Même pas surpris ou étonné !
C’est ce que l’on peut dire quand on découvre les dernières déclarations de Sergio Marchionne faites lors de la nouvelle usine de fabrication de boites de vitesses de Tipton née de la collaboration interrompue entre Getrag et FCA.

L’administrateur délégué du groupe automobile qui sort tout juste de l’annonce qui fixe les plans et objectifs de l’entreprise jusqu’en 2018, apporte cette semaine son premier bémol aux propos tenus durant la longue conférence de présentation des projets du 6 mai 2014.

FCA et Sergio Marchionne

Sergio Marchionne a ainsi expliqué que l’entreprise américano-italienne ne souffrirait pas de ne pas parvenir aux objectifs fixés il y a moins de 10 jours. De poursuivre en prenant au hasard… Alfa Romeo et de dire qu’il ne serait pas grave si la firme milanaise n’atteignait pas les 400.000 autos fixées mais plutôt aux environs de 380.000 ! S.Marchionne d’ajouter avec entrain que des résultats globaux inférieurs de 10% à ceux fixés n’auraient rien de catastrophiques et de dangereux pour l’avenir de FCA.

Toujours dans sa déclaration, il annonce que ces objectifs sont essentiellement fixés pour mobiliser les salariés du groupe même si on peut raisonnablement penser que de tels propos produisent l’effet inverse. On a la sensation que le plan va finalement devenir au fil des mois une sorte de guide plutôt qu’un vrai plan industriel et économique.

Ces nouvelles déclarations ne devraient pas rassurer les analystes, les investisseurs et même ceux qui travaillent pour l’entreprise puisqu’elles viennent s’ajouter à un plan jugé par presque tous les milieux autorisés comme bien trop ambitieux, pour ne pas dire irréaliste ou inatteignable !

Nous pouvons juste espérer que Sergio Marchionne ne fasse pas d’interview ou de conférence tous les dix ou 20 jours car à raison de 10% en moins à chaque fois, FCA risque de se retrouver avec de surprenants objectifs dans un an… Quoi, j’ai fait une remarque ?

Via Reuters, AP.