944, RX7, M3, Dauphine, RS 182, SM, E60 ! Après deux semaines d’absence pour cause de manque d’images, je reviens vers vous avec quelques autos que nous connaissons tous, qui nous ont séduit ou nous séduisent encore. Née du rachat inconsidéré de Maserati par Citroën et morte, entre autre  à cause du premier choc pétrolier, voici une image très seventies de l’icône automobile française de la période, je veux parler de la Citroën SM qui symbolisait il y a une quarantaine d’années le Grand Tourisme automobile à la française. 4.89 m de long, une suspension pneumatique, des phares directionnels abrités, une direction Diravi, des cadrans ovales, une pédale de frein en forme de champignon, un V6 2.7 L puis 3.0 L qui développait entre 170 et 180 ch et une allure singulière que l’on doit à Robert Opron. La voiture pompidolienne par excellence qui ne sera sera produite que durant 5 années, à moins de 13.000 exemplaires et qui sera déclinée dans quelques variantes devenues introuvables comme les Opéra ou Mylord que l’on doit au carrossier Chapron époque à laquelle la France avait encore quelques grandes carrosseries !

Hélas cette grande française du passé finit parfois mal et dans un sale état !

 

Porsche 944 S2 ou un gros L4 3.0 L de 211 chevaux séduisait par sa rondeur mais aussi son allonge et un vrai souffle quand cela était nécessaire. La 944, une auto oubliée pour l’instant des amateurs et des collectionneurs et l’occasion de faire quelques bonnes affaires sur le marché de l’occasion pour rouler avec une Porsche plutôt fiable, pas hors de prix en entretien, performante ( Vmax : 249 km/h, 0 à 100 km/h en 6.2 sec ) et pas difficile à maitriser sur la route grâce au système Transaxle qui permet une très bonne répartition de la masse de l’auto. Sympathique et le gros L4 avec un échappement Sebring, ça chante plutôt bien !

 

E60, 3.0 L CSL, M3, un beau tiercé gagnant que l’on doit à BMW et qui nous est toujours agréable tant à l’esprit, qu’au volant ou à l’oreille ! S’il n’avait tenu qu’à moi, il aurait fallu 6 ou 7…tiercés !

 

Elle restera un de mes meilleurs souvenirs automobiles et ce fut un plaisir de la retrouver régulièrement dans mon garage durant 18 mois, je veux parler de la Clio RS 182 ch ! 182 ch, seulement 203 Nm de couple mais une pêche d’enfer, une tenue de route efficace, une boite rapide, un freinage avec du mordant, un confort de bon aloi pour une petite sportive, aucun souci mécanique ou de finition et un pur bonheur sur les petites routes. Une sportive que l’on trouve hélas de moins en moins en souvent dans sont état d’origine, avec un carnet d’entretien à jour et une carrosserie propre ! Beaucoup de « jacky » sont hélas passé par là. Pour retrouver de jolis modèles, aller faire un tour sur Cliors concept, il y a de beaux exemplaires comme sur cette photo de famille !

 

J’ai eu maintes fois l’occasion d’en conduire une quand j’officiais pour l’importateur de Mazda en France, elle est un vrai bonheur au volant mais aussi un gouffre en essence quand on appuie un peu sur l’accelérateur, c’est une auto que l’on doit à la grande époque Mazda quand les V6 de toutes tailles et les évolutions sur le moteur rotatif occupaient les ingénieurs et gamme plutôt que les diesel actuels… Tout passe mais pour le plaisir, voici deux belles images d’une RX7 Turbo. Elle est devenue une des reines du tuning, du drift ( du fait de son architecture ) mais aussi des jeux vidéos de courses urbaines et de tuning.

 

Et comment ne pas penser à Alfa Romeo surtout quand on connait ou plutôt quand on ne connait pas la sauce à laquelle va être mangé le prestigieux constructeur milanais dans les prochaines années. Sauce turinoise ou sauce wolfsbourgoise ?

Ici un superbe coupé Bertone 2000 GT Veloce au beau 2.0 L DOHC de 150 ch. Une merveille pour les yeux, la conduite, le son et l’agrément de conduite si on apprécie les italiennes de caractère, oui même si elles sont parfois rétives ou pénibles, dont on ne peut se passer.

 

Via FanCitro, Patrick de CliorsConcept, FA, RX7City, BMW, Ugo Missana, Citroën .