Hyundai renouvelle sa berline de luxe, la Genesis. Elle est exposée au Salon de Détroit.

Dans son objectif de devenir un constructeur classé premium, Hyundai se doit de proposer des produits luxueux et attrayants, à la hauteur de ses prétentions. Après une première génération de Genesis lancée en 2008, la marque coréenne récidive avec la seconde itération de ce vaisseau amiral, qui vient contre-balancer avec l’esprit du concept GT4 Stinger de son cousin Kia.

Le design de cette grande berline à six glaces est un mélange de lignes tendues et arrondies, dont -si l’on voulait être médisant- on pourrait dire que la face avant mêle le meilleur d’Audi (pour la calandre) et de BMW (pour les optiques). On retrouve en cela l’esprit du concept HCD-14, et on évite les excès de lignes courbes du design fluidic sculpture que l’on peut voir sur les Hyundai européennes. Pour déplacer un tel monument, la Genesis a recours à un V8 5,0 litres de 429 chevaux, 509 Nm de couple, mais aussi à un V6 3,8 l de 333 chevaux et 394 Nm, le tout en prise avec une boîte 8 vitesses automatique. Le potentiel de cette boîte peut-être en option exploité avec le châssis doté des réglages H-Trac AWD, c’est-à-dire un système proposant 4 modes de conduite (normal, économique, sport, neige).

Le package technologique ne s’arrête pas à ce châssis réglable : un affichage des compteurs et de la navigation en vision tête-haute est disponible ainsi que l’interface Blue Link pour l’ordinateur de bord. Mais parce qu’il faut raison garder, Hyundai déploie avec cette Genesis un argument massue : son prix, promis en dessous des 40 000 $ (soient moins de 35 000 €) en version de base. Lancement au printemps 2014 de cette Genesis II.

Via Hyundai