Michelin supprimes 700 emplois à Joué les Tours

Le manufacturier clermontois devrait confirmer l’affaire en début de semaine puis la présenter lors d’un comité central d’entreprise ordinaire qui doit se tenir le 12 ou le 13 juin prochain.
Michelin va supprimer 700 des 927 postes que compte son usine de Joué Les Tours en Indre et Loire spécialisée dans la fabrication de pneumatiques pour poids lourds. Cette annonce n’est pas vraiment une surprise puisque la rumeur courait depuis déjà quelques semaines.
L’usine de Touraine ne sera pas tout à fait fermée mais sur les 927 salariés que compte le site  seuls 180 à 200 emplois seront maintenus pour assurer l’activité de calendrage des pneumatiques. Cette unité n’est pas une nouveauté puisqu’elle existe déjà au sein de l’usine de Joué Les Tours. Par contre, la totalité de la production de pneumatiques pour poids lourds va être totalement arrêtée.
Selon les premiers éléments disponibles (essentiellement en provenance de sources syndicales car la direction s’est refusée à tout commentaire !), sur les 700 postes supprimés, 200 sont concernés par des mesures de départ à la retraite anticipée, et pour les 500 autres salariés concernés par le plan social, il devrait y avoir des propositions de reclassement sur d’autres sites Michelin ou des offres de requalification et de formation. Le plan de restructuration Michelin pourrait être mis en place dès cet été ou à la rentrée.
Ce plan social 2013 n’est pas le premier pour Michelin en Touraine puisqu’en 2009, l’entreprise avait déjà supprimé 340 emplois. A l’époque Michelin disait que le site de Joué était « taillé » pour produire 1 millions d’unités alors qu’en 2010, ce sont entre 600 et 630.000 pneumatiques qui sont sortis de l’usine tourangelle.
Michelin justifie ce plan social en mettant en avant la baisse importante du marché des pneus poids lourds qui est passé d’un volume annuel de 26,7 millions d’unités en 2007 à peine plus de 20 millions l’an passé. Le manufacturier explique que cela est du à la crise économique qui règne sur l’Europe depuis 3-4 ans. En parallèle, le groupe annonce qu’il va lancer un programme d’investissement d’un montant de 500 millions d’euros destiné à la R&D. Ce plan d’investissement sera essentiellement centré sur la France et c’est le site de la Roche-sur Yon en Vendée qui devrait en tirer le plus de profit afin de conserver sa compétitivité et donc l’ensemble de ses activités.

De son coté, le gérant de Michelin, Jean Dominique Sénard et Florent Menegaux, directeur général de la division pneus tourisme de Michelin avaient un peu préparé le terrain en mars dernier en expliquant que les usines de fabrication tournaient actuellement à 60% de la leur capacité dans le secteur du pneumatique PL et à 75% dans celui du secteur du pneu VL et VUL. Comme pour se rassurer et dire qu’il n’est pas le seul à procéder de la sorte, Michelin rappelle que Goodyear ferme son usine d’Amiens Nord et que Bridgestone vient d’annoncer la fermeture définitive de son usine italienne de Bari.Michelin Joué les tours

Comme dit sur certains sites économiques, le dossier Michelin Joué Les Tours risque de faire polémique et beaucoup parler nos hommes politiques (ou ministres actifs…) car on ne perdra pas de vue que le résultat net opérationnel du groupe auvergnat en 2012 a augmenté de près de 25% pour atteindre 2.4 milliards d’euros. A suivre.

Via Le Monde, La NouvelleRépublique, Zonebourse.