Eh non la nouvelle Arteon n’est pas le fruit des amours coupables d’une Passat CC et d’une Phaéton, mais bien un tout nouveau modèle haut de gamme du constructeur allemand !

Le concept car Sport Coupé GTE présenté à Genève en 2015 préfigure cette nouvelle berline qui regroupe tout le savoir-faire de Volkswagen. C’est le modèle le plus évolué de la gamme sous une robe moderne et futuriste mais surtout elle embarque à son bord toute la technologie moderne et les dernières applications en matière de sécurité et d’aides à la conduite. Avec l’Arteon un nouveau pas est franchi vers la conduite autonome. Mais pas de craintes, le plaisir de conduire reste total et les différents modes de conduite programmables sauront contenter tous les conducteurs.

La technologie, on en parle ?

De quoi retrouver vos chères têtes blondes en train de jouer dans votre Arteon et abandonner leurs consoles et autres écrans ! Nous allons faire le tour des applications proposées et ensuite, nous prendrons ensemble les petites routes du Massif de l’Estérel pour un essai dynamique qui lui également, n’est pas en reste côté prestations, mais patience, et découvrons ensemble cette nouvelle Volkswagen qui ne manque pas de faire tourner les têtes.

Tout d’abord une pensée émue pour les préposés à la mise en main dans les concessions tant le panel des différentes fonctions est étendu. Cette nouvelle Arteon propose à peu près tout ce que l’on peut trouver sur le marché en termes d’aides à la conduite, connectivité et autres navigations.

Pour une fois, nous allons commencer par l’inventaire des prestations de notre Arteon hyper connectée. De nouvelles technologies en pleine évolution :

–  Le régulateur adaptatif (ACC) d’une toute nouvelle génération qui bien évidemment prend les limitations de vitesse en compte mais également le profil routier, pour s’adapter en conséquence.
–  L’Emergency Assist, qui en cas de défaillance du conducteur réagit en immobilisant le véhicule par lui-même et dispose d’un système d’appel d’urgence.
–  Les nouveaux feux directionnels quant à eux, sont couplés au GPS et assurent ainsi un éclairage maximum du relief et ses virages.
–  Car-net (avec une licence gratuite de trois ans), une relation privilégiée entre votre smartphone et votre véhicule. Localisation, programmation et autres renseignements utiles.

Et bien sûr, toujours les équipements standards qui sont maintenant une constante chez Volkswagen : Navigation Discover Media avec écran tactile 8 », Système audio 8 HP avec lecteur CD compatible MP3 et chargement des téléphones par induction. Notons la présence de deux lecteurs cartes SD, une prise Aux-in, prises USB et Bluetooth. L’Active Info Display avec les différentes possibilités, fait également partie des incontournables permettant de choisir différents modes d’affichage.

En clair l’Arteon regroupe tout le savoir-faire de la marque et se positionne sans rougir à côté de marques premium. L’ambition d’outsider n’est pas dissimulée et même si Volkswagen table sur un chiffre de 2000 livraisons par an en France, ce nouveau modèle peut créer la surprise. La clientèle visée est pour l’instant à 80% une cible professionnelle telle que les VTC et autres véhicules de fonction. Mais elle pourra également séduire le particulier en quête d’originalité, de dynamisme et d’image tout en ayant besoin d’une place confortable pour la famille. En effet notre Arteon dispose d’un atout non négligeable avec un hayon arrière et un coffre modulable de 563 à 1557 litres, un quasi-record dans sa catégorie !

Polyvalente en volume, elle l’est également sur la route avec ses différents modes de conduite, mais nous en reparlerons au moment de prendre le volant. Confortable, dynamique, voire même sportive, l’Arteon offre une gamme de motorisation TSi de 150 à 280 cv et le TDi de 150 à 240 cv. Des versions 190 cv viendront compléter la gamme sous peu. Ceci sur une toute nouvelle plateforme appelée MQB, un empattement de 2841 cm pour une longueur totale de 4862 cm (peu de porte à faux) permet une efficacité redoutable dans un confort parfait. Les motorisations 240 et 280 cv seront d’office en 4Motion.

Un rapide tour de la gamme qui débute en tarif sous la barre symbolique des 40 000 euros avec l’Arteon « de base », suivie par les modèles intermédiaires Elégance et R-line suivant que vous soyez plutôt confort ou sport. En haut du tableau les variantes Exclusive à décliner sur les deux modèles précités. Les intérieurs sont respectivement en tissu, cuir et alcantara et tout cuir sur les Exclusive.

