PSA touché par GM

PSA n’est pas au mieux nous le savons tous ! Baisse des ventes sur les marchés, liquidation des actifs, prise de participations de groupes automobiles étrangers, négociations avec les chinois, possible entrée de l’état français au capital, perte de certains marchés sous la pression de certains lobbys et on en passe. 

Vous n’avez pas oublié le puissant lobby américain UANI (United Against Nuclear Iran) et la pression qu’elle exerce sur les entreprises et notamment celles du secteur automobile. PSA et Renault en ont fait les frais en France. PSA a même perdu des centaines de milliers de voitures et des millions de pièces détachées en subissant la pression de l’UANI lors de la signature de l’accord avec GM. Ainsi sans son partenaire Iran Khodro, PSA s’est privé de travail et de rentrées d’argent non négligeables pour sa santé financière.

Or on vient de découvrir que General Motors est entré en contact avec Iran Khodro et on apprend, grâce au Figaro notamment que depuis le printemps dernier les représentants officiels du groupe automobile US se rendent très très régulièrement en Iran et qu’ils n’y vont plus pour faire du tourisme ou visiter des usines mais plutôt pour mettre en place les termes du contrat de reprise des activités de GM en Iran et la succession de PSA chez le partenaire iranien.

Selon plusieurs sources et même certaines proches des constructeurs français ou étrangers pénalisés par l’Executive Order Act 13645 mis en place par le président américain, on apprend que pour remotiver et séduire les acheteurs iraniens, General Motors se serait offert une campagne de communication et de promotion depuis 2012 dans la presse quotidienne et hebdomadaire iranienne. Il semble qu’un très grand cabinet d’avocats d’affaire américain soit à l’origine de cette session « séduction à l’iranienne ». Depuis le lancement de cette campagne de com’, GM aurait fait plus fort puisque le constructeur a exporté très discrètement durant les derniers mois des Camaro qui ont transité via des pays du Caucase comme l’Azerbaïdjan ou le Türkmenistan. Ces voitures 100% américaines seraient arrivées en Iran pour tester les réactions des acheteurs potentiels et séduire les distributeurs automobiles.

Selon les entreprises et sous traitants contactés par le quotidien français, l’Executive Order Act ressemble plus à un moyen de dégager le terrain pour les entreprises américaines en terre iranienne qu’à un réel boycott international lié au nucléaire civil ou militaire du grand pays. Les industriels français regrettent une nouvelle fois la mollesse de la réaction de nos gouvernants pour ne pas dire l’inaction totale de nos autorités dans ce dossier.

On ne perdra pas de vue le courrier menaçant envoyé à Carlos Ghosn il y a quelques mois et là aussi la perte de près de 100.000 autos.
Chez les diplomates français, on déplore discrètement la situation, le manque de réaction de la France et on regrette amèrement la position américaine bien que la France soit presque toujours allée au delà des demandes américaines.
Une sale affaire économico-politique qui ne va pas aider PSA (NDLA : la piste Dongfeng semble morte !) mais aussi Renault et d’autres constructeurs non américains.

Via AP, LeFigaro.
Merci à Ninielin pour le tuyau 😉