Où le Kia Sportage vendu en Europe de 2004 à 2010 trouve une seconde jeunesse… mais où son successeur n’est pas à l’abri des plagiats.

Vous le reconnaissez ? Son regard a un peu changé, sa calandre, beaucoup, mais il est resté le même : le Kia Sportage deuxième du nom a été restylé cet été pour le marché Chinois afin d’adopter les nouveaux codes esthétiques de la marque sud-coréenne. Auparavant, il connut un succès commercial en France et en Europe parce qu’il sut anticiper l’engouement des conductrices et conducteurs pour les tout-terrains urbains au milieu des années 2000 et ce jusqu’à l’avènement du bonus/malus écologique. Conçu sur la même base que son cousin le Hyundai Tucson, ces deux véhicules permirent de renouveler l’image de leurs constructeurs respectifs et d’accroître leurs parts de marché.

Le Sportage a également su faire son trou en Chine, à tel point que le constructeur Coréen ne souhaite plus le retirer du catalogue. Nouvelles optiques avec un graphisme interne modernisé, nouveaux feux, nouveaux pare-chocs et surtout nouvelle calandre Tiger nose sont les principaux changements extérieurs. Au rayon motorisation, un seul bloc est proposé, le L4 2,0 l de 142 chevaux pour un couple de 184 Nm, transmis soit par une boîte 5 manuelle ou une boîte automatique 4 rapports. Le Sportage II restylé Spec China est assemblé sur place, à travers la joint venture Kia-Yueda-Dongfeng, et est vendu de 159.800 Yuan à 196.800 Yuan (soit de 19.766 € à 24.343 €).

Le Sportage II n’est néanmoins pas le seul Sportage que Kia vend dans l’Empire du Milieu : la marque y commercialise aussi le Sportage III, « notre » Sportage européen actuel (où il fut lancé en 2010), et que le constructeur sud-coréen importe depuis son usine slovaque de Zilina. Pour autant, afin d’assurer un succès pérenne à ce modèle et pour s’épargner les droits de douane, le Sportage III sera assemblé via Dongfeng-Yueda-Kia à partir de l’an prochain. Son patronyme est modifié afin de ne pas rentrer en conflit avec le Sportage II restylé : il s’y appelle « Sportage R ».

Un problème subsiste cependant pour Kia et son Sportage en Chine : l’existence de modèles plagiaires de son design ! Et si pour l’auteur de ce plagiat, le constructeur Sichuan Yema, cela peut passer pour un hommage et donc un honneur pour le design Kia que d’être copié, cela ne doit quand même pas amuser les autorités du constructeur sud-coréen. Pour l’anecdote, sachez que derrière la calandre typée Sportage III, vous avez un véhicule de silhouette break rappelant fortement le Subaru Forester, le tout étant posé sur un châssis… d’Austin Maestro. La copie en question s’appelle Yema F12, tandis que les F10 et F11 s’inspirent ouvertement des Audi A3 et Subaru Forester ; toutes sont mues par un moteur 1.5 l dérivé d’un moteur Toyota…

Enfin, le design du Sportage a également fortement inspiré la Yeam F18, un petit SUV qui évoque aussi les Ford Kuga, Buick Encore et Mitsubishi ASX. Le site China Car Times y voit un signe d’espoir : c’est la première fois que Yema arrive à créer un design « compréhensif » et cohérent!

Sources : CarNewsChina, WorldScoop, ChinaAutoWeb, The Korean Car blog, ChinaCarTimes