Tout un panel d’options figure au programme d’importation : affichage tête haute, toit ouvrant, système d’info divertissement Discover Pro, sièges massants, volant chauffant, cuir Nappa et un large choix de jantes aluminium de 18 à 20 ».

Sortons de notre véhicule d’essai (promis, nous allons bientôt prendre la route) pour admirer la ligne de ce nouveau modèle… La calandre court sur toute la largeur de la voiture, elle lui confère une agressivité certaine et gageons qu’il ne sera pas nécessaire de jouer de l’appel de phare pour doubler un flâneur sur la file de gauche des autoroutes ! Le capot déborde sur les ailes avant, relevant d’une technique gyroscopique très avancée pour l’ouverture et surtout en cas de choc avec un piéton, pour préserver au maximum l’impact. L’Arteon oscille entre la berline aux lignes tendues et le coupé fastback, le galbe des ailes arrière est parfait pour se terminer sur la malle soulignée d’un petit becquet noir laqué. Malgré ses mensurations, il ressort de l’ensemble un sentiment de légèreté aérienne que vient prouver un Cx de 0,265 !

Chose promise, chose due !

Il est temps de prendre le volant de notre monture, une Arteon Tdi 240cv R-line 4Motion du plus beau Jaune Curcuma. Tour du propriétaire, c’est sérieux, bien fini, voir austère diront certains, mais j’avoue aimer cette rigueur germanique. Un bémol toutefois, la montre centrale qui donne un petit côté vintage aurait méritée d’être traitée de façon plus luxueuse… Réglage des sièges électriques dans tous les sens… Ah non, notre version R-line n’est pas équipée du réglage longitudinal motorisé. Il faut donc jouer de la manette sous le siège pour s’approcher du volant lui aussi ajustable. Dommage, il faut passer aux versions Exclusive pour avoir ce petit brin de confort supplémentaire.

Mise en route et départ ! Nous allons prendre quelques dizaines de kilomètres d’autoroute où l’Arteon devrait être le mieux à son aise (nous verrons plus loin qu’elle sait également tenir son rang sur d’autres profils routiers). Ne revenons pas sur la boite DSG7 double embrayage qui est un franc régal pour apprécier l’ambiance feutrée de notre monture en mode « Confort ». Tel Aladin sur un tapis volant notre Arteon glisse sur l’asphalte. L’occasion pour tester le Lane Assist, lâcher de volant et la voiture file seule sans sembler se préoccuper de nous… N’en profitons pas pour envoyer des textos, après quelques corrections de trajectoire, le système nous enclin de façon péremptoire de reprendre le contrôle du véhicule. Bien Chef ! Le régulateur adaptatif est également plus agréable, comme les précédents en vue d’un obstacle roulant mais également en prenant en compte les courbes de l’autoroute assez marquées dans le Massif de l’Esterel.

Le Massif de l’Esterel ! Terres rouges tourmentées où serpentent les routes capricieuses… Comment va se comporter notre vaisseau ? Le 240 cv Bi Turbo est réactif et c’est aussitôt un plaisir d’attaquer la montagne. Tenue de route excellente malgré un roulis récurant, les mensurations de notre belle se font sentir et ses quelques 1800 kg sont bien là. Qu’à cela ne tienne, sélectionnons le mode « Sport » et notre Arteon passe du statut de berline à celui de sportive ! C’est un régal ! J’avoue m’être laissé quelque peu séduire et c’est un festival de courbes avalées sans coup férir, il suffit juste d’assoir quelque peu la voiture pour se sentir sur un rail ! La sellerie est d’un maintien au top. Le freinage est parfait, même en appui, l’ensemble est homogène au possible et la polyvalence de ce modèle largement démontrée. Nous n’avons pas l’impression d’être dans un véhicule d’un tel gabarit, notre R-line sait se faire discrète et incisive et je retrouve la même impression que dans une Golf GTI, bluffant ! Il est toutefois pensable qu’en 150cv elle se montre plus lymphatique pour ce genre d’exercice.

En résumé, cette Arteon saura satisfaire le chauffeur de taxi parisien par son espace intérieur, le chef d’entreprise en recherche d’image discrète, ou le jeune cadre dynamique, père de famille, qui ne rechigne pas sur le plaisir de conduite dynamique. Le prix est en regard de la concurrence, largement attractif même si en version supérieure dotée de quelques options nous arrivons rapidement dans la zone des 60 000 euros. L’ambition des 2000 ventes par an par Volkswagen n’est pas une utopie !

Merci à Volkswagen France pour l’accueil et la mise à disposition des véhicules.

Crédits photos : Volkswagen, Gilles Dichamp.