Ce weekend la F1 se rend sur le Circuit de Monte Carlo pour le Grand Prix de Monaco 2018. Il s’agit là du rendez-vous le plus glamour de la saison sur un circuit historique dans les rues monégasques. Il y a quinze jours à Barcelone, Hamilton a dominé de bout en bout la course et conforté son avance au championnat. Mais le circuit de Monte Carlo est le point faible de Mercedes dû au long empattement de celle-ci qui la rend moins efficace sur les trajets purement urbain. Red Bull peut-elle profiter de cette occasion pour s’imposer en Principauté ? Voici pour vous le récap’ du Grand Prix de Monaco 2018 !

Les Essais Libres : Red Bull donne des ailes ?

Charles Leclerc est le local de l’épreuve.

Le week-end débute sous une météo optimale pour rouler dans les rues de Monaco. Les EL 1 débutent le jeudi matin et non pas le vendredi, autre particularité de Monaco. Dès le début de la séance, les Williams travaillent dur. Les performances de l’écurie de Grove sont décevantes, puisque l’écurie pointe tout simplement à la dernière place du classement. Sirotkin semble faire du bon boulot en prenant le dessus sur Stroll, jusqu’à ce qu’il touche le mur, dans la ligne droit de départ arrivée de manière assez inédite. Le russe tape le rail sur la droite et doit faire un tour complet avec un pneu éclaté. Rapidement, les Red Bull montrent qu’il faudra compter sur elles ce weekend. En effet, l’empattement long de la Mercedes, puis de la Ferrari cette année, les désavantage sur ce circuit. Verstappen et Ricciardo se sont successivement battus pour la première place faisant baisser le chrono. D’ailleurs, le néerlandais en a peut être un peu trop fait et tire tout droit à Ste Dévote. Cela lui a valu d’être sous enquête des commissaires puisqu’il a décidé de faire une marche arrière en revenant sur la piste, alors que Vettel arrivait et a dû couper le virage. Ricciardo quant à lui à tout simplement battu le record du circuit dès la première séance en signant un 1:12.126. C’est d’ailleurs l’Australien qui termine premier devant son coéquipier Verstappen qui est à 0.154 seconde et Hamilton relégué à 0.354 seconde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les EL 2 démarrent sur le même ton que le matin avec des Red Bull qui prennent très rapidement le devant sur les autres. C’est d’ailleurs Verstappen qui signe un nouveau record du tour, avant que le drapeau rouge ne soit brandit. Aucune faute d’un pilote mais une bouche d’égout problématique entre le casino et Mirabeau a stoppé pendant de longues minutes la séance. Les pilotes à la relance ont sauté en piste. Alors que Verstappen laissait passer Ricciardo avant l’épingle, Grosjean voulu passer également le néerlandais. Mais il y a eu une légère embrassade en sortie d’épingle entre l’aileron de Verstappen et le pneu arrière droit de Grosjean, toutefois sans conséquences. Mais c’est Ricciardo qui vole une nouvelle fois le meilleur temps en étant le premier à passer sous la minute douze puisqu’il signe un 1:11.841, laissant son coéquipier à 0.194 seconde et Vettel à 0.194 seconde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les EL 3 ont été un peu plus mouvementées pour certains pilotes. Après avoir laisser un peu d’espoir à Hamilton puis à Vettel, les Red Bull se lancent en piste et prennent, une fois n’est pas coutume, les devant. Les voitures autrichiennes survolent ce weekend. Cependant, tout n’est pas rose. Dans un nouveau tour lancé, Verstappen, un peu gêné par la Renault de Sainz, tape le rail à l’intérieur au niveau de la Piscine et détruit sa monoplace. Un accident similaire à celui de 2016. D’autant plus gênant qu’il intervient avant les qualifications et que réparer la voiture à temps se révèle être un grand défi pour ses mécaniciens. Le drapeau rouge est donc brandit. Ne reste plus que quelques minutes et les pilotes ressortent, mais c’est une nouvelle fois Ricciardo qui s’offre le meilleur temps en 1:11.786 suivi de Verstappen à 0.001 seconde ! Vettel complète le trio de tête à 0.237 seconde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Qualifications : Ricciardo vole toujours plus vers la pole

C’est sous un climat clément et 25 degrés à l’air que s’élancent les qualifications. La Q1 débute mal pour Verstappen. Le Néerlandais change sa boite de vitesse et est donc dores et déjà pénalisé de 5 places. De plus, rien ne l’assure de prendre part à la séance suite à son crash du matin. Un autre pilote est déjà pénalisé également : Grosjean pour son crash au départ du Grand Prix d’Espagne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toujours est-il, les autres pilotes s’élancent à l’image de Leclerc avec des pneus hyper tendres, la gomme la plus tendre de Pirelli. Les chonos s’écroulent rapidement avec Vettel provisoirement en tête avant que Ricciardo signe le premier temps dès sa première tentative. Pourtant l’Australien a été plus que gêné par le trafic dans le dernier secteur. Ce dernier est rapidement battu par Alonso, Sirotkin et Raïkkönen. D’ailleurs le Finlandais a eu une petite frayeur en retrouvant sur sa trajectoire une Mercedes qui bloquait. Mais la Red Bull reprend vite ses droits en tête. Leclerc en fin de séance provoque un drapeau jaune dans le premier secteur suite à un tout droit à Ste Dévote.

Au drapeau à damier sont éliminés dès la Q1 : Verstappen qui n’a pas pris part à la séance de qualifications, Magnussen, Stroll, Ericsson et Hartley.

