Il y a quelques temps nous apprenions l’éviction définitive de Dany Bahar à la tête de Lotus. Aujourd’hui, la nouvelle direction s’attaque au méga programme de l’ex mégalo boss du constructeur britannique et fait quasiment table rase de l’ère baharienne qui ne restera pas dans les mémoires des amateurs de voitures et encore moins dans celles des fans et des conducteurs de Lotus.

Exit le programme de gamme faite de 6 modèles sans la voiture « basique » et fétiche du constructeur, à savoir la petite Elise que Bahar considérait comme pas en accord avec ses projets. Elles passent à la trappe : Elite, Elise Spec Bahar, CityCar, Eterne et Elan.

Seule l’Esprit est sauvée de l’oubli mais elle va être revue, adaptée, allégée et elle ira rejoindre en 2014/2015, la gamme actuelle faite de l’Elise, de l’Exige S et de l’Evora. Il y aura donc 4 modèles chez Lotus dans les prochaines années mais pas plus et c’est, selon moi, bien suffisant pour un constructeur qui vend moins de 2000 autos/an. Pour ce qui est de l’Esprit, elle pourrait garder sa physionomie de 2010 mais rien n’est confirmé car cette nouvelle version délaissera le moteur et la boite de vitesse Lotus pour probablement récupérer un moteur issu de l’accord Toyota/Lotus et on pense, par exemple, au V8 de l’ISF revu à la façon Lotus. Direction la poubelle pour le moteur V8 qui était en développement et dont je vous parle depuis des mois en vous expliquant qu’il n’est ni terminé, ni performant. Poubelle aussi pour la boite de vitesse Lotus que Bahar voulait associer avec le moteur V8 qui, je vous le rappelle, devait dans le futur se décliner en une variante V6…

Du coté sportif, on se rappelle que Bahar voulait inonder le monde du sport automobile. Le programme Bahar aura fait long feu. Adieu l’Indy où Lotus devait tout casser, notamment Honda et Chevrolet. Il n’en a rien été puisque Lotus n’a pas pu fournir tous les teams qui avaient signé avec les belles promesses de Dany Bahar. Moteurs pas du tout performants, moteurs pas livrés et pas adaptés au chassis, moteurs totalement dépassés qui obligeaient les pilotes à courir sous drapeau de protection avant le dizième tour de course, procès menés par les teams américains.. L’Indy c’est fini. Il en est de même pour la série développée autour de la Lotus T125 Exos et les autres séries  voulues par l’ancien patron de Lotus. On ne parlera même pas de la F1, nous avons abordé le sujet au printemps, Lotus n’est plus du tout partie prenante dans le team de F1 qui porte son nom. La nouvelle direction maintient le programme en GT et le programme en rallye avec l’Exige R-GT qui vient d’être homologuée par la FIA. Mais dans cette affaire de rallye, Lotus travaille avec des teams « semi privés » afin de diminuer la charge financière. D’ailleurs l’Exige R-GT débutera en compétition ce week end en Championnat d’Europe des rallyes lors du ralye de Madère au Portugal. La voiture en livrée noire et or est engagée par Lotus International Rally Team et sera pilotée par l’équipage Bernardo Sousa et Corrado Mancini.

DRB-Hicom liquide également les contrats de la myriade de « people consultants » embauchés par Baharmais ainsi que ceux des onéreux consultants automobiles (Gordon Murray,  Bob Lutz, Burkhard Göschel étaient membre du fameux Conseil consultatif qui n’ jamais rien fait). Le même sort est réservé aux équipes de création diverses, variées et externes qui devaient travailler sur les ex futurs nouveaux modèles abandonnés par la direction récemment mise en place. Le projet de nouvelles normes hors de prix imposées aux concessionnaires passe aussi à la trappe. On revient ainsi à une structure quasi identique à celle de 2008- début 2009 mais il manque quand même les ingénieurs « virés » ou externalisés par Bahar quand il a pris ses fonctions. DRB-Hicom poursuit donc la remise en place et en forme de Lotus en faisant notamment savoir qu’elle allait investir d’ici à la fin de l’année quelques 100 millions d’euros qui viendront compléter les 200 millions mis dans Lotus en février dernier après le rachat. Néanmoins, il nous faudra encore patienter un peu pour vous si Lotus va mieux ou si les dégâts faits par la gestion Bahar sont plus sérieux qu’il n’y parait !

Via Reuters, Autocars.