n’a pu prendre le virage correctement. Le favori à la pole position ne sera pas en pole. Leclerc provoque le deuxième drapeau rouge des qualifications. 

La séance est ensuite relancée. Gasly n’y va pas. Vettel quant à lui chausse des pneus tendres. L’allemand se met à l’abri. Leclerc quant à lui reste dans le top 10, mais ne pourra prendre part à la Q3. 

Les éliminés de Q2 : Sainz, Ricciardo, Albon, Magnussen et Gasly. 

On retrouve alors en Q3 les deux Mercedes, les deux Ferrari, les deux Alfa Romeo, une Red Bull, une Racing Point, une Toro Rosso et une McLaren. 

La Q3 débute à 9, suite au crash de Leclerc en Q2. Verstappen sort le premier et signe un premier chrono. Il est logiquement passé par les Mercedes et la Ferrari de Vettel qui s’intercale entre les deux flèches d’argent. Verstappen fait alors le choix de continuer sur un deuxième tour lancé. Celui ci s’avère payant puisque le néerlandais remonte provisoirement deuxième. 

Les Mercedes décident alors de partir derrière tout le peloton en jouant au poker menteur avec Vettel à la sortie des stands. Cela permet aux Mercedes d’avoir l’aspiration. Bottas s’impose alors d’un cheveu sur Hamilton ! Le finlandais signe sa 8eme pole position. 

La Course : Mercedes en toute quiétude, dans les records.

À l’extinction des feux, Hamilton part mieux que Bottas et se retrouve à hauteur Bottas dans ce Grand Prix d’Azerbaïdjan 2019 ! Bien qu’à l’extérieur, le finlandais parvient à garder son avantage et prend le large par la suite, collant deux secondes à son coéquipier rapidement. 

Derrière, pas de grabuge à signaler, Pérez lui prend l’ascendant sur Verstappen et est 4e. Leclerc, lui, perd quelques places, justifiées par la gomme médium plus difficile à mettre en température au départ. 

Kvyat qui s’élançait 6e n’y arrive pas. Il se fait passer de tous les côtés et se retrouve 12e au 5ème tour. En revanche, Leclerc remonte très très vite. Au 7ème tour, il est 5e !

Raikkonen est le premier a s’arrêter après 6 tours. Il remet un peu d’aileron et chausse les pneus médiums qui ont l’air de bien fonctionner. Chez Alfa Romeo, on doit espérer ne plus s’arrêter et avoir une voiture de sécurité. 

Gasly aussi opère une remontée. Parti des stands au départ, il est au 9ème tour 12e. A la fin du 10ème tour, Leclerc fond sur Verstappen et l’avale dans la ligne droite. Le prochain pilote devant lui sera Vettel.

Plusieurs pilotes rentrent aux stands à la fin du 10eme tour comme Ricciardo, Stroll et Perez. À la fin du 11eme tour, Leclerc a fait la jonction sur Vettel ! Pas de consignes radios, on fait rentrer aux stands Vettel pour lui faire chausser des pneus médiums. 

Cela engendre pour Bottas un arrêt aux stands pour imiter Vettel. Il ressort 4e. Hamilton prend la tête mais Leclerc revient comme une fusée et a même le record du tour en course pour le moment !

Le britannique rentre aux stands un tour après Bottas. Il laisse la tête de la course à Leclerc alors que Vettel signe un record du temps en course et s’est rapproché d’Hamilton grâce à son arrêt deux tours plus tôt. 

Au 19eme tour, Vettel a décroché un peu et est à 3 secondes et demi d’Hamilton alors que les Mercedes remontent doucement sur Leclerc. Bottas est alors à 10 secondes du monégasque. Hamilton lui enchaine les records du tour. Mais Verstappen, le dernier à s’être arrêté parmi le top 5 enchaîne à son tour les records du du tour. Gasly avec des pneus usés signe son meilleur temps personnel et est solidement installé à la 6e place. 

Hamilton après avoir attaqué est contraint de lever le pied et perd du temps sur Bottas. Mais les Mercedes reviennent sur Leclerc. A mi-course, Bottas est à moins de 4 secondes de Leclerc. 

Grosjean est à l’agonie avec ses pneus. Le français tire même tour droit au virage 15. Il était 11e, il est désormais 17e avec ses pneus médiums. 

Au 30eme tour, les Mercedes sont dans les rétroviseurs de Leclerc à environ 1 seconde. Aucune Mercedes n’a le DRS dans la grande ligne droite mais par la suite, Hamilton l’a. Pendant le 31eme tour, Bottas a lui aussi le DRS. 

Le drapeau jaune est brandi dans le secteur 1 mais Bottas passe tout de même Leclerc par l’extérieur au virage 1. Le drapeau jaune est causé par Ricciardo : l’australien a l’intérieur tire tout droit dans l’échappatoire et emmène Kvyat avec lui. Pas de contact entre les deux. Mais l’australien fait une marche arrière et tape la Toro Rosso. Manœuvre insolite pour un pilote de cette expérience. Ricciardo est contraint d’abandonner suite aux dégâts sur l’arrière de sa Renault. Kvyat aussi abandonne peu après. 

Leclerc lui est à l’agonie. Il se fait passer par Hamilton. Le monégasque demande à rentrer aux stands pour chausser ses super tendres, mais on le laisse encore en piste. L’incertitude de la tenue des pneumatiques en est la cause. Vettel repasse donc devant Leclerc et le monégasque perd du temps. Il rentre à la fin du 35eme tour. L’arrêt n’est pas du tout parfait et Leclerc ressort juste derrière Gasly (qui ne s’est toujours pas arrêté !). Le français finit par être passé par Leclerc au 36eme tour. 

À 12 tours de l’arrivée, des ballons jaunes et noirs s’invitent en piste et Verstappen remonte sur Vettel. Malheureusement, Gasly est au ralenti alors que le français était solidement 6e et avait encore un arrêt à effectuer ! On voit que ça fume à l’arrière de la Red Bull. La voiture de sécurité virtuelle est déclenchée. Peu de temps après, Grosjean lui aussi abandonne en ramenant sa voiture au garage. Week-end noir pour les français et Renault. 

À la relance, Verstappen se fait une frayeur avec un léger travers. Leclerc a du mal avec ses pneus tendres et ne remonte pas vraiment sur Verstappen. Le monégasque est à 28 secondes. 

Au 47eme tour, Leclerc rentre à nouveau aux stands pour jouer le meilleur tour en course. Hamilton dans le même temps s’est rapproché de Bottas et est dans la zone DRS à 3 tours de l’arrivée ! Par ailleurs, Hamilton a pour l’instant le meilleur tour en course. 

Dans l’avant dernier tour, Bottas bénéficie de l’aspiration sur Russell retardataire et du DRS et s’octroie même le meilleur tour en course ! Mais Leclerc qui s’était arrêté à nouveau s’offre finalement le record du temps au tour. 

Bottas s’impose depuis la pole dans ce Grand Prix d’Azerbaïdjan 2019 devant Hamilton et Vettel ! C’est le quatrième doublé de Mercedes dès les 4 premiers Grand Prix de la saison, du jamais vu dans l’histoire de la Formule 1. 

Crédits photos : Formula 1 et FIA