Les ventes de véhicules électriques sont au mieux depuis 3 ans ! Les ventes de VE décollent ! En septembre et octobre 2014 les livraisons de voitures sans émission ont explosé ! Les VE à l’assaut du marché, les voitures thermiques peuvent se faire du mouron !
Et j’en passe…
Gardons vers nous un peu de raison et observons ce qu’est la réalité du marché en 2014 et elle est bien différente notamment si on se penche sur le marché des particuliers.

Les VE plaisent surtout aux entreprises

A l’image des derniers gros contrats de vente de véhicules électriques (Orange, ERDF, La Poste) qui ont été médiatisés, les VE prennent surtout la direction des parcs de véhicules d’entreprise mais pas que…

Ainsi on découvre que sur les 8.000 VE livrés en France depuis le 1er janvier 2014, les flottes d’entreprise, réseaux d’autopartage et concessionnaires représentent à eux seuls 70.5% des ventes de voitures électriques en France, le reste, c’est à dire étant assuré par les particuliers valent pour seulement 29.5%.

On apprend, grâce aux Echos, que sur les 8.000 voitures électriques mises à la route (Renault Zoé, Nissan Leaf, Bolloré BlueCar, Citroën C-Zero, Peugeot iOn, BMW i3, Tesla Model S) entre janvier et octobre 2014, seuls 2.365 ont été le fait de clients particuliers.
Ce sont ainsi 5.365 autos sur batteries qui ont pris la direction des flottes d’entreprises mais pas seulement puisqu’une partie (Bolloré essentiellement) est allée vers les services d’autopartage et… là c’est une surprise surtout si on ne connait pas le petit monde de l’automobile, 2.300 autos ont été mises en VD (Véhicules de Démonstration) chez les distributeurs. Gasp ! 28.75% des VE immatriculés en France en 2014 sont restés dans les réseaux des constructeurs. Bien sur, ces autos ont été payées, immatriculées (surement primées par les marques pour inciter les concessionnaires à en « prendre en démo ») mais elles ne dorment pas dans les garages de clients sauf en cas de prêt des ateliers ou parce qu’un commercial a fait le nécessaire pour en prêter une durant deux ou trois jours.
1000 autos électriques ont donc pris la direction des sociétés d’autopartage comme Autolib’,
Cublib’ et Blulib’… appartenant au groupe Bolloré qui finalement se vend ses propres autos !
Et au final, en 10 mois, ce ne sont que 2.065 VE qui sont parties dans les entreprises essentiellement celles liées à des services dit publics comme nous le disions plus haut.

Au fil des chiffres relevés, on apprend que Nissan ne vend que 26 % de ses voitures électriques aux particuliers. Renault fait un peu mieux puisque 36 % des  Zoé livrées le sont à des clients qui ne sont ni des entreprises ni des concessionnaires ou agents de la marque. On notera toutefois que le marché des VE en société est en hausse de 9.8 % depuis janvier . On notera aussi que les VE apparaissent sur les parcs des loueurs « courte durée » (Avis, Hertz, Europcar, etc…) mais pas suffisamment pour donner un gros coup de pouce au marché. Pas sur d’ailleurs que l’évolution de la fiscalité en juillet dernier ait donné un vrai regain d’intérêt pour les voitures électriques.
La nouvelle prime instaurée par l’état va t-elle changer la donne ? Rien n’est moins sur tant les freins sont encore importants (autonomie, prix, manque d’infrastructures) . Il faut donc relativiser l’état de cette niche du marché à l’heure où certains, surement en mal de buzz, voient les VE représenter entre 18 et 20% du marché à échéance de 5 ans environ.

Via LesEchos, AutoActu.