Dangel est présent au Mondial de l’Automobile de Paris, au hall 3, stand 115. Trois modèles sont exposés, dont un Citroën Berlingo de compétition ayant participé au Rallye Aïcha des Gazelles. Restant malheureusement connu des seuls professionnels et de quelques amateurs éclairés, Dangel n’est pas le stand le plus bondé de ce salon. Mais c’est justement l’occasion d’en parler un peu.

La firme Dangel naît en 1980 dans le Haut-Rhin, à Sentheim. C’est un carrossier qui se spécialise dans l’équipement en transmissions intégrales 4×4, avec toutes les contingences périphériques (réhaussement de la hauteur de caisse, apport de différentiels arrières, ou protections de châssis). Spécialisé dans les productions de PSA, son premier modèle fut une Peugeot 504. Nul étonnement donc à retrouver aujourd’hui à son catalogue l’ensemble de la gamme utilitaires de deux constructeurs Français, Peugeot et Citroën.

Il est intéressant de remarquer les catalogues proposés au stand du Mondial : ils présentent les modèles Peugeot et Citroën, mais surtout, ce sont des brochures qui utilisent la typographie et les sigles des deux marques. Au-delà du détail (ces deux brochures sont, au logo près, identiques), cela montre combien Dangel est intégré à PSA, un gage de reconnaissance et de considération pour l’excellent travail de l’équipementier.

Les modèles proposés par Dangel sont les suivants :

Citroën Nemo/Peugeot Bipper
Citroën Berlingo/Peugeot Partner
Citroën Jumpy/Peugeot Expert/Fiat Scudo
Citroën Jumper/Peugeot Boxer/Fiat Ducato

Si la transformation proposée pour un Bipper ou un Nemo se limite à un différentiel à glissement limité, ce sont les Partner et Berlingo qui font l’objet de la recherche la plus poussée. 4 versions sont proposées (Trek, Endurance, Extrême et Extrême +), qui se caractérisent par un sélecteur intégré au tableau de bord permettant de passer de 2 à 4 roues motrices. Disponibles en version utilitaire comme en version civile, ces ludospaces deviennent ainsi très polyvalents.

Pour les Expert, Scudo, et Jumpy, Dangel propose une transmission 4×4 à viscocoupleur, permettant une répartition du couple moteur de façon homogène entre les essieux sans intervention du conducteur. C’est en fonction des conditions d’adhérence que le véhicule passe de 2 à 4 roues motrices, un gage de sécurité en cas de besoin, et d’économies de carburant lorsque la route est dégagée. Viennent enfin les Boxer, Jumper et Ducato, pour lesquels Dangel équipe les châssis d’une garde au sol rehaussée et de la transmission 4×4, avec trois niveaux de finition : Endurance, Performance, et Extrême.

Dangel ne se limite plus à la France. L’entreprise parle 5 langues, commercialise ses productions dans plus de trente pays, c’est-à-dire dans toute l’Union Européenne (on rappelle qu’un véhicule homologué dans un pays de l’UE l’est dans tous les autres), au Maghreb et en Asie Mineure.

Dangel, c’est aussi une usine de sous-traitement de la production d’autres constructeurs. Ainsi, la société a assemblé 230 triporteurs « CycloCargo », que les touristes retrouvent en masse pour les promener autour de l’Avenue des Champs Elysées.

La compétition enfin : c’est avec une honorable 11ème place en catégorie crossover que le Berlingo (renommé « Béber ») de l’équipage Anne Marie Corgne et Dominique Delforge  a terminé l’édition 2011 du Rallye Aïcha des Gazelles. Précision de taille : ce véhicule (un Berlingo Extrême +) n’a subi aucune transformation autre qu’esthétique (sponsors, dossards) pour concourir. C’est l’assurance pour le client d’avoir entre les mains un tout-terrain capable de franchir des déserts.

Depuis 1980, Dangel a assemblé 34 000 véhicules, et en assemble désormais 3000 par an. Reconnu comme constructeur à part entière, ses transformations ne bouleversent pas les garanties constructeur, tandis que l’entretien de ses productions se fait dans les réseaux de concessionnaires habituels. La polyvalence, maître mot de Dangel, a de beaux jours devant elle.

Crédit photographique : François M. (« Club Dangel.es » pour le logo)