Début août, le circuit de Silverstone a connu un événement sans pareil. La revoilà en force et en forme sur les terres européennes durant quelques jours. Seuls quelques privilégiés médiatiques européens ont pu poser leurs doigts sur les palettes et apprécier en deux tours de circuit la GT-R Nismo 2014 de Nissan. 

GT R Nismo 2014-1

Votre dévouée y était! Pensez bien que j’aurais préféré m’offrir un burger king que la haute gastronomie anglaise (rire étouffé) si ce n’était pas pour savourer durant moins de 3 mn un kaiser nippon de 600ch et 481 lb-pi de couple !

Héritière directe de la Skyline GT-R R34, le coupé sport 2 portes de Nissan est rapidement identifié à « Godzilla » par les passionnés et cette supercar a rapidement connu un franc succès dû à sa puissance impressionnante et son design fort.

Le trait général de la GT-R Nismo 2014 reste assez voire très proche de sa grande-sœur à quelques détails près. Robuste, carrée, affirmée, seuls les phares multi-LED donnent un nouveau regard à la GT-R, équipées d’un système adaptatif AFS (Adaptive Front lighting System), la GT-R Nismo joue de la rondeur dans ses yeux. Le design de la GT-R Nissan est ce que la politique est lors d’un repas… un débat sans commune mesure, un puits sans fond. Racée nippone, cette Supercar ne peut laisser indifférente, qu’elle soit appréciée ou pas, la GT-R est sujet passionnant surtout en période « ronde » chez les constructeurs.

La GT-R Nismo en vue!

D’emblée, la GT-R Nismo gagne en tempérament, en agressivité avec ses aérations latérales à l’avant qui lui confèrent un petit côté squale,  une Supercar prête à faire fondre le bitume!

Développé par Nissan Motorsport, cette version de la GT-R Nismo est la plus performante grâce à ses avancées aérodynamiques, sa carrosserie (-20 kg et une augmentation d’environs 8% de rigidité) et sa motorisation d’après Darren Cox.

Cette explication est confirmée par les jupes latérales renforcées, le spoiler conséquent et les pares-chocs extrêmement bas (afin de compenser la perte de poids et gagner 100 kg d’appuis aérodynamique à grande vitesse, soit 220 lbs d’appui supplémentaire à 300 km/h) tout en carbone soulignés d’un liseré rouge afin de renforcer l’aspect prédateur nippon. Ce qui la différencie ou l’agrémente également de la GT-R standard est son aileron arrière tout en carbone qui impose un véritable aspect kaiser du circuit.

Nismo a également revu le roulement et les suspensions, plus fermes pour la GT-R Nismo créés spécifiquement pour le modèle, les amortisseurs DampTronic personnalisés et développés par Bilstein, des liens spéciaux dans les doubles triangles à l’avant, bref tout le bataclan pour rivaliser sur la place des grandes sportives. Les jantes noires à 6 rayons inspirées de la version GT500 en alliage forgé permettent d’assurer les transferts de poids à 210 km/h dans un virage sans aucune hésitation dixit le pilote qui m’accompagnait à bord de la sportive. Ces améliorations se ressentent surtout dans la colonne vertébrale, je ne suis pas sortie de la GT-R Nismo totalement raide, elle a indéniablement gagné en souplesse.

Avant de m’installer au volant de cette supercar venue tout droit d’une folie digne du meilleur Neon Genesis Evangelion, j’avais conscience de cette chance de pouvoir « piloter » (les guillemets car je ne suis pas pilote juste essayiste) ce bijou automobile. Je ne suis pas insensible au pied de nez de Nissan fait aux irréductibles passionnés de luxueuses sportives qui ne vantent que les mérites (Ô combien remarquables certes) de leurs références en la matière comme une California T ou encore une Lamborghini. La GT-R Nismo est une sportive de haute volée, proposant des performances au-delà d’une Audi R8 (acceptons-le) qui offre « seulement » un V8 pour 420 ch à 7.800 tr/min et un couple maximal de 430 Nm atteint à 4.500 trs/min, de quoi faire réfléchir ou proposer un vrai comparatif entre ces deux sportives agrémentées d’une Porsche 911 Turbo S ou d’une GT3.

