Et dire que j’étais en week-end. Après de longues et éprouvantes heures de labeur dans les buildings de Blog Automobile, la semaine s’achevait. Une virée à vélo (j’attends encore mon véhicule de fonction, Gonzague) pour aller prendre l’apéro et voici que le travail me rattrape : une inattendue Studebaker Champion croise mon chemin sur l’Esplanade des Invalides. Fichtre, je vous dois un article cher lectorat. Dont acte.

Lancée en 1953, cette quatrième génération de Studebaker Champion, contemporaine de Chet Baker est signée Raymond Loewy. C’est plus précisément, Rober E. Bourke, membre du studio de design de ce premier qui en est le principal auteur. Elle succède notamment à la célèbre « bullet nose » commercialisée dès 1947 et sa lunette arrière panoramique que les résidents du West Village peuvent quotidiennement croiser devant un taco bar de New York. La voiture est disponible en berline 4 portes, break, cabriolet ainsi qu’en deux déclinaisons de coupés : la Starlight, ici photographiée ou la Starliner (coupé « hard top »), dépourvue de montant B.

Motorisée par un six cylindres nettement plus straight qu’Oscar Wilde, la Champion se place sous la Commander, quasi identique, mue par un V8. D’une cylindrée de 2779 ccm, le L6 développe 85 chevaux (soit à peu près autant que le dernier bicylindre 0,9 litres de Fiat, vive le progrès). Outre des freins particulièrement dilettantes (en particulier pour le modèle 53), comme toute américaine de l’époque, un pont arrière rigide et des ressorts à lames nous rappellent qu’une nation suffisamment géniale pour franchir Mach 2 en 1953 était bien incapable de nous pondre des suspensions indépendantes… Ladite nation s’étant amplement rattrapée en nous offrant Elvis, Michael et le Coca-Cola, on peut lui pardonner son laxisme chronique côté châssis.

Produits à South Bend dans l’Indiana, les coupés Starlight et Starliner se seront écoulés à 55 015 exemplaires entre 1953 et 1954. Offrant une rare élégance, ils se vendirent près de quatre fois plus que la berline, preuve s’il en est que le design est un déclencheur d’achat. La Champion perdra singulièrement de sa finesse en 1955, sa face avant abandonnant le bec pour une triste bouche chromée. Les années suivantes verront le design corrompu par un style surchargé et une face avant fort clinquante tandis que la voiture se voit nommée Hawk. Le véhicule est régulièrement restylé avant de s’éteindre sous l’appellation GT Hawk en 1963. Grandeur et décadence.

Aujourd’hui, Studebaker n’est plus, mais la marque se rappelle toujours à la mémoire des curieux à travers ces quelques vestiges d’une autre époque, achevée par la mémorable et intemporelle Avanti. Quant au site de South Bend, rebaptisé Bendix Woods par son nouveau propriétaire (désormais absorbé par Bosch), il continue d’afficher crânement aux yeux des satellites le nom de Studebaker en lettres sylvestres.

Pour l’anecdote, en traversant l’esplanade des Invalides au retour, l’improbable coupé Volga dont je vous avais parlé l’été dernier a refait surface. Il y a des soirs comme ça où on ne décroche pas du boulot…

Via Wikipedia, une galerie Flickr, HowStuffWorks, une page Yahoo.