En 2019, Pierre Gasly prendra la place de Daniel Ricciardo chez Red Bull.

Ce weekend, le grand cirque de la Formule 1 fait son retour après des vacances d’été bien méritées pour le Grand Prix de Belgique 2018 dans les Ardennes belges. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’été n’a pas été de tout repos puisque le jeu des chaises musicales n’a que rarement été aussi animé ! De même au niveau des constructeurs, ça a bougé. Ainsi Force India a été rachetée par le paternel de Lance Stroll et son consortium, une nouvelle écurie la remplace, Racing Point Force India. De quoi nous laisser encore quelques surprises dans le jeu des transferts …

Côté championnat, il y a un mois en Hongrie, c’est Hamilton qui s’est imposé sur le Hungaroring au bénéfice d’une qualification sous la pluie. Son coéquipier Bottas a d’ailleurs servi de bouchons sur les Ferrari. Le Finlandais vivra une fin de course compliquée pour terminer 5e après deux collisions avec Vettel et Ricciado. Hamilton et Mercedes sont donc partis en tête du championnat. Mais le cheval cabré n’a pas dit son dernier mot. Vettel non plus. A la régulière, la Ferrari semble plus performante. Est-ce qu’elles vont confirmer ce statut ce weekend ? Retour sur ce weekend du Grand Prix de Belgique 2018 à Spa-Francorchamps.

Les essais libres : Ferrari dompte le Toboggan

Ce weekend à Spa-Francorchamps s’annonce frais. Et pour les EL 1, c’est Vettel qui se montre le plus rapide. Il signe le meilleur temps de la séance en 1:44.358. Derrière lui, c’est Verstappen, suivi de Hamilton. Les Mercedes bien que 3e et 4e, semblent loin du rythme imposé par Vettel. Lors de cette séance, Norris a pris le volant d’Alonso. Histoire de le comparer à Vandoorne en vu de la saison prochaine ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lors des EL 2, c’est l’autre Ferrari qui s’impose en tête du classement. En effet, Raikkonen a signé un 1:43.355 devant les Mercedes d’Hamilton et de Botas. Le Britannique semble s’être rapproché de la Ferrari, mais pas de quoi espérer faire une pole demain.

Enfin, les EL 3 ont vu les deux Ferrari ensemble au sommet, avec l’avantage pour Vettel devant Raikkonen. L’Allemand a signé un 1:42.661, seulement 0.063 seconde devant Raikkonen ! Hamilton, toujours en embuscade, est 3e. La séance a été marquée d’un drapeau rouge et une sortie de piste de Vandoorne dans la ligne droite de Kemmel. Alors qu’il prenait l’aspiration sur Bottas, il décide de dépasser par l’extérieur, mais le Finlandais ne regarde pas dans ses rétroviseurs et se décale vers la gauche. Il envoie Vandoorne mettre ses roues dans l’herbe qui ne peut que partir en tête à queue. Peu de dégâts sur sa voiture, mais Bottas écopera d’une réprimande.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les qualifications : Hamilton grâce à la pluie, comme en Hongrie

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le ciel est couvert à Spa-Francorchamps à l’abord des qualifications. D’emblée, Bottas et Hülkenberg savent qu’ils partiront quoiqu’il arrive en fond de grille, pénalisés.
Gasly et Grosjean sont les premiers à sortir en Q1.  Mais les Ferrari et Hamilton n’attendent pas non plus. Hamilton signe un premier bon chrono mais battu directement par Raikkonen, et Vettel s’intercale entre les deux. Après que les Red Bull se soient élancés, Verstappen passe 3e.
Plus tard, Hamilton améliore et s’intercale entre les deux Ferrari en haut du classement. La gomme tendre semble mieux que les super tendres utilisés par le reste du plateau (sauf Ferrari). Bottas décide de se lancer dans un tour à 5 minutes de la fin pour respecter le règlement, quand bien même il est assuré de partir dernier. Il signe d’ailleurs le deuxième temps devant Hamilton. Raikkonen signe le meilleur temps de la séance
Éliminés en Q1 : Sainz – Alonso – Sirotkin – Stroll – Vandoorne