Fin de l’aparté, un monde parallèle s’ouvrait à moi dans quelques secondes… arracher le 0 à 100 km/h en  2″7 (a bouclé un tour de la Nordschleife en 7’18″6) et une Vmax à 340 km/h impose le respect mais décuple terriblement le plaisir pour une passionnée des puissantes sportives. D’autant plus que dans nos sociétés actuelles, le plaisir de la conduite automobile du temps de nos parents voire de nos grands-parents est révolu (nous sommes des stars sur nos routes, invasion de paparazzi), accéder à cette supercar sans limite, sur un circuit mythique, est une réelle aubaine à vivre pleinement.

La GT-R Nismo en main !

J’y suis ! Casque en place, je règle le siège baquet Recaro for NISMO aux coutures rouges, aux appuis latéraux identifiables,  consolidé à l’arrière par une plaque de carbone (et oui il y en a de partout!) et au revêtement en suède pour assurer le confort et la sécurité à haute vitesse. Même si je n’avais pas l’occasion d’écouter un morceau d’Yvette Giraud en hommage de cette star française au Japon, la GT-R Nismo est dotée d’un équipement audio Bose à 11 haut-parleurs incluant un système de contrôle actif du bruit. L’ajout de matériaux acoustiques, agrémenté par le contrôle actif de la sonorité de Bose, rend l’habitacle plus silencieux à petite vitesse.

L’habitacle de la GT-R Nismo est pensé pour le pilote et renferme un volant épais et adhérent provenant tout droit des GT3, c’est pourquoi les deux entailles au niveau des pouces et le repère au milieu du volant sont présents, ce qui va sans dire, une prise en main sans faille et confortable, aucunement besoin de s’appuyer tel un gardien sur un taureau pour ressentir l’énergie et le roulement de la sportive.

 La GT-R Nismo venait de tourner (devait refroidir) et m’offrait une fragrance by Nismo chaude et envoûtante, ce qui augmentait une certaine appréhension et une excitation de tous les diables!  A ce moment même, l’image du monstrueux monstre marin préhistorique, dixit Godzilla piétinant et irradiant la miniaturisation de Tokyo, me laissait songeuse. Est-elle si méchante? Si nerveuse? Si dangereuse? Oui, c’est un euphémisme, Non!

Nous avions deux tours pour apprécier la sportive, un en guise de repérage (fallait bien, en même temps je ne roule pas sur le circuit tous les jours) et le second pour envoyer la purée… le V6 3.8 L biturbo ne demande que ça ! Nissan a particulièrement travaillé le moteur en s’appuyant sur les modèles GT3 de la marque, ainsi la GT-R Nismo produit 55 chevaux de plus par rapport à la version « standard », une pompe à carburant de course a été ajoutée pour assurer la transmission sans faille, le tout contrôlé par une boîte 6 rapports à double embrayage et un système de transmission intégrale appelé ATTESA E-TS.

La veille de cette prise en main, j’ai repris la GT-R standard, ce qui m’a permis de bien remarquer la différence de comportement sur le circuit. Bien, elles sont là ! Nismo ne nous fait pas un plan vide de communication marketing.

La précédente version était déjà appréciée pour sa tenue de route, cramponnée à la route en toutes circonstances ou erreurs de conduite. J’ai le plaisir de vous annoncer que celle-ci l’est encore plus! La GT-R standard peut partir de l’arrière ou faire un balayage en virage serré tandis que la Nismo reste accrochée sans à-coups ni tremblement. Alors que la standard me freinait en piste, la GT-R Nismo accroît mon désir d’accélérer toujours et encore plus. Ce que j’ai fait ! La raison, les pneus ( 255/40 R20  – 285/35 R20) développés spécialement pour la nippone par Dunlop, des SP Sport Maxx GT 600 DSST CTT scotchent la GT-R Nismo au bitume.

