Alors que Renault entame la campagne promotionnelle  vantant ses solutions électriques aux problématiques de mobilité propre et durable, le nouvel Energy dCi 130 fait son apparition sur la famille Scénic et rappelle que le moteur thermique n’est pas absent du plan Drive The Change 2016.

Afin de répondre aux futures normes de réduction des émissions de CO2, Renault anticipe et présente en marge de sa révolution électrique la naissance de la nouvelle famille de moteurs thermiques qui lui permettra d’être rapidement sous la moyenne européenne et s’offrir le titre de leader européen en rejet d’émissions poluantes.

Avec l’essort des motorisations essences Tce, l’arme de conquête du titre est un 1.6L dCi 130 chevaux. Dans cette cylindrée, le nouveau moteur Renault est le plus performant de sa catégorie et il fait du Scénic le monospace compact européen champion de l’émission la plus basse de CO2 dans sa catégorie de performances.

Le site de Cléon spécialiste des blocs à haute technologie ( V6 dCi, 2L. dCi et 2L turbo RS) en assure fièrement la production et devient un acteur majeur de la stratégie Renault puisque l’usine normande assurera bientôt la fabrication du moteur électrique de ZOE. Cleon qui a bataillé avec d’autres sites du groupe a remporté la compétition grâce à un ticket d’entrée à 51 millions d’Euros contre d’autres sites à 96 millions. Cléon a pu atteindre ce niveau de compétitivité grâce, entre autres, à la réutilisation importante de lignes et composants existants. L’usine de l’Alliance produit à 40% pour Renault, le reste principalement pour Dacia, Samsung et Nissan mais aussi Suzuki, Opel ou Infiniti. Cléon c’est ainsi 2800 moteurs/jour et 3000 boîtes de vitesse/ jour, soit près de 6000 organes produits quotidiennement. 65 % de son activité est exportée. Fier de son « bébé », Renault nous a permis de visiter le site et de suivre la chaîne de montage du nouveau diesel du losange.

 

L’ essai du nouvel Energy sur un Scénic court a eu lieu dans les environs du circuit de Mortefontaine à travers 3 parcours différents. De prime abord il peut paraître incongru de remplacer un diesel de 130 chevaux par un nouveau diesel de 130 chevaux. Rassurez vous, si le nouvel Energy permet à Renault de satisfaire aux réglementations écologiques draconiennes, l’essai de cette nouveauté sur un modèle archi-connu démontre très vite que les 400€ supplémentaires à l’achat de cette nouvelle version sont justifiés et rentables, et qu’en terme d’agréement tout change en bien. Les 130CH du moteur aidés par un couple flatteur de 320Nm à 1750 tours/minutes rendent la conduite de ce « gros » monospace « compact » agréable, fluide, et sereine. En effet 80% du couple est disponible dès 1500tr/min. A la pompe et par rapport au 1.9L dCi qu’il remplace, l’Energy dCi 130 offre théoriquement 300 kilomètres d’autonomie supplémentaire en ne rejettant que 115g de CO2 au kilomètre ( baisse de 30%). Toujours en terme d’économie d’utilisation, ce nouveau diesel a des coûts d’entretien 20 à 30 % inférieurs à l’ancienne génération notamment grâce à l’utilisation d’une chaîne de distribution en lieu et place de la courroie. Le développement technologique de ce nouvel Energy extrapolé d’une base ancienne a donné lieu à un dépot d’une trentaine de brevets pour quelques 75 pièces entièrement nouvelles. Ici le downsizing est associé à une quirielle de nouvelles technologies :stop and start, récupération d’énergie au freinage, EGR basse pression, thermomanagement, pompe à huile à cylindrée variable, et swirl variable. Energy dCi 130 doit beaucoup aux compétences et aux recherches effectuées par Renault Sport F1, fort de 9 titres de champion du monde, notamment le recours à une circulation d’eau transversale et non plus longitudinale ou un segment racleur de piston… Un regret concerne l’impossibilité de coupler le nouvel Energy dCi 130 avec la nouvelle boîte automatique à double embrayage EDC de Renault. Il faudra attendre une évolution de la boite EDC capable d’encaisser le couple développé par le moteur Energy. En attendant Scenic et Grand Scenic dCi 130 ne peuvent s’apprécier qu’en boîte manuelle.

 

A l’usage, aucune de ces évolutions majeures ne sont perceptibles par le conducteur lambda d’un monospace familial mais Renault peut compter sur des valeurs plus pragmatiques comme la consommation ( moins de 5L aux 100), le degré de pollution ou le niveau sonore ( divisé par 2 par rapport au 1.9L dCi) pour séduire et convaincre. L’utilisateur retient le plaisir de conduire un excellent véhicule familial, puissant, économe et écologique ce qui constitue une certaine gageure au vue des intérêts contradictoires de ces trois données. A moyen terme, l’Energy dCi 130 équipera l’ensemble de la gamme Mégane et certains produits de  l’Alliance Renault-Nissan voire Daimler qui aurait fort apprécié les essais réalisés, avant que d’autres évolutions en plus petite cylindrée ne viennent équiper le reste de la gamme en moteurs « propres ».

 

 

Ci-dessous les innovations techniques ayant permis aux motoristes Renault d’atteindre leurs objectifs de baisse de consommation et de réduction d’émission de CO2 tout en gardant une puissance de 130 chevaux.