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Q2 débute et tous les pilotes sortent rapidement, en gomme rouge. Raikkonen est le premier a signer un chrono et un record absolu en battant le record du circuit du prototype plus tôt dans l’année. Vettel commet une petite erreur et se retrouve juste derrière Hamilton.  À moins de 7 minutes, la pluie semble s’inviter dans le deuxième secteur, le public commence à se couvrir. Dans cette séance la plupart des pilotes sont ressortis. Hartley provoque un drapeau jaune de courte durée à la source à cause d’un problème sur sa voiture qui place envoyé en tête à queue. A la fin de la Q2, la pluie arrive officiellement.
Sont éliminés en Q2 : Gasly – Hartley – Leclerc – Ericsson – Hulkenberg
En Q3, il reste donc les deux Ferrari, les deux Mercedes, les deux Red Bull, Les deux Haas, et les deux Force India.
Tout le monde s’englue en pneus slicks devant la sortie des stands alors que des flaques d’eau sont déjà présentes en piste. Ça s’excite en piste pour signer un chrono rapidement, et Bottas part en tête à queue à Blanchimont, sans conséquences. Mais tous les pilotes décident de rentrer aux stands chausser des pneus intermédiaires. Tous sauf les Force India qui font le pari d’un tour en slicks ! Un pari apparemment perdant puisque Ricciardo alors revenu aux stands, repasse la ligne avant eux. Ricciardo s’élance mais manque son virage aux combes. Verstappen signe temporairement le meilleur temps mais se fait devancé par Raikkonen. A une minute de la fin, les Ferrari devancent les Red Bull et Hamilton. Ocon signe le record dans le 1er secteur. Hamilton signe le meilleur temps alors qu’Ocon est rapide grâce à une piste qui sèche rapidement. Le Français signe le 3e chrono derrière Hamilton et Vettel !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Crédits : @FIA

La course : Vettel maîtrise de bout en bout

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À l’extinction des feux, les pilotes s’élancent vers la source. Et à la Source Alonso et Hulkenberg sont au tapis. L’Allemand bloque ses roues et shoote Alonso derrière. L’Espagnol décolle sur la Sauber de Leclerc qui est également OUT. Devant, Vettel arrive à dépasser Hamilton par l’aspiration, alors qu’Ocon aurait pu damer le pion aux deux ! Prudent, il ne prend pas le risque mais perd une place sur Pérez. La Safety Car est de sortie juste après ces dépassements.
D’ailleurs, Raikkonen est reparti dernier, avec une crevaison. Le carambolage a eu un impact sur Ricciardo qui est venu toucher l’arrière de Raikkonen. L’Australien a l’aileron arrière arraché, mais reste dans sa voiture, son équipe essayant de réparer son aileron dans les temps.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bottas aussi à touché l’arrière de la Williams de Sirotkin bêtement, endommageant son aileron avant. A la fin du 4ème tour, la Safety Car s’efface. A la relance, Hamilton se loupe un peu et bloque une roue à la chicane. Les positions se stabilisent et Verstappen se montre menaçant derrière Ocon et finit par le passer de manière virile après la grande ligne droite. Bottas, lui, entame une remontée. Raikkonen est contraint à l’abandon. Son accrochage avec Ricciardo au premier tour avait endommagé son aileron arrière, qui ne se refermait plus entièrement. Ricciardo lui était retourné en piste, avec une voiture réparée.
Pendant ce temps, Vettel s’occupe à creuser l’écart devant Hamilton et Verstappen. Au 18ème Tour, Bottas est 8e, mais sa gomme super tendre est déjà cloquée sur l’arrière. On voit chez Hamilton la même chose sur ses pneus arrières.
A la fin du 21eme tour, Hamilton rentre aux stands pour chausser des pneus tendre pour tenter l’undercut. Vettel est appelé dans la foulée aux stands. L’arrêt est maitrisé et ressort en tête juste devant Verstappen et Hamilton ! Il semble que Verstappen ait ralenti dans le deuxième secteur Hamilton.
Bottas rentre quant à lui à la fin du 29ème tour et ressort 6e derrière les Force India. Ricciardo est rappelé au 31eme tour pour abandonner. L’Australien avait plus d’un tour de retard sur les pilotes de tête suite à son accrochage du premier tour, et manquait de rythme en piste pour espérer remonter.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Peu d’action en piste par la suite. Bottas a rapidement dépassé Ocon après son arrêt aux stands et a mis plus de temps à rattraper Pérez, à moins de 5 tours de l’arrivée. C’est donc Vettel qui s’impose aujourd’hui au Grand Prix de Belgique 2018 en ayant dominé la course de bout en bout. Il s’agit de sa 52eme victoire en carrière. Il dépasse ainsi un certain Alain Prost (51 victoires). Hamilton et Verstappen complètent le podium.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au classement, Vettel récupère quelques points sur Hamilton alors que chez les constructeurs, Mercedes creusent l’écart, en partie dû à l’abandon de Raikkonen chez Ferrari.
Rendez-vous dès dimanche prochain à Monza pour le Grand Prix d’Italie 2018, en terres Ferrari !
Crédits Photos : Formula 1