GT-R Nismo Nissan 2014

 全速力 (vroum en japonais), palettes aux mains, accélérateur au pied, dès le premier tour je n’ai plus rien calculé hors accélérer. La sécurité que transpire la GT-R Nismo inhibe quelque peu ma vision du danger. Ce sentiment était déjà connu sur la GT-R standard,  c’est pourquoi, j’imagine bien mal un tout jeune conducteur aux manettes du kaiser. Nissan a bien conscience de cette force dans leur modèle, une sportive aussi facile à conduire qu’une berline. Soit dit en passant, seuls 200 modèles de cette version seront sur le marché, essentiellement des connaisseurs de la marque, des érudits du pilotage extrême qui se l’offriront pour 150.000€.

Je dois avouer que deux tours de GT-R Nismo ne m’ont pas permis de tout passer au crible, ce que j’aurais pu faire avec une Aixam… mais voilà, ça va vite, très vite ! Je ne vais pas pouvoir entrer dans des détails sophistiqués mais vous parler des sensations, des réactions de la GT-R Nismo.

Une accélération qui contracte le temps, une adhérence qui défie la loi de la physique et une puissance de freinage qui sort les yeux des orbites, la GT-R Nismo est sans conteste une quasi voiture de course La Nismo est complètement dingue !  Après avoir conduit la GT-R standard la veille, je n’étais pas certaine qu’il y aurait une réelle différence identifiable, Oh My God, it’s too strong !  La GT-R Nismo a bien droit à ses galons. 

L’instructeur me fait signe de démarrer, ma pression cardiaque s’accélère, puis, là, j’apprends que ce que j’ai en main est officiellement la seule GT-R Nismo disponible en Europe pour l’instant ! Il y aurait eu un très malencontreux rapprochement entre un mur et le second modèle, soit-disant, du côté de Goodwood.

J’écrase l’accélérateur, mon torse est littéralement enfoncé dans le siège, mon plexus remonte ou s’enfonce, je ne sais plus bien, dans tous les cas, il n’était plus à sa place ! Une révélation, la Nissan reste collée au circuit dès que je monte dans les tours, elle paraît pourtant plus souple, plus maniable et plus légère que la précédente version, sa trajectoire dans les virages est parfaite, précise, presque comme dans le manuel d’un jeu d’enfant. Je me suis surprise à sourire voir émettre un rire telle une fillette en récréation en train de rêver avec ses copines sur le plus beau garçon de l’école. Cette confidence est peu swag, je vous l’accorde, et casse le mythe, mais cela révèle bien ce choc et le plaisir instantané que procure cette puissante japonaise.

Mon appréhension en circuit est de toujours trouver le bon moment pour un freinage optimal… souvent approximatif, et là… non, même en retard, j’écrase, que dis-je, je plonge sur le frein tout en me disant « vas-y assure, assure, pitié », même limite, la GT-R Nismo est une vraie protectrice et surtout une bonne freineuse. Merci Monsieur Brembo !

Avec le recul, j’avais peur que ce sentiment de sécurité extrême engendre un certain ennui dans le pilotage, après mûre réflexion, je pense tout le contraire, cette sportive pousse à la technique, à la précision, à la performance et aux exploits (pour ceux qui ont le savoir faire, pas aux débutants fans de cruising en voiture de plus de 500 ch). La GT-R Nismo permet au pilote de se concentrer sur des points bien plus spécifiques afin d’augmenter le plaisir du pilotage, le vrai !

Quoi rajouter sur ce Miraculosum automobile japonaise, je regrette franchement que Nissan n’ait pas pensé aux porte-sacs-à-mains… et quelques détails qu’apprécient les pilotes féminines ! 😉

Nous remercions Nissan Motorsport pour cet honneur, pour son accueil et sa confiance.
Merci à Darren Cox pour sa disponibilité et sa bonne humeur ainsi que toute l’équipe de Nissan et Nismo.

Crédits Photos : France Dholander pour Blogautomobile.