Checo arrive en tant que local de l’épreuve (Credits: @ForceIndiaF1)

Ce week-end, le grand cirque de la Formule 1 se rend au Mexique sur l’Autódromo Hermanos Rodríguez pour la 18ème manche du championnat, le F1 Grand Prix du Mexique 2017. Une semaine après un Grand Prix des Etats-Unis où Hamilton a une fois de plus assuré un peu plus son fauteuil de leader, celui-ci voit ses chances de sacre ce week-end très élevées. Mais le clan Ferrari compte toujours sur un coup de chance inespéré à trois courses de la fin du championnat. Les Mexicains, eux, n’auront d’yeux que pour le pilote N°11 de chez Force India, Sergio Pérez. Celui-ci est le seul représentant mexicain cette saison. A l’approche du Jour des Morts au Mexique, l’ambiance s’annonce encore une fois festive.  Si vous avez manqué le Grand Prix, BlogAutomobile vous fait le film du week-end.

(Credits: Formula 1)

Les Essais Libres : Red Bull en trouble-fête

Lors des EL 1, plusieurs pilotes titulaires cèdent leur place aux pilotes de réserve. Ainsi, Giovinazzi remplace Grosjean chez Haas, Leclerc à la place d’Ericsson chez Sauber, Gelael dans la Toro Rosso de Gasly, et Celis à la place d’Ocon chez Force India pour une line-up 100% mexicaine.  Lors de l’édition 2016, plusieurs pilotes ont coupé le virage 1 tirant tout droit dans l’herbe pour revenir sur la piste. Cela avait permis à Hamilton de garder la tête de la course au départ et à Verstappen de rester devant Vettel pour la 3ème place en fin de course. La FIA a fait installé des ralentisseurs orange notamment derrière les 2 premiers virages.

(Credits: Formula 1)

La Virtual Safety Car est déclenchée vers la 35ème minute de la séance en raison d’un problème moteur sur la Toro Rosso de Hartley qui réussit à repartir. Plus tard, Celis est venu emboutir la Force India d’Ocon dans le mur au dernier virage à 30 minutes de la fin provoquant un drapeau rouge. C’est toutefois Bottas qui termine en tête de la séance en 1:17.824 suivi d’Hamilton à +0.466s et Verstappen à +0.571s (en pneus tendre !).

(Credits: Formula 1)

Les EL 2 démarrent avec tous les pilotes titulaires cette fois. Mais la séance sera de courte durée pour Grosjean. Le français est parti en tête à queue dès la 6ème minute et un pneu arrière gauche en très mauvais état. Il continue toutefois et provoque un drapeau rouge 5 minutes plus tard après que son pneu se dégrade, endommageant la Haas et laissant des débris sur la piste. Vettel au tiers de la séance rentre aux stands, du à une étrange explosion dans son cockpit. Gasly rencontre lui aussi rapidement des soucis avec sa voiture l’empêchant d’enchaîner les tours. Cette fois, c’est Ricciardo qui termine en tête en 1:17.801 suivi d’Hamilton à +0.131s et Verstappen (+0.163s).

(Credits: Formula 1)

Enfin, les EL 3 ne démarrent pas de la meilleure façon pour Gasly. Le Français rencontre un problème moteur en début de séance. Il a très peu rouler sur les 2 séances. Encore une fois, nombreux pilotes partent à la faute comme Sainz, Ocon ou Hülkenberg. Mais c’est Verstappen qui signe le nouveau record du circuit temporaire en 1:17.113 suivi d’Hamilton et Vettel (+0.075s et +0.117s).

Les Qualifications : Vettel au détriment de Verstappen !

Les qualifications démarrent sans grandes ambitions au sein de l’écurie McLaren. Le moteur Honda, véritable fléau pour l’écurie de Woking, fera partir Alonso et Vandoorne en fond de grille dimanche. Encore trois courses à tenir. De même, Gasly qui a connu bien des déboires avec sa voiture durant les EL 2 et les EL 3 devrait partir en fond de grille. Il ne prend pas part à la séance de qualifications.

(Credits: Formula 1)

Le temps est sec pour cette séance qualificative. Les Ferrari partent tôt. Mais ce sont les Mercedes qui prennent les commandes de la Q1 en pneus ultra tendres. Les Ferrari sont juste derrières avec des pneus super tendres mais Verstappen s’intercale à la 3ème position avec les mêmes pneumatiques. Hamilton se plaint en fin de Q1 d’un problème avec le moteur dans les lignes droites sans conséquences. De même qu’Alonso, excellent 5ème, connaît quelques problèmes. Les éliminés de cette Q1 sont Ericsson, Wehrlein, Magnussen, Grosjean et donc Gasly.

Pour la Q2 les pilotes Mercedes repartent très vite suivies rapidement des Ferrari. Tous chaussent les pneus ultra tendres. Hamilton entame son deuxième tour rapide et se positionne devant Vettel à +0.023s. Le double drapeau jaune est brandi au secteur 2. La Toro Rosso d’Hartley est arrêtée. Une situation similaire à celle qu’a connu Gasly le matin. Dommage pour le Néo-Zélandais qui avait signé un bon chrono en Q1. Une fois le drapeau jaune levé, Verstappen colle un nouveau record du circuit en reléguant le chrono d’Hamilton à +0.511s !

A la fin de la Q2, Ocon passe devant son coéquipier, mais les deux Renault sont devant. Les éliminés de la Q2 sont Massa, Stroll, Hartley, Alonso et Vandoorne. Verstappen a signé le meilleur chrono de cette séance.

