Ca ne va toujours pas mieux ! Après un mois d’août historiquement bas, le marché automobile français ne va pas mieux puisque la baisse en données brute est de -18.3%. Ce sont donc 136.859 voitures neuves qui ont pris la route en septembre.

Mais ce marché encore orienté fortement à la baisse, on note la dégringolade de Renault qui cède 35.8% (-14.1% pour Dacia) c’est à dire un mix de -33.4% pour le groupe. Très forte baisse de la Twingo, clients en attente de la nouvelle Clio n’aident pas le constructeur au losange à se maintenir. Chez PSA, c’est aussi à la baisse mais nettement moins puisque le groupe ne cède que 5.0% et même Peugeot limite très bien la casse avec -0.8% grâce une 208 qui monte en puissance sur le marché français. Citroën est un peu plus à la peine faute de nouveautés. Au global les constructeurs hexagonaux cède près de 20% par rapport à 2011 en immatriculant 18.286 voitures de moins que l’an passé ce qui n’est pas rien (>910 perdue chaque jour en septembre 2012 par rapport à septembre 2011).

Chez les constructeurs étrangers ce n’est pas beaucoup mieux avec notamment un gadin chez VW Groupe avec -18.1% pour VW, -27.5% chez Skoda et -42.0% chez Seat, seul Audi est encore à la hausse avec +0.7% mais cela ne tient pas à grand chose. La gamelle du mois est à mettre à l’actif du groupe Fiat qui voit les ventes Alfa Romeo plonger de 56.5% (avec deux modèles peu soutenus on ne peut pas s’attendre à mieux !), celles de Fiat chuter de 34.3% et celles de Lancia perdre 24.2%. Rude période pour les distributeurs du groupe italien ! Ford n’est pas au mieux avec -31.5% toutefois il y a pas mal d’attentes de livraisons (Focus 1.0 L, B-Max, nouvelle Fiesta) mais la situation du grand constructeur américain reste difficile en cette année 2012. Chez GM on plonge, hélas comme à l’accoutumée (-20.3%) mais pas seulement chez Opel et c’est une nouveauté chez Chevrolet qui tirait pourtant assez bien son épingle du jeu jusqu’à maintenant. Nissan est aussi à la peine pour le second mois avec -16.1% et -23.1% chez Infiniti et là aussi pas de nouveauté pour relancer la machine. BMW Group est lui aussi à la baisse (-8.6%) mais il est surtout pénalisé par la forte chute des ventes de Mini (-37.6%) car la marque BMW est à la hausse avec +5.6% et 3792 voitures livrées. Mercedes Benz chute aussi mais plus légèrement avec -2.2% et finalement c’est Smart qui tire le Daimler AG vers le bas puisque la marque chute de 10.4% par rapport à l’an passé. Les autres « petits » constructeurs (essentiellement les japonais hors Toy’ et Nissan et Volvo) voient leur immatriculations chuter de 21.6%.

Dans ce marasme général, deux groupe tirent leur épingle du jeu, il s’agit de Toyota qui est bel et bien reparti de l’avant avec une hausse de +5.4% de ses livraisons, +54% chez Daihatsu et un marché étal chez Lexus (194 livraisons en 2012 comme en 2011). Et ça va toujours bien chez les ennemis de Montebourg puisque Hyundai et Kia affichent des chiffres à la hausse avec :
+23.9% pour le groupe
dont +8.9% pour Kia et +46.5% pour Hyundai

Au final, si les constructeurs étrangers voient leurs ventes diminuer de 12.381 exemplaires, leur part de marché croit de 44.79% à 45.78% ce qui n’est pas rien dans une conjoncture difficile. Si l’on jette un coup d’oeil dans le rétro des 9 premiers mois de 2012, on a un marché VP à -13.9% (je vous parlais de -15% en début d’année et je n’étais donc pas loin !) qui ne devrait pas voir la tendance s’inverser rapidement et durablement. Crise, morosité ambiante (encouragée ?), forte baisse du pouvoir d’achat, coût du carburant, absence de nouveautés aguichantes ou innovantes (attention à un possible départ difficile de la Zoé dans quelques semaines !) font que les chose ne devraient pas changer dans les prochains mois et si le CCFA vient de revoir à la baisse ses prévisions pour 2012, il est évident que celles pour 2013 ne seront pas meilleures voir pires. L’ambiance qui règne sur le Mondial, la très relative affluence du week end, le petit boom des visites sur les stands coréens, Dacia et autour des autos pas chères sont un vrai reflet de ce qui se passe actuellement sur le marché qui, à l’image du monde se scinde en deux, ceux qui peuvent et ceux qui ne peuvent pas ou plus… acheter de voitures neuves faute d’un niveau de vie suffisant sauf à vouloir devenir expert en jambon sous blister et boites de petits pois moyens !
Reste que la fin d’année s’annonce très difficile et entre les diverses hausses, impôts et les fêtes de fin d’année qu’il va falloir gérer, il y a peu de raisons d’être optimiste quant à l’évolution de la tendance actuelle qui semble être lourde et installée durablement.

Ci dessous les différents documents du CCFA avec notamment le classement des 100 voitures les plus vendues en France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Via CCFA.