Jap’n’Car Festival 2022 : les japonaises se lâchent à Montlhéry

Ce week-end dernier, c’était l’heure du grand retour du Jap’n’Car Festival pour sa 4ème édition sur l’Autodrome de Linas-Montlhéry, organisé de main de maître par les passionnés de l’UTAC. Attente interminable à l’entrée, parking exposants plein à craquer, visiteurs venus en masse et météo avantageuse, tout les ingrédients étaient réunis pour faire de ce millésime 2022 une sacrée réussite. Retour en images.

Un peu de contexte tout d’abord. Depuis 2018, l’UTAC a à coeur d’étoffer au maximum son calendrier et de faire profiter le plus souvent possible les passionnés de ce lieu magique et mythique que représente le fameux Autodrome de Linas-Montlhéry. Exposition statiques, roulages et surtout journées à thème, tout est fait pour qu’au moins une fois dans l’année vous trouviez une bonne raison de vous rendre dans ce lieu incontournable en Essonne. God Save the Car Festival (pour les anglaises), Jap’n’Car Festival (pour les japonaises), US Motor Show (pour les américaines) et Autodrome Italian Meeting (pour les italiennes) ne sont que 4 exemples parmi les nombreux événements proposés en 2022 par l’UTAC, dont le calendrier est à retrouver ici. Après une première édition en 2018, marquée par les 10 ans du Club MX-5 Franceune troisième édition en 2021 avec une jauge maximale de 5000 Visiteurs en raison des mesures sanitaires liées à la Covid-19, l’événement destiné aux passionnés de voitures venues du pays du Soleil Levant se sont donnés rendez-vous le samedi 21 mai pour une 4ème édition mémorable dont vous trouverez ci-après les principaux fils conducteurs.

Honda fête les 50 ans de la Civic

Avec un plateau de roulage dédié ainsi qu’une parade spécifique entre 12h et 14h sur le circuit comme point d’orgue de ce cinquantenaire, la Honda Civic était clairement LA star de l’événement. De la première à la onzième génération en passant par les iconiques versions Type R, tout était fait pour ravir l’oeil averti des amateurs de la marque d’autant que c’est la marque toute entière qui était finalement mise à l’honneur à travers cet anniversaire. On dénombrait par exemple sur l’autodrome pas moi de 5 NSX de première génération (NA1) à l’image de ce superbe exemplaire noir ci-dessous ainsi que rarissime NSX nouvelle de génération parmi les exposants individuels. On a également pu assister à de belles batailles sur le circuit routier à l’image de ces deux Type R génération FK2 (blanche & noire) qui auront passé la première session de l’après-midi à rouler en tandem, de quoi réaliser de belles images pour les spectateurs en bord de piste. Les plus avertis d’entre vous remarqueront également un joli duo composé de deux éditions très limitées, la Civic Type R FK2 “White Edition” suivie de la Civic Type R FK8 “Limited Edition” dans sa teinte Sunlight Yellow.

La Nissan GT-R à jamais dans le coeur des passionnés

Une présence notable pour cette 4ème édition, celle des Nissan GT-R venues en force, avec une grosse représentation des générations R34 & R35. Pour ma part, c’était tout simplement la première fois que j’en voyais autant réunies au même endroit. Il est d’ailleurs bon de rappeler que la R34 n’a jamais été importée dans l’Hexagone au moment de sa commercialisation. En voir une bonne dizaine réunies sur l’Autodrome à l’occasion du Jap’n’Car Festival ne semble vouloir dire qu’une chose : que cet événement devient peu à peu l’événement annuel incontournable pour les amateurs de japonaises en France. Quant à la R35 qui termine gentiment sa carrière cette année, on pouvait apercevoir deux d’entre elles se mesurer au bitume du circuit routier avec des reprises dantesques ne laissant à chaque fois aucune place à la concurrence. On pouvait remarquer également la présence d’une GT-R Nismo millésime 2021, l’exemplaire même essayé il y a quelques temps par mon très estimé collègue Thomas (article à relire ici).

La culture jdm dans chaque allée

S’il y a une chose que les fans de japonaises pratiquent parfois jusqu’à l’outrance, c’est bien la personnalisation, un élément indissociable de la culture JDM. Quelques importateurs & distributeurs de pièces se sont même spécialisés dans le domaine pour répondre à une demande toujours croissante. Il était ainsi difficile parmi les voitures ayant dépassé la dizaine voire la vingtaine d’années de trouver dans les allées des voitures complètement d’origine. Les préparations sur la base du mythique coupé sportif à moteur rotatif de chez Mazda étaient légion sur cette édition à travers les trois premières photos de Mazda RX-7 dans la galerie ci-dessous. La 350 Z dorée faisait penser à une voiture toute droit sortie d’un Mad Max tandis que la Silvia turquoise nous rappelait volontiers les préparations du début des années 2000 visibles notamment dans les 2 premiers opus de la saga Fast & Furious. Enfin, sur la dernière photo, on peut observer une splendide Toyota Sprinter Trueno AE86 dont les décorations rappellent le fameux manga Initial D.

On reviendra !

Diversité dans les forces en présence, parking exposants bondé, du soleil, du monde au rendez-vous, en bref, un événement réussi qu’il me tarde de retrouver au calendrier l’année prochaine. Deux bémols toutefois : 30 min d’attente sur les coups de 11h pour franchir le dernier kilomètre reliant la francilienne à l’Autodrome (il avait une drôle de tête ce bouchon) et un nombre de food-trucks largement insuffisant pour absorber le flux de toutes les personnes ayant fait le pari du “on verra bien sur place”. Deux bémols à mettre sur le compte d’un succès retentissant, ce sera mieux la prochaine fois ! Merci à l’UTAC d’avoir su reconduire ce superbe événement. Longue vie au Jap’n’Car Festival !

Crédits photos : Maurice Cernay

Total
13
Shares
Previous Post

Actu auto de la semaine (Expresso News #75)

Next Post

Le Tour Auto 2022 en photos

Related Posts