Même si vous revenez de la Lune, vous savez que le Monde subit une crise totalement inédite accompagnée d’un confinement généralisé. Tellement nouvelle que personne ne sait vraiment comment sera le Monde d’après. Tellement nouvelle que même une passion anodine comme celle qui nous rassemble s’en voit bouleversée.

Les constructeurs

Beaucoup ont dû fermer leurs chaînes de production, pas assez sécurisée pour les ouvriers. Après quelques aménagements, des lignes commencent à rouvrir pour permettre d’honorer les commandes de ces dernières semaines. Elles ne devraient pouvoir être livrées qu’après la levée des restrictions. Côté ventes justement, c’est l’effondrement puisque toutes les concessions sont fermées. On note juste Ferrari qui a confirmé engranger les commandes en nombre pour ses nouveaux modèles. Tant et si bien que le titre de la société n’affiche qu’une baisse assez modeste depuis son plus haut d’avant crise. Crise ce sera pour les autres, l’automobile étant une activité par nature ultra-cyclique. Avec la baisse massive des revenus qui s’annonce, c’est long chemin de croix qui les attend.

Les automobilistes

L’immobilisme forcé de nombre d’entre vous vous permet au moins d’économiser de l’essence. Son prix est d’ailleurs en forte baisse à la suite de la chute vertigineuse des prix du brent. Vous devriez pouvoir en profiter un peu à la reprise, personne ne voit l’or noir retrouver rapidement ses niveaux de fin 2019.

On voit également nombre de conducteurs prendre soin de leur auto. Il faut bien s’occuper : lustrage, petites réparations en tous genre, les mécaniciens du dimanche exercent même en semaine désormais. Pour ceux qui ont la chance de pouvoir sortir (ou la malchance), c’est autorisation à avoir sur soi et quelques contrôles.

Les passionnés

Avouez-le, si vous nous lisez, c’est parce que vous aimez l’automobile, ce n’est pas juste un moyen de locomotion. Cet arrêt brutal de toute activité donne des sueurs froides à certains. 

On parle beaucoup de la saison de formule 1 amputée de ses (pour l’instant) 9 premières courses. Mais on néglige toutes les autres disciplines elles aussi à l’arrêt. Si la F1 devrait pouvoir s’en remettre (et encore, certaines écuries pourraient très fortement souffrir), il n’est pas dit que l’équilibre financier des séries moins prestigieuses et donc moins visibles y survive. Seul un soutien des engagés qui ne regardent pas trop à la dépense le permettra.

Pour ceux qui apprécient d’arpenter les rues des grandes capitales pour photographier les voitures les plus rares, c’est devenu compliqué… sauf à habiter à moins d’un kilomètre de l’avenue Georges V. Ça, on s’en remettra, dès que les propriétaires pourront sortir sans justificatif particulier, d’ici quelques semaines.

En revanche, pour ceux qui apprécient les événements, il va falloir faire le deuil de certains pour cette année mais aussi au plus long cours. Nous devrions être en plein Tour Auto, ce sera pour septembre, normalement. Nous avons pu voir Rétromobile mais pas Genève et nous ne verrons pas le Mondial de Paris. Le Mans Classic aura lieu en 2021, laissant planer le doute sur l’alternance avec Chantilly. Les rallyes et concours perdureront, ils ont la cote ces dernières années, tant du côté des exposants que du public. Si la situation ne permet pas leur organisation décalée à l’automne, ce sera pour 2021.

Quant aux salons, j’ai bien peur que le virus ne marque leur mort. L’annulation de Paris, pourtant tard dans l’année nous donne le premier indice : les constructeurs ne viendront plus. Ils sont en crise pour plusieurs années (cf. plus haut), les coûts doivent être réduits. Les derniers à encore jouer le jeu pourraient bien profiter du contexte pour basculer leurs budgets de communication sur ce qui marche. Ou tout le moins qui n’est pas en zone glissante. Je crains que Genève, si particulier, soit un survivant.

Et puis nous, pour finir, passionnés blogueurs mais confinés ? Evidemment, plus aucun essai n’est possible. Les sessions constructeurs sont annulées, les parcs presse sont fermés et les événements annulés. Alors on patiente, comme vous, en se tenant au chaud comme vous le faites probablement. Alors restez chez vous, soyez prudent si vous devez sortir, évitez les contacts. N’oubliez pas de revenir nous voir quand on sera en mesure de passer à une vie un peu plus normale.

Prenez soin de vous.