Au secours elle revient ou plus exactement elle pourrait bien revenir, non pas au niveau national mais au niveau européen et en fonction du fameux indice de performances environnementales mis en place par la fameuse commission européenne.

L’information est à prendre au sérieux puisqu’elle vient du document officiel que  la Commission Européenne est entrain de finaliser avant de le remettre au mois de mars prochain à tous les membres de l’Union afin d’harmoniser au mieux les dispositions de chaque pays en vue de la création d’une « eurovignette » dans les toutes prochaines années. Préparez encore vos mouchoirs et vos portes feuilles !

Voilà, ci dessous, le fameux postulat de la Commission qui joue au créateur de scénario catastrophe et qui se prend pour un prédicateur économique et industriel ( ndlr : 1 mois avant la crise de 2008, la même Commission nous disait qu’il n’y avait rien, aucun risque !!! ) :

Année 2050, l’Europe vieillit, ne croît plus, mais le prix du pétrole y atteint les 300 $ le baril ( 218€ ), les frais liés aux déplacements et à la mobilité ( durable ?? ) ont augmenté de près de 50%, les dépenses liées aux embouteillages, aux retards ont pris 50% d’augmentation et coûtent près de 200 milliards d’euros à l’UE aussi il faut faire quelque chose dès aujourd’hui afin de financer les infrastructures, le développement et facturer la mobilité qui génère de la pollution et de la gène pour les gens !

Aussi, la Commission Européenne estime que d’ici 40  années il faut diminuer de 60% les émissions de gaz à effet de serre liées à tous les types de moyen de déplacement qui représentent un peu moins de 20% du total des émissions de la planète. Et pour parvenir à ses fins, la C.E estime et décide qu’il faut taxer les pollueurs, les travailleurs, et tout ceux qui se déplacent. Quoi de mieux pour cela que la mise en place d’une eurovignette qui prend en compte les émissions du véhicule mais aussi son niveau sonore.

Par ailleurs la commission estime que la mise en conformité du réseau européen, son développement en fonction des nouvelles et futures normes édictées par l’UE coûtera au bas mot 1.800 milliards d’euros financés en partie par les états membres, en grosse partie par une taxe qui concernera tous les automobilistes européens et ce qu’ils soient particuliers, routiers ou entreprises. Ces dernières devraient d’ailleurs perdre tous les avantages liés à leurs statuts ( notamment récupération de la TVA et la fin de toutes les éxonérations ). Enfin , la Commission envisage d’ajouter une nouvelle taxe sur les carburants…

Beau programme de technocrates européens qui nous fait dire une fois de plus que l’Europe comme elle l’est aujourd’hui n’est rien d’autre qu’une « pompe à fric et impôts » qui se ménage surtout son énorme budget de fonctionnement et qui taxe en permanence au nom de prétextes plus ou moins fallacieux. Pas sur que tout cela crédibilise une institution qui n’a aujourd’hui plus de sens si ce n’est celui de s’autodétruire dans quelques années à force de presser légalement, financièrement les gens, les entreprises et dans le cas présent les automobilistes. Une chose est sure, il va falloir penser à ménager, dans les deux ou trois années qui viennent, une p’tite place sur votre pare brise pour coller la future eurovignette ! Gasp….

Via AutoActu.