Et on doit cette triste situation à Dany Bahar qui s’est pris pour un grand capitaine d’industrie automobile alors qu’il n’en avait ni les capacités, ni les moyens financiers. Lotus est donc définitivement en péril comme je vous le dis depuis au moins deux ans et ce fumeux salon de Paris 2010 où le constructeur avait exposé des nouveautés en nombre qui nous donnaient l’impression que Porsche ou Ferrari étaient devenus des « nains » de monde merveilleux de la voiture de sport.

A l’été 2009, quand il succède à Mike Kimberley, malade, certains voient dans l’ancien responsable commercial de Ferrari (ex responsable Red Bull), le « génie » et installent l’homme à la tête de Lotus à la façon d’un pacha… Tout lui est du, rien n’est trop beau pour D.Bahar qui annonce qu’il veut faire de Lotus, le Porsche britannique. Et déjà là c’est la première erreur pour des raisons de moyens mais aussi pour ne pas avoir appréhendé l’esprit du constructeur d’Hethel. Je ne m’attarderais pas sur les bourdes qui se sont succédées depuis 3 ans et encore plus vite depuis le Mondial de l’Automobile 2010. Argent gaspillé, dispersion des moyens, pipolité permanente, non respect des accords (notamment avec Toyota), paillettes, bimbos, rappeurs, potes, fêtes inutiles, champagne et caviar à gogo,  multiplication des intervenants qui finalement n’interviennent jamais et au bout du compte une marque qui est engagée sur tous les fronts en compétition sans en avoir les moyens financiers et logistiques (cf dernier article sur Lotus) au point de pénaliser les écuries US qui ont fait le « mauvais » choix de Lotus en fin de saison 2011, sans parler du rallye et des fameuses formules de promotion.

Avant que Bahar ne prenne les rênes de Lotus, le constructeur vendait bien plus de 2000 voitures neuves par an, en 2011 ce sont à peine plus de 1300 autos neuves qui ont pris la route. A titre d’exemple, en France en deux années le nombre de Lotus neuves mises à la route est passé de 232 à seulement 158 exemplaires. L’homme n’y ait pas aller de main morte puisque l’an passé , il dénonçait tous les contrats des distributeurs et voulait imposer des standards pour faire des agréables concessions Lotus, des cathédrales à la façon Porsche; totalement inutile et hors de prix pour les distributeurs d’ailleurs un grand nombre n’a pas voulu de ce contrat Bahar, préférant ne plus distribuer les petites anglaises sportives. L’homme n’a pas vu la fronde née au moment du Mondial 2010, il a refuser d’entendre les amateurs qui sont aussi des acheteurs tout comme il a refuser de prendre en compte les avis des grands distributeurs Lotus en Grande Bretagne, en Europe continentale ou aux USA, hélas….

Aussi DRB -Hicom, nouveau propritaire de Proton et donc de Lotus, a très vite constaté que la marque anglaise ne gagnait pas d’argent mais en dépensait de façon somptuaire et inconsidérée au regard des ventes et des résultats divers et variés. Pour arrêter les frais, il semble plus que probable que Lotus (avec ou sans la division Ingénierie ?) sera mis en vente dans les prochains jours ou prochaines semaines. Et parmi les repreneurs très potentiels, un nom revient très souvent, celui de Youngman ! Oui le Youngman qui tente depuis près d’un an de racheter Saab est désormais sur les rangs pour reprendre Lotus. N’oublions pas que Youngman est l’importateur des Lotus en Chine depuis 6 ans et que depuis 18-24 mois, suite à une deal purement financier mené par Bahar, le constructeur produit des Youngman Lotus qui ne sont en fait que de tristes autos chinoise affublées du nom Lotus et équipées d’un look sport sensé rappeler Lotus. Triste monde !

Rien n’est fait bien évidemment car DRB-Hicom est aussi le partenaire de puissants groupes industriels qui pourraient être interessés par Lotus et par eux , il y a Toyota qui fournit des moteurs à Lotus mais qui ne verrait pas forcément d’un bon oeil l’arrivée de Youngman sauf à priver Lotus de moteurs et donc… de vie sauf si vous avez envie d’une Lotus avec un L4 1.5 L ou 1.8 L chinois qui n’a rien de séduisant. L’affaire est donc à suivre tout comme le départ attendu dans les prochaines semaines de Bahar qui payera ainsi cash sa mégalomanie incompétente et pipolesque. Il y a quelques mois Lotus annonçait le licenciement de 99 salariés, je vous disais qu’il en manquait un, le voilà et c’est heureux pour le constructeur d’Héthel. Il est donc fort probable que D.Bahar ne soit pas à Goodwood début juillet pour les 60 ans de Lotus tout comme il est peu réaliste de voir Genii Capital faire une vraie offre de reprise de l’ensemble de Lotus Group. Enfin, c’est un certain Tony Fernandes, propriétaire de Caterham qui doit bien sourire dans son bureau en voyant la déconfiture de Lotus…

Via Autocar.