Il existe vraiment, ce n’était pas une simple vue de l’esprit depuis près de 18 mois qui est à peu près la période où j’ai commencé à vous entretenir de cette affaire Classe G à moteur V12. Voici donc le G 65 AMG ou comment propulser un vrai 4×4 avec un énorme moteur V12 6.0 L biturbo !

Incorrect politiquement, énergivore, vieillot, hors de prix, ostentatoire, émetteur de CO2 et j’en passe mais c’est surement pour cela qu’il était nécessaire dans une production automobile de plus en plus aspetisée, banalisée au nom d’une pensée « juste » du moment. Il y a une dizaine de jours vous avez découvert le petit frère à moteur V8 5.5 L Biturbo de 544 ch, voici l’ainé et son beau moteur V12.

Esthétiquement rien ou presque ne distingue le G 65 AMG du G 63 AMG si ce n’est des jantes alu d’origine différentes et le fameux logo V12 Biturbo qui pourra d’ailleurs disparaitre gratuitement à la demande des clients lors de la commande. On croira ainsi que vous roulez dans un « vieux et banal » G 55 AMG et seuls les amateurs sauront faire la différence avec le grondement du V12. Au programme du G 65 AMG, le V12 de 5980 cm3 dans sa version forte de 612 ch entre 4300 et 6500 trs/min et 1000 Nm de couple entre 2300 et 4300 trs. Autant dire qu’il ne doit pas y avoir de problème à la reprise ou pour dépasser malgré le poids de 2850 kg. Le « bestiau » revendique ainsi un rapport poids/puissance de 4.65 kg/ch. Ce moteur V12 dont le régime maxi est fixé 6100 est associé à une boite de vitesse à 7 rapports de type Speedshift Plus 7G-Tronic AMG. Cette boite permet l’envoie de la puissance vers la transmission à 4 roues motrices permanentes situées aux extrémités de deux ponts rigides !

Bien sur AMG a retravaillé l’ensemble chassis/transmission/trains roulants afin d’adapté l’ensemble aux nouvelles performances du Classe G survitaminé. Chassis surbaissé, nouveaux amortisseurs à gaz renforcés et grosses barres de torsion sont bien évidemment de la partie comme sur le G 63 AMG. Au chapitre du freinage, le G 65 est freiné par 4 grands disques ventilés et pincés par des gros étriers à 6 pistons à l’avant et 4 à l’arrière. Comme le Classe G est un véhicule que l’on considèrera comme classique, il dispose toujours d’une classique direction à assistance hydraulique mais… asservie à la vitesse. Le G 65 AMG repose sur des roues en alu de 20 pouces de diamètres chaussées à l’avant et à l’arrière en 275/50 R 20. Sachez enfin que le réservoir reste inchangé et qu’il contient toujours 96 litres de SP95 ( près de 160€ le plein !).

Au niveau gabarit, rien de neuf par rapport au G 63 AMG c’est à dire que le G 65 AMG c’est :

L : 4.763 m / l : 1.855 m / h : 1.938 m / emp : 2.85 m

Coffre : 480 dm3

Passons maintenant aux performance de ce 4×4 de 612 ch pour voir ce qu’il a dans le ventre. On apprend ainsi que sa Vmax autolimitée est de 230 km/h, qu’il lui faut à peine 5.3 secondes pour atteindre les 100 km/h pour une consommation mixte de 17.0 L/100 km et des émissions de CO2 qui montent tout de même à 397 g/km ( ou 1 kg de CO2/ 2500 m ). Pour comparer, le G 63 AMG est annoncé avec une Vmax de 210 km/h, le 0 à100 km/h en 5.4 sec, une consommation mixte de seulement 13.8 L/100 km et « seulement » 322 g de CO2/km.

Pour ce qui est de l’habitacle, de la finition et de l’équipement, le G 65 AMG bénéficie des mêmes évolutions esthétiques et d’équipements que ce que nous avons découvert dans le G 63. Ainsi, comme le petit G, le G 65 AMG propose 18 coloris de carrosserie prévus dans la palette standard et dans la palette Designo. Il en est de même pour les différentes selleries ou inserts présents dans l’habitacle.

Bien sur la finition est de haute volée sur ce 4×4 réalisé entièrement à la main chez Magna en Autriche.

Le G 65 AMG, comme le G 63 AMG, sera disponible en concession en fin d’année mais je n’ai toujours pas de tarification française mais sachez qu’en Allemagne il est proposé au tarif d’ami de 264.180€ (137.504€ pour le G 63 AMG moins puissant et un peu moins équipé de série). A revoir.

Via AMG, Mercedes Benz.