En Q2, les pilotes Mercedes sortent avec des pneus ultra tendres. Ricciardo signe très rapidement un chrono proche de 1 minute 11 seconde. Mais Hamilton considère qu’il n’y a pas assez d’adhérence avec ce train de pneus. A huit minutes de la fin de la séance, les Mercedes sont alors en dehors de la Q3. On fait finalement monter les pneus hyper tendre sur les Mercedes. Raïkkönen est en amélioration mais échoue peu derrière le pilote Red Bull. Mais ce dernier améliore encore son temps sous le drapeau à damier. Gasly lui amène sa Toro Rosso vers la Q3 sauf amélioration de la Renault d’Hülkenberg, mais l’Allemand ne passe pas la Q3.

Les éliminés de cette Q2 sont donc Hülkenberg, Vandoorne, Sirotkin, Leclerc et Grosjean (pénalisé de 3 places).

Sont donc en Q3 la Red Bull dominatrice de Ricciardo, les deux Ferrari, les deux Mercedes, les deux Force India, la McLaren d’Alonso, la Renault de Sainz, et la Toro Rosso de Gasly !

La Q3 débute donc avec une Renault et une Toro Rosso qui partent directement signer un chrono, à l’avantage de Sainz. En attendant Ricciardo, les Mercedes prennent le dessus. Et l’Australien passe la ligne de départ-arrivée en affolant les records : 1:10.810. C’est tout simplement le tour le plus rapide jamais réalisé dans les rues de Monaco et le premier des pilotes à passer en dessous de la minute onze. Raïkkönen lui s’intercale seulement entre les Mercedes, derrière Hamilton. Vettel fait de même en s’intercalant entre les deux précédents. A quelques minutes de la fin, les pilotes font leur seconde tentative. Si Raïkkönen n’améliore pas, Hamilton prend le record dans le premier secteur. Mais le Britannique perd tout dans le dernier secteur et finit 3e derrière Vettel, qui avait nettement améliorer son temps.

Ricciardo signe donc sa deuxième pole position sur le Circuit de Monaco après 2016. La grille de qualifications prenant compte des pénalités est la suivante :

La Course : Ricciardo nouveau Prince de Monaco dans la souffrance.

Au départ, le premier virage se passe bien pour tous les pilotes et Ricciardo conserve la tête. Le Top 10 est d’ailleurs inchangé à la fin du premier tour. Sirotkin est pénalisé de 10 seconde de stop and go car son équipe n’avait pas serré les roues dans le temps réglementaire avant le début de la course. Au 10ème tour, Stroll rentre aux stands avec une crevaison à l’avant gauche. Les Williams sont déjà aux dernières places.

Dès le 12ème tour de course, Hamilton rentre déjà aux stands pour chausser les pneus ultra tendre à la surprise générale ! Il ressort en 6e position. Les arrêts aux stands sont très tôt. Vettel s’arrête au 16ème tour et ressort devant Bottas. Le leader Ricciardo suit un tour plus tard, de même que Raïkkönen et Bottas. Par contre, le pilote Mercedes chausse les pneus super tendre. Une stratégie qui semble payante car il reprend énormément de temps sur Ricciardo. Hamilton lui est en difficulté avec ses gommes ultra tendre et Raïkkönen est dans ses rétroviseurs. Gasly, va même plus vite que les pilotes de tête avec ses pneus hyper tendre, depuis le début de la course !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au 28ème tour, Ricciardo rapporte d’une perte de puissance et Vettel est revenu dans ses rétroviseurs ! Un cauchemar quand on voit la domination dont a fait preuve Ricciardo depuis le début du weekend ! Gasly finit par rentrer aux stands peu avant la mi course pour chausser des pneus super tendre, qui semblent faire leurs preuves. Hamilton, lui, reprend des couleurs et rattrape le duo de tête.

Au 46ème tour, deux pilotes ne sont toujours pas arrêté : Hülkenberg et Verstappen. D’ailleurs le pilote Renault pointe actuellement en 6e position et est l’un des plus rapides en piste avec ses pneus ultra tendre ! Verstappen lui est en plus grande difficulté avec ses pneus. Il rentre à la fin du 47ème tour. Cela permet à Gasly de remonter sur la tête de course. Hülkenberg, le dernier à s’arrêter , passe par les stands à la fin du 50ème tour. Dans le même temps, une bataille se prépare entre Alonso et Gasly. Mais Alonso se plein d’un problème de puissance et se gare à Ste Dévote. C’est le premier abandon de l’espagnol cette saison.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Derrière il y a un petit train de moteur Renault avec Sainz qui bouchonne Hülkenberg et Verstappen. Mais l’espagnol très fair play et conscient laisse passer son coéquipier au bon endroit de sorte que Verstappen n’en profite pas. Le néerlandais passe quelques tours plus tard en coupant la chicane. Au 71ème tour, Leclerc heurte l’arrière d’Hartley à la sortie du tunnel. Le monégasque a perdu les freins et ne pouvait rien faire d’autre. La Virtual Safety Car est déclenchée car le néo-zélandais y a laissé des plumes à la chicane. Vandoorne qui s’est arrêté pendant la VSC s’intercale entre Ricciardo et Vettel (alors que le belge est à un tour). Vettel a perdu du temps au restart. L’allemand est au ralenti, probablement dû à une perte de capital gomme.

78ème tour. Ricciardo s’impose dans la souffrance et convertit sa pole position. C’est la première fois que l’australien s’impose depuis la pole position, après le couac de Monaco 2016. Vettel et Hamilton l’accompagnent sur le podium.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au classement, Vettel ne grapille que 3 points sur Hamilton. Mais avec sa victoire du jour, Ricciardo bondit en 3e position.

Crédits photos : Formula 1