Initialement Fiat avait parlé de 2013, probablement trop tôt ! Puis on a parlé de 2014 mais il faut croire que 9 ans de vie ce n’est pas assez pour les turinois de Fiat ! Alors 2015 ? 2016 ? 2017 ? Nul ne le sait actuellement et dans le cadre de la réduction des investissements industriels de Fiat, l’administrateur délégué vient tout bonnement de couper la majeure partie du budget de développement de la citadine de Fiat qui représente tout de même plus d’un quart des ventes du constructeur italien.

Pourtant si Sergio Marchionne reconnait l’importance quasi vitale de cette citadine, il fait savoir que le projet de la future Punto est en totale reconsidération (puisqu’il était inclus dans les 500 millions d’investissement qui viennent de partir en fumée) et il explique que Fiat vient de commencer la recherche d’ un partenaire qui ait besoin de développer le même genre d’auto. L’administrateur de poursuivre : “Fiat discute travaille à la mise en place d’un partenariat avec un autre constructeur (Mazda ?) et nos plateformes à venir sont impliquées dans les discussions y compris celle de la future Punto.” Fiat + Chrysler + Mazda, est ce une addition possible ? On voit mal Fiat qui possède Chrysler et vient de signer un accord avec Mazda aller voir chez un autre constructeur pour récupérer une plateforme ou partager le coût de R&D d’un prochain soubassement. Reste que cette situation va devenir difficile pour le puissant groupe industriel italien qui est entrain de “Cinquecintisé” sa gamme… Sergio Machionne aurait -il comme projet secret de faire de Fiat, le prochain concurrent de Mini ? A voir.

Punto reportée c’est aussi la future Alfa Romeo MiTo qui voit son lancement remis à une date ultérieure ce qui va probablement contenter les distributeurs de la marque au biscione. Du coté des représentants Fiat on va aussi commencer à faire la grimace avec une gamme vieillissante et difficilement vendable en dehors du trio Panda-500-Punto. Ainsi à l’image de ce qui se passe avec les concessionnaires Alfa Romeo (une belle gamme de deux autos !!!), les revendeurs Fiat vont devoir se mettre au régime sec et ça risque de devenir pénible à moyen terme pour ceux qui sont tri-marques et qui subissent déjà l’effet Alfa Romeo. On restera tout de même étonné face à une telle décision qui montre quand même la limite des liquidités du groupe italien. Et quand on sait l’importance d’une telle auto sur le marché, on se dit que l’on peut avoir quelques crainte à propos, non pas d’Alfa Romeo puisque c’est déjà fait, de Maserati et des fortes ambitions affichées par Marchionne pour la marque au trident.

Au chapitre des petites informations Fiat, sachez que la marque a vu durant le premier quadrimestre 2012 ses ventes chuter de 17.8% (uniquement Fiat) ce qui n’est pas rien quand on sait que le fond de commerce du constructeur turinois ce sont les segments A et B. Pour les amateurs de chiffres, voici l’évolution des parts de marché des trois marques principales du groupe sur la période 2000-2012 sur l’ensemble des marchés d’Europe. (tableau réalisé d’après les données de l’ACEA)

*2011/2012 courants

Voilà des éléments qui font que les amateurs d’italiennes peuvent avoir quelques inquiétudes sur la pérennité Fiat à moyen ou long terme sur le marché.

Via Challenges, LaRepubblica, LesEchos, ACEA.