(Credits: Sutton Images)

Il est d’ailleurs le premier à prendre la piste pour la Q3 à laquelle prennent donc part les deux Force India, les deux Renault, les deux Ferrari, les deux Red Bull et les deux Mercedes. Bottas qui était le premier à faire un tour lancé se loupe avant l’entrée du Stadium, perturbé par la présence de Verstappen. Les commissaires décident d’ouvrir une enquête malgré tout après la séance. C’est Hamilton qui signe le premier chrono, pas suffisant pour rester premier. Vettel le devance puis Verstappen reprend les commandes comme en Q2. Le Néerlandais est à l’aise contrairement à son coéquipier Ricciardo qui se retrouve 4ème, sans que Bottas n’ait effectué de temps.

Les pilotes reprennent la piste à 3 minutes de la fin. Le drapeau à damier brandit, Lewis Hamilton glisse avant l’entrée dans le Stadium et reste troisième ! Vettel lui signe des records dans les secteurs pour s’emparer de la première place. Verstappen qui pouvait être le plus jeune poleman de l’histoire n’arrive pas à battre Vettel.

(Credits: Formula 1)

L’Allemand signe la 50ème pole position de sa carrière. Une première ligne Vettel-Verstappen. Comme à Singapour… Le local de l’épreuve, Sergio Pérez, n’est que 10ème.

La grille de départ prenant compte des pénalités se présente comme suit : Ricciardo, Hartley, Alonso, Vandoorne et Gasly sont pénalisés sur la grille pour des changements d’éléments moteurs. Gasly, est repêché par les commissaires, n’ayant pas pu réaliser de tour chronométré durant la séance de qualifications.

La Course : Verstappen s’impose, Hamilton sacré !

(Credits: LAT Images)

A l’extinction des feux, Verstappen profite de l’aspiration et de la longue ligne droit avant le 1er virage pour se retrouver au niveau de Vettel. Le Néerlandais passe par l’extérieur, tassant un peu l’Allemand. Le contact est inévitable entre les deux au virage 2. Hamilton en profite pour dépasser Vettel par l’extérieur au 3ème virage mais doit ralentir légèrement car Verstappen est juste devant. Vettel, surpris, touche l’arrière d’Hamilton ! Ce dernier voit son pneu crevé alors que Vettel voit son aileron clairement endommagé. Les deux leaders doivent rentrer aux stands à la fin du tour et c’est tout un travail qui attend Vettel qui doit terminer au moins 2ème si Hamilton ne marque pas de points !

A la fin du deuxième tour, Verstappen est leader de la course, suivi de Bottas et … d’Ocon ! Très bon départ du Français qui a su se mettre à l’abri du grabuge. Dans le même temps, Ricciardo est contraint à l’abandon. La gomme jaune n’a pas l’air de bien fonctionner puisqu’au 13ème tour, Vettel peine en 16ème position derrière la Williams de Massa, réussissant toutefois à dépasser le Brésilien au virage 2 mais bien difficilement. Pendant ce temps, Hamilton est loin derrière, en 19ème position, à une dizaine de secondes de se faire prendre un tour par le leader de la course Verstappen ! C’est au 22ème tour que le drapeau bleu est brandi pour qu’Hamilton laisse passer Verstappen. Incroyable pour le leader du championnat avec la voiture sacrée championne la semaine dernière. 3 tours plus tard, c’est son coéquipier qui fait la jonction et le passe. Hamilton passe enfin au 28ème tour Sainz, qui s’était arrêté très tôt également dans la course.

(Credits: Sutton Images)

La foule lève la voix lorsque Pérez passe Magnussen pour le gain de la 6ème place. Au 32ème tour, la Virtual Safety Car est de sortie puisque le moteur de la Toro Rosso de Hartley a explosé. Les pilotes qui ne s’étaient pas arrêtés passent aux stands. Hamilton entre également une deuxième fois pour chausser des pneus super tendres. Vettel également repasse aux stands pour chausser des pneus ultra tendre et attaquer. Ocon fait partie des grands perdants, lui qui s’était arrêté avant la Virtual Safety Car : Raïkkönen, qui a bénéficié d’un arrêt gratuit, passe devant pour le gain de la 3ème place.

(Credits: Formula 1)

Pendant ce temps, Vettel opère une remontée avec ses pneus ultra tendres et enchaîne les records de temps dans les différents secteurs jusqu’à passer Ocon pour se retrouver en 4ème position derrière son coéquipier Raïkkönen ! Mais Hamilton, bien qu’en dixième position, est toujours virtuellement champion du monde. De même, Vettel se trouve à plus de 23 secondes derrière son coéquipier finlandais. « Mamma mia, it’s too much » dira-t-il à la radio. Et pour cause, il faudrait qu’un coup du sort s’abatte sur Verstappen ou Bottas qui sont aux deux premières places. Mais Hamilton bénéficierait également d’un abandon des deux leaders. Hamilton est très proche d’être sacré sans pour autant briller ce week-end. Il végète à la 10ème position derrière Magnussen et Alonso qui se battent pour la 8ème place. L’Espagnol se montre coriace avec une rude défense sur son ancien équipier chez McLaren alors que celui-ci a tenté de le dépasser par l’extérieur au virage 1. De même, un tour plus tard au même endroit, Alonso défend encore mais Hamilton est mieux placé après le virage 3 pour se retrouver côte à côte avec Alonso et passe de justesse.

(Credits: LAT Images)

C’est Max Verstappen qui s’impose pour la deuxième fois cette saison. Bottas est deuxième et Raïkkönen complète le podium.

(Credits: Formula 1)

Lewis Hamilton devient champion du monde pour la 4ème fois et rejoint le cercle très fermé des quadruples champion du monde que sont Prost et Vettel. Seuls Fangio et Schumacher sont au dessus avec respectivement 5 et 7 titres. Il devient par ailleurs le pilote Britannique le plus titré dans la catégorie reine !

(Credits: Formula 1)

(Credits: Formula 1)